série "début d'année": je crains la rentrée

Publié le par isa

 

Pour la première période , je vous propose une série d'articles sur les questionnements du début, à raison d'un éclairage par semaine.

 

Voici le programme des affirmations qui seront traitées:

 

1 Je crains le jour de la rentrée

2 Je ne supporte pas ou plus les pleurs.

3 J'ai peur de parler aux parents.

4 J'ai le sentiment que cela va dans tous les sens.

5 J'ai le sentiment de ne pas avoir d'autorité.

6 Je me sens découragée.

 

Ainsi donc nous commençons par le commencement et nous abordons un sujet délicat traité précédemment sous le titre «  Les états d'âme de la rentrée ».

 

JE CRAINS LE JOUR DE LA RENTREE

 

Je crois qu'il n'est pas inutile de revenir sur cette peur, bienheureux ceux qui abordent la rentrée avec distance et sérénité , peut-être sont-ils des fidèles lecteurs qui ont appris à surmonter cette crainte ( pardon je fais de l'auto-rêve).

Plus sérieusement, la rentrée est souvent synonyme d'anxiété et de rumination mentale. La classe prend d'abord forme dans notre imaginaire et comme celui-ci a généralement tendance à envisager le pire ou du moins le difficile, ce n'est pas sans nous confronter à une certaine tension. Notre vie personnelle prend la teinte école, nous vivons école avant l'école. Les plus grandes craintes apparaissent: «  Comment vont être mes élèves, pourvu que je n'ai pas un solide, du genre à ….. qui était si difficile, vais-je arriver à tout faire, ma classe, la maison , les enfants, et les parents, comment vont-ils être, que vont-ils vouloir, comment vais je les rassurer alors que je suis moi-même emportée par mon émotion, pourvu que ça ne pleure pas trop, pourvu qu'il n'y en ait pas un qui se sauve, comment je vais gérer une classe de 30, qu'est-ce que je vais leur faire faire, est-ce qu'ils vont m'écouter …... »

 

Alors d'abord, il faut savoir que la grande majorité des enseignants est dans le même état, personne n'est tout seul à s'inquiéter, chacun le vit peut-être différemment mais c'est partagé. Il faut donc en conclure que c'est NORMAL, que c'est une bonne réaction et qu'elle manifeste son propre désir de réussir. Par conséquent, au lieu de chercher à contrer ce sentiment d'anxiété, il est plus juste de l'accepter et de le laisser s'exprimer. En faisant cela, il y a de fortes chances de l'atténuer, ça peut paraître paradoxal mais c'est une vérité. Il est aussi possible de reprendre toutes ses questions et d'y répondre avec raison. Si mes élèves sont difficiles, je vais tout mettre en oeuvre pour établir des règles , un fonctionnement afin de les canaliser, je trouverai des solutions parce qu'il en existe....

Raisonner sur un problème plutôt que se laisser envahir par ses émotions est une attitude à développer. Sous le coup de l'émotion, il est bien difficile de trouver la réponse adéquate.

 

Ensuite la préparation joue un rôle apaisant, c'est un peu comme avant un examen, avoir le sentiment d'être prêt parce qu'on a travaillé rassure. Le jour de la rentrée demande une préparation spécifique, il est mieux de prévoir le plus en détail possible de manière à cerner tous les aspects et être clair sur le déroulement. Personnellement, je connaissais quasiment par coeur tous les prénoms de mes futurs élèves, ainsi la difficulté de se souvenir afin de les appeler était inexistante. Et les enfants (ainsi que les parents d'ailleurs) étaient sensibles à ce détail, ils se sentaient reconnus.

 

Enfin en allant chercher au fond de soi les sentiments et les raisons qui nous ont amenés à devenir enseignant , il y a de fortes chances de retrouver le désir d' être enfin dans sa classe. Et puis , il y a les projets, les souvenirs de bons moments partagés avec ses élèves, les grandes réussites, l'envie de faire de nouvelles choses, le désir de découvrir de nouveaux élèves, c'est ce que j'appelle les plaisirs anticipés. C'est pourquoi lors de la rentrée quand on prévoit des choses un peu particulières ( faire faire le dessin à la famille, inventer l'apparition de la marionnette,,,) on savoure à l'avance l'effet produit sur les personnes et notamment les élèves. Ce sont tous ces petits moments de joie qui nous donnent envie d'y être et atténuent notre crainte du grand jour.

 

Pour terminer, un petit mot sur les pleurs avant d'écrire plus longuement sur ceux-ci. Cette année, je vous propose un livre qui explique que pleurer peut soulager, c'est pourquoi, j'aimerais que vous ne l'oubliez pas lorsque vos élèves vont vous remplir la classe de leurs pleurs, accrochez vous à cette idée: il leur faut évacuer la tension, autorisez les à le faire. Et comme je le disais plus haut, c'est paradoxal mais cette attitude a beaucoup plus de chance de les calmer.

 

Si vous avez besoin d'évoquer vos craintes, ce blog vous est ouvert, l'écoute est assurée.

Si vous avez envie de dire comment vous avez surmonté et comment vous abordez sereinement, ce blog vous est ouvert.

Si vous avez envie de dire que vous n'avez jamais ressenti de crainte, ce blog vous est ouvert.

 


Publié dans rentrée scolaire

Commenter cet article

Peggy 26/08/2012 16:08


Merci pour le lien, Isabelle. Je ne manquerai pas de venir chercher conseil ici si jamais je me retrouve en PS. Au passage, merci aussi pour tous ces conseils sur des choses qui
semblent aller de soi quand on est enseignant mais qui ne le sont pas du tout quand on n'a jamais mis un pied à l'école sauf en tant qu'élève ! Ca permet de dédramatiser tout un tas de
scénari catastrophes qu'on peut se faire (je suis sûre de ne pas être la seule à être très imaginative en la matière !)


Merci encore à toi pour ce que tu fais pour nous, les bleus...

isa 26/08/2012 19:08



n'hésite surtout pas Peggy et toutes les questions sont entendables, aucune n'est idiote, nous avons tous débuté un jour et nous avons tous eu des interrogations à propos de détails
anodins qui ne le sont pas pour les profs qui commencent à enseigner.



Isabelle L 24/08/2012 10:05


Tu peux aller voir le site maternailes.fr où christine explique une organisation multi niveaux
interessante, qui est compatible avec le programme proposé par Isa, et peut  être éclairera ta lanterne !

Peggy 23/08/2012 14:00


Merci grandement à vous de nous faire partager votre expérience. Je viens d'avoir le concours et, à ce jour, je ne sais qu'une seule chose : que je suis affectée en
maternelle. Je ne saurai précisément la section que le vendredi précédent la rentrée. Cette incertitude m'angoisse car je ne peux rien préparer et même si je lis scrupuleusement chaque item de
votre site, je n'arrive pas à me faire une idée précise de ce qui est spécifique à la PS et ce que je pourrai éventuellement utiliser pour les plus grandes sections. J'en rêve toutes les nuits,
c'est cauchemardesque !


 Un petit conseil à me donner peut-être ?

isa 26/08/2012 10:45



Bonjour Peggy et félicitations pour ton concours.


Les compétences travaillées en PS apparaissent dans les bilans de fin de période que tu peux retrouver ICI, en les comparant année par année, tu vas voir la répétition des apprentissages et ainsi te faire une idée plus
précise de ce qu'on travaille prioritairement. 


pour les grandes sections, je n'ai rien à te proposer de vraiment construit dans la mesure où ici nous sommes spécialisés petite section, mais ce que tu peux te dire, c'est que le travail
avec les livres peut aussi être fait avec les grandes sections mais en adaptant les objectifs et les compétences visées.


que tu cauchemardes est "malheureusement" normal, la responsabilité d'une classe angoisse et personne en débutant n'y va sans appréhension, j'espère que tu vas être fixée rapidement et
ainsi mieux visualiser ta classe. Je reste à ton écoute.



lydia 01/09/2010 20:06



soyez confiants et sereins , vos petits le ressentiront , en un  mot "plaisir"


les premiers moments donnent le ton d'une année scolaire alors prennez le temps qu il faut


courage a tous et toutes  



isa 01/09/2010 20:16



incroyable Lydia, je viens d'employer les mêmes mots pour dire Bonne rentrée, c'est de la télépathie !!!!!!!



segolene 01/09/2010 19:12



merci beaucoup pour ce gentil message. Je vais essayer d'être à la hauteur pour mettre en pratique tout ce que j'ai appris grâce à vous ( et j'en ai encore beaucoup à apprendre!!) Merci encore.



segolene 01/09/2010 17:58



bonjour tout le monde,


c'est pour moi ma 1ère rentrée en PS/MS et j'avoue que je stresse beaucoup!! heureusement j'ai déjà trouvé plein de réponses sur ce merveilleux blog. J'ai décidé de suivre la programmation 2008
car le travail sur Viallat me plaisait beaucoup, j'avoue ne jamais avoir encore travaillé sur du tissu, j'ai hâte de voir le résultat.


Bref pour demain c'est la panique, pas de rentrée échelonnée pour moi non plus, peur de ne pas avoir assez prévu de chose, mais j'essaye de me convaincre que le plus important c'est l'accueil des
familles et des enfants, il va falloir être au top!! Bonne rentrée, biz



isa 01/09/2010 18:22



bonne rentrée Ségolène, sois tolérante avec toi-même, tu débutes pour ce niveau , c'est normal que tu sois inquiéte, c'est une rentrée à part avec des petits, accepte leurs pleurs et ne
panique pas, ils ont vraiment besoin de toi.



vihyko 31/08/2010 21:37



pour lisa : c'ets clair n'hésite pas, on est toutes passées par là !! si tu as besoin , je peux t'expliquer comment je fonctionne avec ma décharge. c'est important de se mettre d'accord sur le
fonctionnement de classe dès la rentrée sur un poste partagé, surtout avec les PS, ils ont besoin d'avoir les mêmes repères avec les deux personnes en debut d'année.



Lisa 31/08/2010 13:15



Re bonjour, merci pour cette réponse rapide...


Je n'arrive à joindre personne, donc pour maintenant j'aurai les infos demain pendant la pré-rentrée... Je ne sais pas quels jours j'aurai quelle classe, mais il était question (sans certitude,
loin de là) que j'ai la petite section les mardis et jeudi, c'est à dire dès la rentrée...


Difficile, par ailleur de mettre au point des projets ou des programmations sans échanger avec les collègues.



isa 31/08/2010 13:43



une bonne journée t'attend demain, n'hésite pas à venir demander des renseignements.



Lisa 31/08/2010 12:58



Bonjour,


je ne suis pas enceinte et je n'ai pas de direction à la rentrée mais je vais effectuer ma première rentrée sur les trois niveaux de maternelle (un mi-temps en petite section, et deux
quarts-temps sur les autres niveaux...). Je suis passée dans mon école début juillet mais j'ai obtenu très peu d'informations (listes d'élèves pas prête, organisation de mon emploi du temps pas
réglée...) je n'ai donc pas pu préparer grand chose à part en me documentant sur la maternelle...


Cet article me réconforte donc sur l'aspect normal de l'angoisse pré-rentré, mais m'inquiète encore plus sur l'aspect préparation...



isa 31/08/2010 13:05



Bienvenue Lisa, quand prends-tu en charge ta PS ? Tu peux tout de même commencer une préparation avec les infos que je donne et remanier en fonction de ce que tu vas connaitre d'ici
Jeudi. Bien sûr pour la liste des élèves et la préparation de petites cartes (par exemple) cela va être court ,mais ce n'est pas le plus essentiel. Essaie d'avoir les informations le plus
rapidement possible maintenant.



vihyko 24/08/2010 14:36



merci à toutes pour le soutien, c'ets ce dont j'avais besoin. je suis en train de préparer ma rentrée et je me dis "on verra bien" ! a ma première grossesse , mon corps m'a dit STOP de manière
très claire : contractions, malaises et chute de tension.. si il a encore besoin de me dire OLA, il saura bien convaincre mon médecin ! j'espère !


bonne prépa à toutes et je vous promets que si je suis arrêtée comme mon premier, j'utiliserai mon temps à la même chose qu'il y a 3 ans : préparer des supers trucs pour ma classe pour ma
reprise.. la diférence étant que cette fois je mettrais tout le fruit de mo labeur dans la tribune , histoire que tout le monde profite de ma grossesse !!!


mon humour légendaire me fera dire, vivement l'arrêt que je puisse bosser !! biz


 



isa 24/08/2010 14:38



bravo pour ton humour légendaire, c'est ce qu'il faut aussi savoir préserver.



Mélina 24/08/2010 11:40



Oh que oui, Virginie ! pense à toi, à ton bébé pour que ta grossesse se passe bien et que ton bébé naisse en bonne santé, serein et profite, abuse de ces moments magiques. Un jour, on s'aperçoit
que l'on n'a pas vu grandir ses enfants, que l'on n'a pas assez passé de temps avec eux...Difficile de rattraper cela. Ici, se pose le problème de ce métier qui nous passionne mais nous prend
tant de temps et nous fait souvent reléguer notre famille au second plan. Comment expliquer que bien qu'étant consciente de ceci, nous ne parvenions pas ou peu à modifier notre comportement ?
Comment expliquer à notre entourage que chaque année nous devions travailler autant malgré l'expérience qui se cumule ? Pourquoi toujours expliquer qu'être en maternelle ne signifie pas travail
simple ? ... Alors Virginie, au moins pendant ta grossesse, pense d'abord à TOI et ta famille ; personne ne te le reprochera !



Sev 24/08/2010 10:01



oui, c'est tout le problème de faire des choix, les bons choix pour nous-mêmes; pensons un peu plus à nous, à notre famille, à nos enfants; ils ont encore plus besoin de nous. Je recommence à
temps complet cette année et j'espère arriver à leur donner tout le temps dont ils ont besoin.


Grâce à ce blog, la tâche srea plus aisée, j'en suis sûre.



rachel 24/08/2010 09:03



Bonjour Isa !


J'aimerais répondre au message de Virginie, qui m'a beaucoup touchée ! Virginie, j'ai vécu 4 grossesses et 4 rentrées en maternelle avec un beau bidon et toute l'hyper-sensibilitré qui va avec
... Je pense que première chose tu devrais changer de gynéco ... Un gynéco est sensé être à l'écoute, rassurer et prodiguer des conseils : il ne doit pas juger surtout sans
connaître ! Ensuite, si vraiment tu te sens à bout, rien ne vaut un petit arrêt prodigué par ton généraliste qui lui te connaît certainement et ne va pas s'imaginer que tu veux tirer au flanc ou
que tu es dépressive ! Une petite semaine pour te remonter à bloc et tout ira bien !


Crois-moi, j'ai vécu 4 grossesses totalement différentes ! Par exemple, pour la première, j'ai été arrêtée à 6 mois pour la deuxième, j'ai travaillé jusqu'au bout ( je me suis arrêtée de
travailler le 18.12 et j'accouchais le 28 ).  


Aies confiance en toi et surtout écoute ton corps ! Lui seul saura te dire si ça va aller ou aps ! Et surtout surtout ne commence pas à entrer dans des considérations du genre" mes élèves, les
parents "  : le monde ne s'arrêtera pas de tourner su tu es en arrêt ! On en fait tellement pour les enfants des autres que quelquefois, il faut prendre du temps pour soi et les siens !


Bonne fin de grossesse Virginie et surtout repose-toi !


Bises



isa 24/08/2010 09:34



alors franchement Rachel ,ton message à Virginie est vraiment super, je suis d'accord avec toi. Il m'aurait fallu entendre cela quand j'étais moi-même dans cette situation. Nous avons
tous le sentiment que notre absence va poser problème à tout le monde : élèves, parents, collègues, pour ma seconde grossesse, on me l'avait clairement fait sentir parce que la remplaçante dédiée
aux maladies était prise sur mon congé maternité, il n'était pas question que je prolonge mon congé et j'ai choisi de reprendre alors que mon fils âgé de 2 mois 1/2 avait été hospitalisé et
sortait tout juste au moment de ma reprise, j'ai préféré le confier à une amie pour retourner à l'école. c'est un grand regret pour moi.....



Margot 23/08/2010 12:10



Pendant des années, les rentrées ont été source d'angoisse, de stress... à tel point qu'une année sur l'autre je ne me souvenais de rien. Et puis j'ai pris l'habitude d'écrire quelques lignes sur
cette journée particulière... Petites anecdotes sur les pleurs, les premiers mots des petits, des parents... tout ce que j'oubliais avant. Me relire permet de dédramatiser, de prendre du recul,
d'avoir confiance. En ce moment, je prépare la classe, les premiers projets et pas si futile que ça : la tenue du premier jour... Une année j'avais un cache-coeur, une petite fille s'y est
accrochée... vous pouvez imaginer la scène !



isa 23/08/2010 13:48



ah oui, c'est vraiment intéressant cette manière d'appréhender les choses, effectivement, l'écriture récit est un moyen de relativiser. Et le cache-coeur est-ce qu'il a tenu le choc ?
Mieux vaut ne pas cacher son coeur le premier jour et l'avoir grand ouvert, ah les mots et leurs sens multiples !!!!!



emilie 22/08/2010 16:56



Cet article me pousse enfin à laisser un commentaire sur un site que je consulte régulièrement depuis maintenant un an. Je me remémore mon état un an plus tôt, anxieuse mais pleine d'enthousiasme
à l'idée de me retrouver devant des petits élèves de 2/3 ans après avoir passé 4 ans en cycle 3. Si je suis beaucoup plus sereine cette année c'est en grande partie grâce à ton site Isa. Il m'a
permis de m'interroger sur ma pratique, de répondre à mes interrogations, de puiser énormément d'idées mais aussi de me donner confiance en mes prises d'initiatives. Peu à peu, au cours de
l'année je me suis détâchée de tes préparations, après m'y être accrochée comme à une bouée pendant la première période.  Mais quel plaisir d'avoir mis en place le voyage
de notre mascotte dans les familles, d'utiliser le cahier de langage, d'avoir travaillé autour des oeuvres de Miro. Alors oui un peu stressée de reprendre le chemin de la classe (en plus de
la direction) mais tellement hâte de voir à nouveau évoluer des petits enfants en petits élèves. Encore merci pour ce site si enrichissant.



isa 22/08/2010 20:04



merci beaucoup pour ce témoignage qui me touche aussi comme beaucoup d'autres.



Julie 21/08/2010 22:59



Bonsoir,


Cela fait 10 ans que j'enseigne en cycle 3, sans jamais être allée (même en stage) en maternelle. Dans quelques jours je ferai ma rentrée en petite section, puis en moyenne (cumul de 2 mi-temps).
Cette rentrée est donc particulière pour moi (mais réflexion faite, les 10 dernières le furent également), sans compter que mon aînée va aussi vivre son premier jour d'école.


Le contenu de vos articles est remarquable. Des situations concrètes, réfléchies, détaillées, des conseils, des pistes de réflexion, des documents de qualité...


Ce blog est une grande source d'inspiration et de motivation. Merci.


 



isa 21/08/2010 23:52

Bienvenue Julie, j'espère que mon aide vous apportera satsfaction aussi dans votre classe, merci pour ce que vous dîtes du blog.

vihyko 21/08/2010 21:03



salut les filles, je vais profiter ce de sujet fort à propos pour vous raconter ce que j'ai vécu la semaine dernière.


comme je l'ai annoncé dan sun précédent commentaire, je suis enceinte, évènement merveilleux qui vous met les hormones en folie et du coup, chez moi, catalyse les angoisses de manière
exponentielle !  Exprimant mon angoisse à ma gynéco en lui confiant que j'avais peur de ne pas tenir le rythme de la rentrée, de devoir être arrêtée parceque je ne tiendrais pas le
coup  ( c'ets ce qui s'est passé pour mon premier) en sachant que je ne pourrais pas me reposer avec mon fils remuant de 3 ans à la maison et mon zhom qui fait des horaires presques
nocturnes.. bref, l'angoisse de merder avec mes élèves, de ne pas être à 100% , d'être inattentive et de lui expliquer qu'avec des ti bouts de 2 et 3 ans en face de soi,  on en peut pas se
le permettre...


et bien vous savez ce qu'elle m'a répondu ?? que je suis dépressive et que je n'aime pas mon boulot, que je devrais penser à en changer parceque je ne suis peut-être pas assez forte pour
l'assumer !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! j'ai pleuré toute la journée face à cette incompréhension et ce jugement moral.. Me dire à moi que je n'aime aps mon boulot alors que je bosse le WE,
j'assure une direction 5 classes en plus de ma classe, je fais passer régulièrement mon fils après mon travail.. je suis sortie de l'hôpital écoeurée, démoralisée, imcomprise et je me demande si
je ne devrait pas imprimer l'article d'Isa pour le faxer àma gynéco !!!!


c'ets justement je pense parcequ'on adore notre boulot et qu'on ne veut pas le faire mal qu'on est toutes aussi stressée par la rentrée. En plus chez les petits, le mois de septembre est
particulièrement important pour eux et éprouvant pour nous.. Là, je suis en colère parceque je peux accepter beaucoup de choses mais pas qu'on me dise que je n'aime pas mon boulot car c'est pas
un job qu'on peut faire à moitié ou en acte de présence !!


désolée pour la tartine Isa, mais ça soulage ! je suis hypersensible et j'ai été profondément blessée par ma gynéco.. J'ai peur de devoir m'arrêter au compte goutte et que je ne sois pas
remplacée et donc de mettre les enfants, les parents et les collègues dans une situation dérangeante, mais on est trop con de penser aux autres...


 


biz, les filles !



isa 21/08/2010 22:06



oui Virginie ,ta gynéco t'a touchée, on sent bien au ton de ta lettre ta contrariété et ton ressentiment. C'est l'exemple type de la communication dysfonctionnante. Tu lui dis ton
inquiétude, elle entend: " je veux me faire arrêter", elle ne cherche pas à appronfondir, sûrement pas le temps,  elle sait que les arrêts de travail sont maintenant
quantifiés  ,elle ne veut pas te dire qu'elle ne veut pas en donner donc elle généralise à partir de préjugés. Au final, beaucoup de déception pour toi car en cette période si heureuse
mais bouleversante qu'est la grossesse, trouver un certain réconfort de la part d'un professionnel est justifié. Que dire ? Tu sais qui tu es, ce que tu fais pour ton école, pour ta classe,
bien des gens savent la valeur de ton travail, inutile de te torturer avec cet épisode, n'anticipe pas ce qui va se passer, d'abord parce que chaque grossesse peut être différente (
j'en ai eu 4), ensuite parce qu'on se trompe souvent dans nos perspectives, d'autre part, si tu te sens vraiment dépassée physiquement, les signes seront manifestes et le médecin prendra la sage
décision de t'arrêter. Tu ne nous ferais pas une crise aigüe de "Je crains la rentrée",pardon, je mets un peu d'humour dans la discussion, mais je sais que tu en as. Sois confiante et n'oublie
pas qu'on est là pour te remonter le moral si besoin.



Céline 21/08/2010 14:39



Comme cela fait du bien de lire cela ! ! Ton discours en particulier sur les pleurs me touche beaucoup, je partage tout à fait ton point de vue sur le "laisser pleurer". Les petits ont besoin que
l'on écoute leurs pleurs et alors, lorsqu'ils se sentent entendus et compris, les pleurs peuvent s'apaiser. Je n'ai encor e jamais eu de PS mais j'agis de la sorte déjà avec mes propres enfants.
Je trouve que trop d'instits ou ATSEM cherchent à faire cesser les pleurs car c'est vrai, c'est pénible à entendre (une ATSEM l'an dernier a dit à ma plus jeune fille, en PS "si tu continues à
pleurer, tu vas avoir une fessée" , elle ne l'aurait pas donnée mais pensait lui faire peur et ainsi la faire cesser de
pleurer)


Merci pour tes précieux conseils.



isa 21/08/2010 15:01



c'est important aussi que vous apportiez votre point de vue et que cela fasse avancer la réflexion car , on ne peut blâmer des enseignants et des ATSEM, c'est angoissant les pleurs et
cela peut décontenancer au point de ne plus savoir quoi faire et de dire des choses qu'on ne pense pas, il y a un sentiment de remise en question qui est , pour certains, pénible à
vivre.



Cathie 21/08/2010 09:54



Bien que cette rentrée soit pour moi la 25ème en tant qu'instit, je ressens toujours un petit stress mais comme tu l'explique fort bien, bien prévoir le déroulement de cette  première
journée permet d'y remédier (les comédiens ne disent-ils pas qu'avoir le trac est nécessaire pour bien jouer....).


De plus, pour moi, cette année sera certainement très sereine car (chose qui ne m'était pas arrivée depuis fort longtemps), je n'aurai que 20 élèves. Sur ces 20, j'en connais très bien 19 (avec
mes collègues, nous faisons du décloisonnement et du tutorat ce qui permet de travailler avec d'autres élèves que ceux de sa classe).


Donc, pour moi, cette année, un peu de stress pour la rentrée mais certainement beaucoup de plaisir à venir.....



isa 21/08/2010 10:49



25 ans de carrière cela s'annonce aux parents, ils ont besoin de sentir une certaine habitude, ça fait partie des petits trucs qui marchent bien auprès d'eux, maintenant dans ton cas,
j'imagine que si les élèves te connaissent , les parents aussi.



p'tite fée nougatl 21/08/2010 09:35



la boule au ventre je l'ai déjà, presque 3 semaines avant la rentrée et pourtant je connais 80% demes élèves vu que je les ai eu la ou les années précédentes



isa 21/08/2010 10:46



je crois qu'il y a aussi un phénomène ambiant , j'en parle dans "les états d'âme de la rentrée", on associe rentrée à peur, changement donc risque, et puis il y a le nouveau rythme,
personne n'aime trop reprendre un rythme plus cadré, plus contraignant, les vacances sont synonyme de liberté.



nuagerose 21/08/2010 09:34



vu du côté de l'enseignant c'est très interressant car nous parents sommes angoissés par la rentrée des classes mais ne pensons pas une seconde que l'enseignant est dans le même état,je suis
assez contente d'avoir lu cet article,il m'ouvre les yeux!bises



isa 21/08/2010 10:43



eh oui, on a tendance à rester sur un certain angle de vue, parfois quand on déplace le regard, on se trouve rassuré.



rachel 21/08/2010 08:29



Coucou Isa !


Oui comme tout le monde, j'éprouve le stress de la rentrée ... mais c'est un bon stress, je crois, il me permet d'avancer, il me motive. Et du coup, comme tu le dis, ma journée est prête dans les
moindres détails : je suis rassurée et apaisée et donc, mes élèves aussi !


Merci encore d'anticiper nos questions et surtout de nous déculpabiliser à chaque fois ...



isa 21/08/2010 10:42



bonjour Rachel merci pour ce témoignage qui montre que préparer peut grandement aider à surmonter les craintes.