Sylvie G aimerait être observée: la salle des maitres

Publié le par isa

salle des maitres

J’ai choisi d’écrire mon « commentaire » ou plutôt ma « requête » ou demande dans cette rubrique qui concerne l’analyse des pratiques. En effet,  parce que cela fait trop longtemps que je tente de travailler sur ma pratique justement sans vraiment être satisfaite, parce que cette année me semblait tellement marcher comme sur des roulettes jusqu’à la rentrée de janvier et  que j’ai l’impression depuis d’être en grande difficulté pour ma gestion de classe (non que ce soit le bazar total mais le groupe est de plus en plus bruyant, comme en régression au niveau du respect des règles de vie par rapport au début de l’année et surtout une maîtresse qui a vraiment du mal à relativiser, à lâcher par moments, à se « décentrer »....).
J’aimerais comprendre et surtout je souffre énormément et je trouve bêtement car je sais que je suis  pourtant pleine de ressources et d’énergie. Voilà pourquoi je voudrais comprendre où est le petit ou gros grain de sable.
J’en viens à ma demande : j’exerce dans l’Essonne et je serais très intéressée que quelqu’un du blog vienne m’observer dans ma classe afin de pouvoir discuter  et réciproquement je pourrais en retour l’observer  ou pas...
J’ai déjà demandé à une conseillère péda de venir dans ma classe mais j’ai réalisé que c’est vraiment davantage avec une ou un collègue que j’ai besoin d’un regard éclairé...
Je regrette que ce type de travail d’analyse d’observation sur les pratiques n’existe pas dans notre institution scolaire. Pourquoi la remédiation des enseignants n’est elle pas davantage pensée ?
Je sais que cette proposition n’est pas super alléchante : il s’agirait de venir pendant une journée de vacances ??? donc cela concernerait une personne d’une autre zone que Paris, cela voudrait dire déplacement....Donc je ne sais pas....C’est une demande un peu folle, bizarre mais sur le blog d’Isa, j’ai confiance, je sais qu’il n’y aura pas de jugement de valeur ...alors comme cette proposition est  tout de même compliquée, si vous avez des idées...

Merci

SYLVIE G 

Publié dans la salle des maîtres

Commenter cet article

vivi 09/04/2013 20:34


J'aurai aimé t'aider Sylvie mais je suis trop loin de toi.


Pour ma part, j'ai la chance de préparer mes projets avec ma collègue et amie (connue à l'IUFM il y a 20 ans). Nous avons toutes les 2 une classe de PS/MS et le vendredi après-midi, nous
réunissons nos moyens (pas financiers!) pour des projections en arts visuels, EPS... Du coup, on se regarde enseigner, on échange nos petits "trucs"pour le retour au calme. C'est ainsi que j'ai
remarqué qu'elle disait "tu" en s'adressant au groupe-classe. Elle m'a expliqué que c'était pour que chacun se sentent impliqués...Je n'aurai pas pensé à ça... C'est vrai que ça aide d'avoir un
regard extérieur.

Muriel 09/04/2013 19:07


lire "tente" au lieu de "rente", bien sur.....

isa 09/04/2013 19:34



ouh, il y a des lapsus révélateurs !!!!



Muriel 09/04/2013 19:07


Concours de circonstance, l'idée de la rente de Cerise, ou du "refuge", dispositif utilisé en CLIS pour les enfants ayant besoin de se ressourcer dans le
calme, je viens de le proposer à une famille pour un enfant de ma classe!


Il faut d'abord que je trouve un endroit dans la classe (donc que je modifie la disposition), et que j'y installe un "espace" avec un
coussin...


Il sera utile pour certains de mes élèves qui ont vraiment des "pétage de plombs" à cause du poids de la collectivité et du bruit dans des journées trop
longues.


Par contre je n'y envisageais pas d'activité spécifique à part un coin douillet.


L'idée est que l'enfant puisse s'y rendre de lui même (ou éventuellement suggéré par l'adulte,) mais pas sous forme d'injonction ou de sanction, car ce n'est
pas "le coin".


Juste je ne sais pas encore comment je vais gérer l'utilisation de cet espace vis-à-vis des autres élèves: le limiter à certains élèves spécifiés? accepter
que tous puissent y aller? ne pas en faire un espace d'évitement du travail (hihi, je ne suis pas née de la dernière pluie!)


Bref: quelqu'un a-t-il déjà utilisé un tel dispositif?

isa 09/04/2013 19:33



pendant plusieurs années et parce que c'était des projets pédagogiques assez stimulants et fréquents dans les années 80 ( eh oui !!!), j'ai fabriqué avec mes élèves des endroits où se
réfugier, c'est à dire des lieux clos ( case africaine, baleine dans laquelle il était possible de rentrer, fusée, petite maison...) à partir de grands cartons , il en fallait souvent plusieurs,
la structure était installée par mes soins , puis avec les élèves , nous rajoutions du volume ou nous découpions des fenêtres ou nous faisions de la décoration-bricolage et nous peignons
collectivement. Puis nous instaurions des règles d'utilisation, souvent l'espace réduit imposait un nombre limité à deux, mais aussi parfois un ( la fusée). Effectivement, cela représentait un
endroit de décompression et d'isolement tout en restant ludique. Je n'ai jamais utilisé ce lieu pour envoyer un enfant se calmer mais je n'y ai jamais pensé en fait. Cependant, j'observais que
les enfants plus difficiles aimaient s'y blottir. Cela demande un espace suffisant pour ajouter un lieu supplémentaire dans la classe.



cerise 09/04/2013 13:18


moi aussi, en ce moment, je "m'attelle" aux enfants qui prennent sans cesse la parole. J'ai pris RDV avec les familles pour leur REdire mes attentes... "on lève la main...",  on ne parle pas
plus fort que les autres (ex : pas plus fort que la TV à la maison, on apprend à attendre (merci Isa C'est ton idée) auparavant , je ne verbalisais pas et j'avais des scrupules à le faire mais
maintenant  j'exige que les enfants attendent calmement (ex : pour remplir le cahier d'appel) et ils sont mimis : ils le disent : on attend, on se tait... et pour moi, ça me
fait du bien ...


 Après les RDV, je fais un bilan  sur les cahiers de correspondance tous les soirs ... c'est un peu lourd Mais ... concret.... pour les familles... et pour ceux qui prennent la parole à
tort et à travers, qui bougent ss cesse, ils ne vont plus sur la chaise à réfléchir mais vont s'asseoir la tête dans les bras sur la table et attendent que je leur dise de revenir. (conseil du
RASED : la maitresse G me conseillait de leur prévoir un espace comme une tente, carton pour que l'enfant s'isole du groupe, à l'intérieur tu proposes des feutres, de la pâte à modeler... je n'ai
pas suivi ce conseil, je préfère les mettre à une table )


je suis plutôt satisfaite des résultats. Mais les parents doivent te suivre...


Les plus timides ont un espace sonore pour eux ... bon courage Sylvie... bientôt les vacances...

Muriel 07/04/2013 16:30


Ca c'est vrai que maintenant, j'en ai marre de ne m'adresser qu'aux perturbateurs ou aux grands parleurs lors des temps collectifs, et que je fais l'effort
de me consacrer aux discrets!


Mais ce n'est pas toujours facile car il faut bien réguler les attitudes...

isa 07/04/2013 16:51



déjà en prendre conscience est une étape, ensuite cela demande d'y réfléchir, on ne change pas radicalement les caractères mais on peut amener les élèves à partager la parole. Dans la
remédiation, je propose un exercice qui aide bien. Il s'agit d'associer
un grand parleur avec un faible parleur, ils possèdent un micro pour deux, celui qui parle a le micro , dés qu'il a parlé il le passe à son copain. Ainsi lors d'un regroupement, si le faible
parleur d'un binôme n'ose pas prendre la parole, le grand parleur ne récupère pas le micro, il incite donc l'autre à le faire tout en sachant qu'il devra à nouveau partager. Il y a des prises de
conscience et aussi un travail de contrôle . C'est une forme de régulation pour une situation d'apprentissage.



Joëlle 07/04/2013 11:47


Isa, tu viens de mettre TRES EXACTEMENT en mots ce que j'ai ressenti à l'écoute de l'enregistrement !!!!

Joëlle 07/04/2013 08:59


Petite expérience personnelle il y a qq années :


Je voulais enregistrer un moment de langage pour ne rien rater de ce que disaient les ENFANTS (je crois me rappler qu c'était pour la fête des
mères) et le restituer au plus juste avec leur prénom (parce que je ne sais pas faire 3 choses à la fois : animer, écouter, écrire...)


Et là... je ME suis entendue !


J'ai entendu une maîtresse qui parlait beaucoup (trop !), trop vite, qui ne laissait pas assez de place et de temps aux enfants : bref, c'était surprenant !


Rien qu'un enregistrement de qq minutes est révélateur !


En tout cas, riche idée que ce partage entre enseignants qui accepteraient de se "critiquer" (dans le sens d'analyser ses pratiques).

isa 07/04/2013 09:53



oui tu as raison Joëlle, nous sommes à l'intérieur et nous ne percevons que ce que nous filtrons du fait de nos attentes. J'ai moi aussi fait l'expérience de l'enregistrement d'un film (
pour un prof d'IUFM) et j'ai vu combien j'étais focalisée par ceux qui parlaient ou perturbaient, négligeant ceux qui auraient souhaité intervenir mais qui étaient sans assez d'audace.
Finalement, je me suis aperçue que j'entretenais la non prise de parole de ces petits parleurs. D'autre part, je n'aidais pas les grands parleurs à tenir compte des autres puisque j'attendais des
réactions et que ce sont eux qui me les donnaient d'où le cercle vicieux. Suite à ce visionnage, j'ai décidé de réfléchir à la remédiation langage grands parleurs/faibles parleurs ( voir travail
en GS ICI). C'est effectivement trés instructif de s'observer.



Muriel 06/04/2013 19:16


Comme je compatis, Sylvie!!!!


Toutes vos idées sont intéressantes! !!


J'avais pensé au film, ensuite il faut trouver sur place des collègues pour en parler à postériori, puisque la diffusion internet n'est pas
possible.


Pendant le temps scolaire: Les collègues d'école (si elles connaissent le fonctionnement de la maternelle, ce qui n'est pas toujours le cas en primaire,
malgré toute leur bonne volonté...), ou des collègues à temps partiel... 


En attendant c'est vraiment une riche idée!


Il faut dire, pour te rassurer sylvie, que souvent à cette période, les élèves prennent un peu leurs aises, ils sont bien habitués à la classe, donc
s'enhardissent... il faut chaque fois "resserer les boulons"...


Il y a aussi la fatigue de la saison, surtout avec cet hiver à rallonge et le manque d'ensoleillement qui carence tout le monde, le changement d'heure,
etc... Car j'entends un peu les mêmes commentaires dans les écoles autour de moi.


Donc Sylvie, il ne faut peut-être pas t'affoler ou te sousestimer...


Mais au contraire te dire que tu es une personne très consciencieuse et professionnelle, puisque tu te remets en question tout de suite, avant de chercher
une cause extérieure.


Courage (moi la semaine dernière j'ai pleuré dans ma classe
(après l'école) tellement ils étaient affreux et que j'ai pris sur moi pour rester zen, souriante,... et non-violente)


Merci ISA pour ce bel espace de parole...

Emilie44 06/04/2013 18:06


Tu peux aussi en parler avec ton inspecteur : le mien par exemple nous a proposé l'année dernière si nous souhaitions aller observer des collègues dans leurs classes
de mettre des remplaçants dans nos classes (1/2 journée) pour rendre cela possible. Ainsi, les 2 collègues de CP sont venues chacune une demi-journée dans la classe de ma collègue de GS pour
mieux cerner le travail fait par leurs futurs élèves avant qu'elles les aient. Elles avaient trouvé ça intéressant et ma collègue de GS aussi. Bien sûr, cela ne peut se faire que dans une période
de "creux" où il y a moins de remplacements à faire et où l'IEN peut mobiliser un remplaçant.


 


Je pars toujours du principe "qui ne demande rien n'a rien", donc tu n'as rien à perdre à poser la question à ton IEN (ou à un conseiller péda si tu te sens plus à
l'aise), en leur disant que ça se fait ailleurs.

isa 06/04/2013 18:22



c'est intéressant à savoir , cela veut dire qu'il y aurait une volonté de permettre ce type d'échanges ...



maud 06/04/2013 15:52


j'aime ta démarche sylvie... sincère, pleine de questionnement, de remise en question pour toujours mieux faire et non se bercer de fausses certitudes...


pourquoi ne pas filmer une matinée, d'accord c'est long mais le visionnage peut t'apporter déjà beaucoup car tu vas te regarder avec un esprit critique car tu seras
en dehors de la scène. ensuite si cela est possible pourquoi ne pas le partager avec nous on pourra dire ce que l'on a observé... non??


 


Après, je ne sais pas si nous sommes des cas isolés mais j'ai moi aussi l'impression que mes bouts de choux sont moins attentifs à la règle et sont plus bruyants.
Pourtant ils font le plus attention possible pour ne pas déranger le bébé dans le ventre de maîtresse...

isa 06/04/2013 17:11



Comme cette lecture de vos commentaires me satisfait, et j’ai pensé que vous alliez réagir ainsi. Sylvie espérait de la bienveillance mais doutait très fort de sa demande, pensant que
celle-ci était déplacée. Cela fait plusieurs jours que cette idée a germé dans son esprit, elle m’en a fait part, je lui ai répondu que je ne pourrais accéder à sa demande personnellement parce
que je ne peux m’engager dans une aide qui n’a sûrement pas de cadre légal (même si je suis diplômée du Cafipemf et retraitée de l’Education Nationale) mais aussi un coût pour moi. Je lui ai donc
soumis l’idée que Maud a aussi suggérée , celle du film qu’elle m’enverrait pour que je l’aide du mieux que je peux, tout en lui disant que nous pourrions mettre sa demande d’être observée sur le
blog. Finalement dans un moment de grande interrogation, elle a désiré tenter la co-analyse des pratiques. Je dois dire que cela ne me surprend absolument pas puisque depuis que j’enseigne , j’ai
toujours entendu les collègues dire combien elles aimeraient aller voir d’autres classes et réciproquement. C’est une demande absolument logique, les détails si importants au fonctionnement d’une
classe et qui montrent leur pertinence sont souvent si petits qu’ils n’en est jamais question dans les échanges de pratique.


Le blog tente déjà de rapprocher vos pratiques, de les mettre en valeur ou de les interroger mais la dimension concrète n’est pas atteinte. L’idée d’une analyse de pratique à partir d’un
film m’intéresse vraiment mais se pose le problème du floutage des élèves et je suis responsable de ce que je publie. Il y a donc des obstacles pratiques à cette éventualité , d’autre part ,
entre être observé dans sa classe par un seul collègue et être visionné dans sa pratique par un grand nombre de collègues, j’ai le sentiment que la confidentialité sera choisie. Mais pour celui
qui est extérieur au monde enseignant et qui vient lire cet article et vos commentaires, il aura la démonstration que les enseignants sont prêts à se remettre en question jusqu’à solliciter le
regard des autres., une belle preuve d’engagement pour faire évoluer sa pratique. Merci donc à vous , et  bien évidemment à Sylvie qui a lancé cette discussion ô combien partagée ! Si
des personnes sont aussi intéressées par des échanges, nous pouvons réfléchir à une organisation pratique pour favoriser ceux ci. Encore de quoi faire marcher nos neurones ....



céline b 06/04/2013 15:07


peut être qu'on pourrait créer un réseau d'enrichissement des pratiques pour ceux qui veulent s'enrichir des pratiques des autres et qui veulent travailler pendant les vacances!!!! ce serait
sympa!!! la zone vacance se déplace dans une des deux autres zones!! j'irai bien voir certaines bloggeuses!!!

isa 06/04/2013 18:38



Merci Céline d'avoir fait aussi un article pour Sylvie ICI



céline b 06/04/2013 15:02


Peut être que tu devrais aussi essayer d'aller observer des collègues expérimentées qui ont des gestes simples mais "efficaces"!!! auquel on ne pense pas forcément , et ça aide aussi à se
décentrer de ce que l'on fait!!! voir comment elle ramène le calme, passe les consignes, rythment la journée!!! Tu auras plus de possibilités en te déplacant toi et tu pourras observer plusieurs
personnes. Les deux observations sont intéressantes!

Mélanie 06/04/2013 14:36


Moi aussi, cette année j'ai eu besoin de me rassurer, de voir une autre manière fonctionner dans la classe d'une amie qui a bien voulu m'ouvrir les portes de sa classe. Etant à temps partiel
cette année, cela a été facile pour moi de pouvoir aller la voir. J'ai vu des astuces, des manières d'être, un fonctionnement de classe un peu différent du mien et surtout une discussion très
enrichissante sur ce que j'ai pu observer. C'était beaucoup plus parlant et on parlait de choses vécues ensemble. Mon amie également a apprécié cet échange et regrette de ne pouvoir faire la
même chose dans ma classe ... C'est vrai qu'aller sur le terrain voir, vivre une classe c'est autre chose que le blabla de réunion tellement abstrait parfois ... C'est dommage que cela
n'existe pas car je pense que ce serait beaucoup plus enrichissant et ferait avancer beaucoup plus vite nos pratiques !

sylvie Gl 06/04/2013 14:24


Bonjour,


je suis super émue de lire vos réponses ...J'appréhendais beaucoup et je suis très touchée par votre présence, accompagnement...


Comme d'hab je constate votre réactivité et cela fait vraiment chaud au coeur et vraiment avec ce blog, j'ai  l'impression de faire partie d'un groupe même si je suis plus demandeuse
que "fournisseuse" (pas terrible ce terme!): nous sommes toutes, tous différents et quand je lis les commentaires, j'arrive comme un certain nombre d'entre vous je pense à savoir de qui il
s'agit...Avec Vivi, c'est facile il y a une chanson au bout, avec Emilie la réponse est toujours hyper rapide, avec Julien il est en général minuit...


Je ne me sens pas de demander à ma directrice de venir  dans ma classe, elle a bien "d'autres chats à fouetter" (encore une drôle d'expression pas très jolie ) et puis nous n'avons pas
du tout la même façon de voir les choses dans la classe mais je respecte tout à fait cette différence.


Sandrine, je te contacte très vite.


très bon Week end à toutes, tous.


 

sophie 06/04/2013 14:13


J'y pense depuis un moment. Mais sans oser le mettre en pratique.


Grâce à ta demande je vais le proposer à mes collègues.


Déjà sur le tps de la récré (nous on fait 2 services). La collègue peut une fois voir le tps des ateliers, un autre jour : le regroupement etc et jeter un oeil sur les progressions. Il faut p-ê
cibler ce que tu veux qui soit observer, du coup pas besoin que ce soit la journée entière. Je suis sûre qu'il y a plein de bons moments ds ta journée !!


Bon courage et merci à toi.


 

verderie 06/04/2013 13:44


Bonjour,


Il y a quelques années j'ai demandé à l'enseignante du réseau d'aide (une dame en fin de carrière, ayant travaillé longtemps à la maternelle) de venir m'observer....Elle a
accepté avec plaisir...Je garde un excellent souvenir de ce moment d'échange... 


Verderie


PS : Non, non, ta demande n'est pas folle, bizarre...je te souhaite de la voir aboutir !

Valérie 93 06/04/2013 13:15


Moi aussi çà m'intéresse ta démarche et j'ai connu une école en ZEP à Naterre où l'équipe avait des temps d'observation ( projet de communication dans le projet d'école) sur le temps de sieste
des PS les collègues de PS pouvait oberver et une discussion s'engageait et j'avais trouvé çà hyper intéressant!! je suis un peu loin ( 93) et je suis à temps plein...mais j'espère pour toi que
tu vas trouvé!!!

Emilie44 06/04/2013 12:48


Autres pistes : tu peux essayer de trouver une collègue à temps partiel, qui accepterait de venir sur son jour où elle ne travaille pas, ou alors la directrice de
ton école (elle peut peut-être trouver un moment sur son jour de décharge?). Moi si une de mes collègues le demandait, j'accepterais.

sandrine Somveille 06/04/2013 12:46


Bonjour,


Touchée par ton article, j'exerce dans le 28 et suis en vacances le 12 au soir. J'ai exercé 10 ans dans le Val de Marne, j'ai de la famille à Fontenay aux Roses et pourrais te rencontrer dans ta
classe pendant mes prochaines vacances.


N'hésite pas à me recontacter.


Sandrine

Edith 06/04/2013 12:17


Je ne peux pas t'aider directement, mais je me suis retrouvée comme toi récemment. Je voulais la visite d'un Conseiller Péda. pour échanger sur mes choix de pratiques....je n'ai rien obtenu: pas
le temps pour eux, et puis j'avais trop d'ancienneté pour douter de ma pédagogie.


Pistes possibles: des collègues retraitées dans ta ville ou ton département pour une meilleure disponibilité.


Fais -toi, à froid, une liste des choses que tu pointes comme allant mal.


Ou alors fais-toi un pense-bête pour noter au fil de la journée ce qui n'a pas fonctionné...et au bout d'une semaine de notes, fais un tri.


Définis bien ce que tu tolères et ce que tu souahites améliorer, implique peut-être ta classe dans le respect des règles de vie.


Voilà les premières pistes


Bon courage.