tribune libre: chanson pour dire NON chez Maud

Publié le par isa

écrivez 11

auteur: Maud

 

Sur le site de l’unicef, il y a une chanson téléchargeable sur l’air très connu de “non,non,non” sur le droit des enfants à ne pas se laisser faire! chanté par Camélia jordana...

 

 
et il y a tout un pan, si tu déroules jusqu’en bas pour les enseignants
 
en liaison avec la préparation Non dit Petit Monstre
non dit petit monstre


Commenter cet article

arielle 22/09/2011 22:36



Merci !


je te donnerai des nouvelles dans quelques jours!



arielle 22/09/2011 19:41



Merci Isa, tes mots m'aident beaucoup.


Bien sur Nebka a des qualités, il est très affectueux en fait et je suis touchée par la confiance qu'il sait aussi me témoigner en " s'abandonnant " dans mes bras.Et si quelque chose l'intéresse
( "la mécanique " genre engrenages, clippos, etc...) il peut fixer son attention pendant une dizaine de minutes.Ce qui est dur, ce sont les récréations ( il part dans toute l'école et je dois le
rattraper dans les escaliers, il ouvre les portes, s'enfuit etc...)et les temps intermédiaires ( passages aux toilettes, etc... surtout parce qu'il agresse les autres enfants comme cette petite
fille) et les regroupements parce que je ne peux pas capter du tout son attention.


J'ai bien remarqué que les après midis étaient plus difficiles parce qu'il est épuisé, étant donné la dépense d'énergie qu'il déploie sans arrêt et qu'il ne fait pas la sieste ( je crois qu'il a
peur de faire pipi pendant son sommeil et ça le maintient éveillé, il lutte, il lutte).


Comme tu le sais, si Nebka était tout seul ou avec 4/5 enfants ça ne serait pas si difficile mais il faut veiller aussi sur les 25 autres qui ont aussi leur tempérament!


Mais je m'accroche, je sais que je serai heureuse quand à la fin de l'année et même avant,  Nebka aura trouvé sa place à l'école.


Je te remercie encore mille fois pour tes précieux conseils, que je médite ( au sens plein du terme).


 



isa 22/09/2011 20:51



Tu as déjà bien cerné ce petit garçon, effectivement il réagit au groupe et à l'inquiétude que celui-ci lui procure ( récréation, toilettes, regroupement). Il semble affectueux , mais
malgré tout il a choisi  la relation provocante parce qu'elle est son mode de fonctionnement. Si tu le tiens par la main durant le passage aux toilettes par exemple en lui disant qu'il ne
sait pas encore se contrôler et que tu veux l'aider, que va -t-il se passer ? Si les regroupements sont trop difficiles, pourquoi ne pas l'autoriser à bricoler sur une table à proximité de vous,
puis progressivement au fil des jours, lui demander de rester une minute assis avec vous puis aller à son bricolage et chaque jour augmenter un peu sa participation dans le groupe. En récréation,
pourquoi ne pas demander de l'aide à des grands , en leur demandant s'ils acceptent de l'intégrer à leurs jeux ? Bien entendu, toutes mes propositions ne fonctionneront peut-être pas mais ta
démarche est d'agir et non de subir, il est donc important pour toi de rechercher tous les aménagements qui pourraient l'aider à s'apaiser. Quand tu as essayé pendant plusieurs jours et que cela
ne fonctionne pas, tu tentes autrement. Il faut beaucoup de patience mais beaucoup de choses se passent dans ton regard sur lui et ton envie de l'aider. En ce qui concerne la sieste, c'est un
petit garçon qui a vraiment besoin de l'adulte auprès de lui qui lui donne la main, qui le maintient couché si nécessaire sans le brutaliser mais tout en étant ferme. Il faut qu'il puisse
récupérer. Je ne prétends pas avoir LA solution, je réfléchis avec toi.



arielle 22/09/2011 18:24



chère Isa,


Notre échange d'hier m'avait bien remontée et ce matin j'étais contente d' avoir beaucoup mieux réussi à canaliser Nebka ...mais l'après midi, je me suis motivée pour ne pas me décourager!...
parce que:


pas de sieste ( sauts sur le lit etc...)


agressions systématiques envers une petite fille toute douce... et terrifiée du coup


... qu'il a fini par mordre...


bref, un petit mot STP Isa pour me remonter le moral!!!!Arielle



isa 22/09/2011 19:18



sois forte Arielle, tu as eu un mieux ce matin, il faut continuer à croire que tu vas l'aider à se contrôler, regarde le avec bienveillance même s'il veut te pousser à bout, je ne connais
pas son histoire mais certains enfants ne connaissent que ce type de relation: le rejet et ils rejouent systématiquement ce qu'ils connaissent. Effectivement pour eux, l'affection les met plus en
danger que le rejet ( car l'affection ils peuvent la perdre et c'est trop risqué). La situation ne peut pas se transformer immédiatement,je sais que cela te demande beaucoup d'énergie et je pense
que cet après midi , tu as commencé à relâcher, ce qui est normal.


Sois confiante et tente de regarder ce petit garçon avec beaucoup d'indulgence. Maintenant , je ne te dis pas  de laisser faire, non ,je t'avais d'ailleurs dit hier, ne cède pas sur
les règles de la classe, il a vraiment besoin de tes limites, il te défie , montre lui que tu restes celle qui représente la Loi, et ne le crains pas , surtout, ne le crains pas, c'est terrible
pour un enfant de sentir que l'adulte redoute son comportement, cela laisse penser à de la peur et c'est extrêmement insécurisant. Ces petits élèves agités sont souvent envahis par leur propre
anxiété, beaucoup s'agitent pour éviter cette angoisse. Ils sont à la recherche de sensations et tout pour eux est menace. La morsure qu'il inflige à la petite élève ( ce n'est pas un hasard
qu'il choisisse une enfant douce) est un désir de possession, d'accaparation. Il ne se contrôle vraiment pas et n'a pas conscience des interdits, tu es donc là pour lui rappeler à chaque fois
qu'il transgresse. Tu peux compter sur moi autant de fois que tu en auras besoin, dis moi quelles sont les qualités de ce petit garçon, il en a, c'est certain, les as-tu décelées ?



arielle 21/09/2011 21:44



oui, je suis d'accord ce que tu écris.


Merci!



arielle 21/09/2011 16:20



oui, merci, tes paroles sont réconfortantes et je vais m'en souvenir demain et après quand je serai un peu épuisée!


Il aime bien la pate à modeler et les contacts physiques ( être dans mes bras, me donner la main... mais pas trop lontemps non plus quand même!).


Et quels conseils éventuels crois-tu que je pourrais donner à la maman? On dirait qu'elle est " résignée" devant son petit garçon qui n'a pas de repères et de limites et j'ai l'impression
qu'elle ne communique avec lui qu'en lui donnant des "ordres " : tiens-toi tranquille, tais-toi ( euh... "ta gueule " car ça Nebka n'a pas de vocabulaire mais il sait le dire!).



isa 21/09/2011 19:27



c'est toujours difficile de donner des conseils à des personnes qui ne les demandent pas, dans nos relations aux parents , il faut toujours être prudent et ne pas leur donner le sentiment
de l'incompétence et de la disqualification. Au contraire, notre regard sur eux doit être plus bienveillant et accompagnant. D'où l'idée de leur demander ( si la discussion t'y amène) ce qui
tourne bien avec leur enfant, y compris quand ils sont perdus et résignés comme tu l'as observé, il y a forcément des moments où la relation avec leur enfant n'est pas conflictuelle ou difficile.
C'est toujours en montrant que leur enfant est capable de ces petits moments qu'ils le regarderont différemment et l'aideront à leur manière. Notre rôle est de les considérer comme nos
partenaires et pour cela, il ne faut pas nous positionner au dessus d'eux en matière d'éducation,c'est leur enfant et jusqu'à preuve du contraire ( malheureusement ça arrive), ils sont les mieux
placés. Si nous les jugeons et pointons leurs erreurs ,nous perdons leur confiance, les conseils ne sont donnés que lorsqu'il y a une vraie demande formulée. Grâce à cette confiance, ils
s'investissent et s'intéressent et notre travail ( notamment tout ce qui est dit dans le cahier de liaison) les influence.



arielle 21/09/2011 15:25



beaucoup... c'est beaucoup dire! mais de la part de deux enfants oui!


Enfin, c'est surtout difficile avec un petit Nebka qui est comme un " enfant sauvage ": court partout, s'enfuit partout ( non pas par crainte ni parce qu'il pleure juste parce que ça part dans
tous les sens),pousse tout le monde, ne tient pas en place et surtout pas sur une chaise mais par terre sur la ligne de regroupement c'est encore pire, etc etc... Maman seule qui l'élève mais je
crois qu'il n' y a pas de communication verbale vraiment, d'ailleurs Nebka "s'exprime "  à l'aide de quelques mots très peu nombreux, donc le langage n'est pas une aide pour
l'instant pour le faire entrer dans les règles de vie de la classe.Le support , la médiation des livres et des histoires ne me paraît pas envisageable non plus à ce stade, le manque de
vocabulaire est trop important.Mais  pour en revenir à l'origine de cet échange, il ne dit même pas "non", en fait!


Voilà! mais c'est juste ce que nous vivons toutes plus ou moins dans nos classes, non??? 



isa 21/09/2011 15:40



Pourtant, si tu penses qu'il a été peu sollicité verbalement, c'est à l'école qu'il a besoin de l'être, or, lui parler et parler en son nom est  de mon point de vue une tâche qui
doit s'accompagner des gestes. On ne peut pas attendre d'un petit qu'il parle sans lui parler préalablement, c'est comme si tu choisissais d'attendre qu'un enfant marche sans le solliciter, sans
le tenir par la main. qu'est-ce qui le fait se calmer , as-tu observé cela ? Est-ce la musique, son doudou, ton contact, la marionnette, un jeu spécifique, la peinture, l'eau ? Appuie toi au
maximum sur ce qui l'aide à se canaliser et surtout n'abandonne pas tes règles de classe sous prétexte qu'il ne parle pas encore. Il a besoin de sécurité et ton autorité, tes règles le
sécurisent.



arielle 21/09/2011 14:25



et "oui oui oui maitresse", ça existe aussi???!!



isa 21/09/2011 14:49



pourquoi tu essuies beaucoup de refus ?