visite de la conseillère pédagogique chez Laetitia: la salle des maîtres

Publié le par isa

salle des maitres

 

Je suis toujours assidûment le site et les réalisations, mais surtout l'esprit qui les guide, c'est à dire ce que j'en ressens, un respect de l'élève, une ouverture d'esprit et je l'apprécie. Sauf que .. en tant que T1 j'ai eu la visite de ma conseillère Péda ce vendredi qui ne m'a fait QUE des reproches soit : 1 trop d'albums de littérature de jeunesse - 2 trop de chants et de comptines - 3 de ne pas assez crier sur les élèves indisciplinés - 4 de leur faire trop travailler l'écrit  : c'est à dire déjà reconnaître la lettre de leur prénom et en connaître le bruit (j'ai tenté et depuis un mois ils reconnaissent toutes les lettres des prénoms de la classe et leur bruit) - 5 de ne pas avoir fait de groupes dans la classe (choix personnel, quite à beaucoup de lectures à ce sujet) - et n'a pas du tout vu que depuis la rentrée les élèves sont entrés dans le devenir élève, il se plaisent à l'école, je n'ai aucun pleur le matin, que j'ai pu établir une relation individuelle avec chaque élève, que je les laisse avoir une certaine autonomie (d'où l'absence de groupe). Bref rien n'allait, je n'ai  pas reçu les conseils que j'attendais notamment pour la gestion de l'emploi du temps. Je suis donc un peu dans le doute quant au "bien aller" de ma pratique car ma classe fonctionne, ils sont au travail en atelier et s'y investissent, le bilan langage est bon car les objectifs des séances sont tenus. Ma grande question ce matin c'est faire des groupes ou pas car je pensais que nous avions une certaine liberté,mais vu la manière dont cela m'a été présenté,  je devrais en avoir la prochaine fois. Je recherche donc les expériences des collègues à ce sujet et leur gestion de cette organisation pour pouvoir un peu plus défendre ma position. 

laetitia

Publié dans la salle des maîtres

Commenter cet article

angie 26/10/2012 17:52


ci-joint copie du message  envoyé ce matin à isa sans avoir vu cet article. grosse pensée à laétitia (je suis T1 à 35 ans)


BONJOUR, T1 cette année, je suis avec admiration votre blog conseillé l'année dernière par une collègue directrice. Je viens ici essayer de me
soulager un peu. Après une année de stagiaire plutôt réussie d'après mes rapports de visite (dont l'inspecteur spécialisé en maternelle). J'ai reçu hier ma 1ère visite de T1 je dois dire
assez sereine car tous les conseils prodigués l'année dernière je les applique au quotidien. Quelle ne fût pas mon abattement après avoir reçu des conseils pertinents , 'ai assisté à un lunchage
: perte de temps aux toilettes (pour des PS), mauvaise utilisation de l'Atsem (qui doit prendre un groupe de travail quand moi je suis en motricité avec l'autre (mon atsem me dit qu'elle n'a pas
le droit de rester seule avec les élèves confirmation de la directrice...) que je dois faire partir les livrets d'évaluation à chaque période (pour les PS?) afin de m'harmoniser avec mes
collègues de cycle 2 et 3. Que je dois rencontrer mon quart de temps toutes les semaines afin d'être cohérente dans les apprentissages (bon j'ai pris un 75% car j'habite à 2H30 de chez moi avec
deux enfants à charge)si je n'ai pas pris un 100% c'est que je ne peux pas !!!! que je dois oublier les récré de 40 min (alors que c'est elle qui est venue me questionner sur mon parcours et les
personnes qui sont venues me visiter l'année dernière donc oui j'ai oublié l'heure en effet...)que je les prépare trop tôt pour l'heure des parents : je suis pressée de les expédier (NB: j'avais
les photos de classe à distribuer avec 6 modèles différents proposés. J'en passe et des meilleures !!! que mon quart de temps fait plus de fiches que moi (bon l'année dernière on m'a bassiné
qu'il fallait privilégier les manipulations et éviter la facilité des fiches bref je suis perdue résultat : moi qui passe 10 h par semaine de mon temps sur les routes et qui travaille des
week-ends entiers afin de créer des progressions logiques et qui suis très loin d'être une tire au flanc ; je suis aujourd 'hui cassée et seule.
angie

sonia 24/10/2012 08:54


Bnojour à tous,


Ah les visites losqu'on débute et même après! J'ai commencé sur un poste de ZIL dans un quartier très difficile. Je pensais qu'enseigner c'était faire des projets, mettre en place des situations
de recherche, faire prendre conscience aux élèves qu'ils sont un groupe et que chaque individu apporte à ce groupe, mettre en place des apprentissages programmés....Alors j'arrivais dans une
classe avec tout ça en tête et c'était vraiment le bazar. J'ai eu des visites, des contacts et pas un ne m'a dit que lorsqu'on est dans une classe ou pour un ou deux jours on fait des exercices
d'application/ d'entrainement, on maintient d'abord les acquis. J'ai entendu beaucoup de choses sur les fiches de prép, la nécessité de connaitre TOUS les programmes de TOUTES les classes.
J'étais noyée, épuisée. Aujourd'hui, je trouve que ceux qui nous valorisent le plus et nous questionnent le mieux c'est les discussions avec les collègues quand on a la chance d'être
dans une école où l'équipe est une équipe (et non une juxtaposition d'ego qui font des docs super très bien vus par l'inspection mais se disent à peine bonjour...), les rencontres avec les
parents dans une optique de "co-éducation" sont aussi pour ma pratique très enrichissante. Et les visiteurs ponctuels, je continue un peu à me méfier.


 

isa 24/10/2012 15:15



merci Sonia de venir dire cela , oui les collègues sont à même d'aider les jeunes et heureusement qu'ils sont là !!!! Soyez disponibles pour les débutants qui arrivent dans votre école,
c'est tellement important de pouvoir parler de tout et de rien, créez du lien entre vous et serrez vous les coudes, tout le monde a à y gagner.



Valérie 23/10/2012 22:41


Je reviens un peu tard donner des précisions pour le message vers 15h au sujet de la PES nommée dans notre école : il s'avère que la PEMF qui la suivait voulait qu'elle soit très carrée sur ses
préps et, comme elle enseignait en école d'application, souhaitait que notre collègue "expérimente" certaines séances, nottamment en maths. Notre collègue était prête pour cela. Là où elle a eu
de (grosses) difficultés, c'est au niveau de la gestion de la classe. Ses élèves étaient plutôt sots et n'entraient pas dans les apprentissages. Elle demandait de l'aide à sa PEMF qui restait
dans la pédagogie, le contenu des séances, vérifiait si les préps étaient bien "ficelées"... Notre collègue a fini par appeler le conseiller pédagogique (sur nos conseils) et il est venu avec une
2ème conseillère péda. L'appel au secours de notre PES était surtout pour gérer la classe. Et là, ils lui disent que toutes ces préps, c'était bien joli mais pas adapté au public qu'elle avait en
face d'elle. Ils ont dû venir en mars ou avril et leur discours remettait en cause tout ce que la PEMF lui avait dit depuis septembre. Donc, elle était perdue. Pour être honnête, les collègues
instits et moi-même lui avions déjà conseillé d'alléger les contenus afin de cadrer un maximum pour que les élèves se mettent déjà en position de travailler, d'écouter une consigne... et ensuite
de mettre en place les situations que lui demandait la PEMF. Ce n'est absolument pas une critique envers la collègue formatrice, mais simplement, notre collègue PES avait besoin d'être à l'aise
et ressentait de la pression. Pas facile d'essayer de faire entrer tout le monde dans le même moule (j'entends tous les enseignants). Nous arrivons dans le métier avec une vision de ce que nous
pensons juste, bien sûr nos pratiques évoluent (et les miennes énormément depuis que je fréquente ce site assidument), mais elles évoluent petit à petit, comme les représentations des élèves qui
se coltinent avec la réalité. Pour parler de cette année pour notre PES, elle a été ravie de quitter la maternelle et de rejoindre une classe élémentaire en septembre. Je crains qu'elle n'associe
maternelle avec mauvaise expérience.

isa 24/10/2012 15:06



merci Valérie de ces precisions, néanmoins tout cela n'explique pas pourquoi les collègues ne devaient pas intervenir en discussion pédagogique, je sens tout de même dans ton commentaire
que cette PEMF avait une attitude de supériorité évidente et que la considération de la collègue , de vous et des élèves n'était pas au rendez vous car si elle s'était intéressée au contexte,
elle aurait vite vu que ses projets n'étaient pas en adéquation avec les enfants. Au final, ce fut un bel échec puisque cette collègue à chercher à quitter la maternelle  !!!!



Laetitia 23/10/2012 21:11


Pour Corine, c'est exactement ce que je fais des groupes de besoin. 
Merci Caroline !! ouf !!!


 


Sinon l'an passé en PES .. ma conseillée Péda était Géniale .. donc preuve que l'on peut avoir de supers soutiens. Mais j'ai changé de circo .. ce qui est validé dans l'une ne l'est pas dans
l'autre, confirmant ainsi tous vos commentaires !! 


 


C'est super de ne pas se sentir seul dans sa classe même virtuellement. Juste pour préciser je ne suis pas une "toute jeune" j'ai 40 ans et j'ai passé toute ma vie ou presque dans la classe et
l'école de ma chère mère en PS .. donc même sans avoir enseigné auparavant .. j'ai eu le temps de faire de l'observation. Elle aussi est sidérée par le constat. Du coup elle est venue dans ma
classe aujourd'hui, elle a assisté à ce que je présente aux élèves elle a regardé mon cahier journal. J'ai eu des observations, mais elle m'a surtout dit : moi je n'ai jamais fait tout ça (en
parlant des fiches de prep, du tableau synthétique des compétences travaillées domaine et par semaine et le cahier journal détaillé) sans parler de tous les affichages faits en temps rééls etc ..
donc sans non plus dire que tout est parfait, elle a su me montrer là ou je pouvais progresser. Et c'est, je pense ce que l'on attend tous lors d'une visite, comprendre mieux notre pratique,
l'analyser pour mieux faire passer les savoirs. 

isa 23/10/2012 21:24



pour moi tu es "jeune" dans le fait de débuter, peu importe ton âge. Et oui , il y a des formidables conseillers pédagogiques ( j'en connais...)et à partir de ton exemple ,il ne faut
surtout pas faire une généralité, mais disons que ce n'est pas encore assez rare pour qu'on puisse dire que c'est anecdotique. Je vois que tu as une aide familiale. J'espère que lorsque cette conseillère reviendra, tu auras toute cette énergie envoyée par les collègues ici et donnée par ta mère afin
d'argumenter tes choix et expliquer les changements que tu as apportés après réflexion.



david 23/10/2012 21:04


Bon j'ai jeté un oeil à la programmation de Copenhague : je ne pense pas que j'y irai cette année, mais je recommande vivement à ta fille "The little cunning vixen", "La petite renarde rusée" en
français de Leos Janacek... Même si ça sera en danois et pas dans la version originale tchèque, c'est un petit bijou méconnu !! Je l'ai vu il y a 2 ans à l'Opéra Bastille et j'en garde
un très bon souvenir ! Et en effet, le site de l'opéra à Copenhague est vraiment original !

isa 23/10/2012 21:07



je transmets !



david 23/10/2012 20:01


Alors un peu de douceur dans ce monde de brutes !


http://www.youtube.com/watch?v=mPVSq0eApVc


Surtout, qu'elle prépare ses kleenex... la fin de l'opéra ne laisse pas insensible !

isa 23/10/2012 20:33



ah merci David, souvenir de l'école au temps des séances de relaxation avec mes moyens.



david 23/10/2012 19:49


Pour la formation, j'ai lu ça oui, mais moi je serais bien plus radical : même séparation qu'avec le collège ! Il y a tellement de gens super compétents dans l'EN, je ne comprends pas que
l'administration ne sache pas exploiter ce potentiel !!!!


Et sinon, j'avais jeté un oeil à différentes programmations en Europe histoire d'avoir une occase de m'évader, mais je n'avais pas regardé celle de Copenhague ! J'y cours, sait-on jamais ;-)

isa 23/10/2012 19:53



ma fille va assister à Mme Butterfly, la semaine prochaine.



david 23/10/2012 19:38


Moi je ne suis étonné qu'à moitié par ce que je lis... Je n'ai vu qu'une seule fois de ma carrière un conseiller à mes débuts ya 12 ans, et ben je m'en souviens encore... A part me parler de la
présentation du cahier journal, son dada, RIEN à dire si ce n'est "y'a une bibliothèque à l'inspection t'auras qu'à aller voir !!!!". Mais  bon, il n'y connaissait rien lui non plus !
Depuis, je n'ai plus JAMAIS appelé et je ne suis pas prêt de le refaire. Moi je rêve que la maternelle soit séparée de l'élémentaire, à trop avoir voulu jouer à la grande école on a perdu notre
spécificité... Qu'il y ait une formation spéciale maternelle, des inspecteurs spécial maternelle, des conseillers spécial maternelle, et on parlera peut-être entre spécialistes... mais bon, ça a
pas l'air d'être à l'ordre du jour !

isa 23/10/2012 19:43



si , c'est un projet, ainsi qu' une formation spécifique maternelle.


De mon temps ( pas préhistorique tout de même), il y avait une inspection des maternelles, sauf que notre inspecteur n'y connaissait rien non plus, il était vraiment grave , lui, je me
demande si on ne l'avait pas mis là parce qu'on ne savait pas quoi en faire.


et David tu sais que pour aller à l'opéra de Copenhague , il faut prendre le bateau, c'est merveilleux et pittoresque non ?



joelle M 23/10/2012 19:19


J'ai lu en diagonale, je reviendrais sur le sujet plus tard mais Isa, n'as-tu pas l'impression que l'on s'égare sur nos choix parce qu'un peigne cul est venu nous inspecte,r nous visiter sans
parfaitement maîtriser le sujet, QUI le maîtrise, Personne, sinon ça se saurait.


Je vous invite à nous recentrer sur ce qui nous passionne dans la pédagogigie et  à ne plus nous arrêter sur des jugements à l'emporte-piéce ou dans les lieux communs.


Ce metier n'est pas simple, il nous amène à réflechir sur la notion d'EDUCATION NATIONALE en tant que tout tout petit citoyen français fonctionnaire.


Soyons nous même comme il nous est rappellé plus que fréquemment par Isa. La lutte étant un pot de terre contre un pot de fer. Perso, je préfère la terre, c'est doux, c'est malléable, c'est
lisse, c'ext beau, c'est simple et en plus c'est la première matière que les hommes ont façonné.


Salutations à toutes


Cordialement à tous

isa 23/10/2012 19:34



oui c'est vrai mais tu sais bien que beaucoup de personnes attendent une confiance des autres pour avoir l'estime d'elles-mêmes, c'est un fonctionnement assez classique, donc le jugement
de celui qui vient avec sa "reconnaissance sociale" est fortement ressenti.Et la distance à prendre est souvent difficile. Les jeunes sont tout de même en attente d'être reconnus( voir l'article
que j'ai mis en UNE) en tant qu'enseignant. Tous les reproches sont souvent exacerbés dans leur interprétation, c'est pourquoi la parole des conseillers va avoir une forte répercussion dans le
ressenti du jeune enseignant. Tous ces conseilleurs le savent , ils ne peuvent ignorer cette réalité.  Par expérience, j'ai pu observer que la meilleure façon d'amener à une remise en
question est d'abord d'exprimer la considération qu'on porte aux personnes, leur dire qu'elles existent dans leur travail, qu'on a besoin d'elles, qu'elles ont été choisies pour leur potentiel et
que l'avenir est avec elles. Ensuite, le discours peut débuter, et les échanges seront constructifs. Cela me semble pourtant assez simple.



Caroline 23/10/2012 18:06


Je cros que je vais exeptionnellemnt imprimer cet article et les commentaires qui suivent pour mieux digérer l'histoire! :-)

isa 23/10/2012 19:36



C'est un débat intéressant qui amène des questionnements , parfois on s'emporte mais surtout il faut arriver à trouver comment faire changer les choses....



Caroline 23/10/2012 18:05


ouh là là... je n'ai pas encore lu les commentaires tellement je suis sidérée!!!! Tu sais quoi, j'ai 17 ans d'ancienneté! Et je fais tout exatement comme toi!!!!! Et j'ai les mêmes résultats!

corine 23/10/2012 15:31


Bonjour Laêtitia


Chez nous, dans notre circonscription, l'inspecteur voudrait que l'on ait pas de groupes dans la classe car il dit que les besoins des enfants sont tous differents;


Ce que je fais moi


Je fais des groupes mais de temps en temps, je les casse.


Je travaille alors en fonction des besoins, comme une remédiation. Enseigne avec ton coeur et dis toi que la conseillère n'est pas dans ta classe tous les jours.


Dis lui ce qu'elle veut entendre, fais ce qu'elle souhaite et dis toi bien que quand tu auras ta classe, tu feras ce que tu voudras.Cette année, il ne faut pas rater tes examens, alors montre lui
ce qu'elle veut voir; Sache que pour nous les titulaires, cela peut être pareil en inspection mais quand il est parti, on fait ce qui nous rend heureux.Le plus imprtant, c'est d'avoir des élèves
épanouis;


En PS, j'insiste sur l'initiale à partir de février;Après, chacun fait comme il veut;


Courage

Valérie 23/10/2012 15:07


L'an dernier, j'étais "marraine" d'une PES qui enseignait pour sa 1ère année. Elle était suivie par une PEMF (1 visite par mois environ) et par 2 conseillers pédagogiques et ils se CONTREDISAIENT
sur tous les points. Ils s'étaient mis d'accord sur le fait que nous (enseignants en poste dans l'école) ne devions pas nous mêler de l'aider du point de vue pédagogique. En tant que "marraine",
je ne devais l'aider que dans tout ce qui était connaissance du tissu local (relations mairie, Assoc parents), commandes,.... Bien sûr, déjeunant toutes ensemble chaque midi, nous la soutenions
et ne la repoussions pas lorsqu'elle nous questionnait.


Ce n'est pas constructif pour toi mais juste pour mettre en évidence que chaque professionnel qui entrera dans ta classe aura SA vision, SON analyse, ...alors, si toi tu te sens bien dans les
pratiques que tu as mis en place, pourquoi tout changer ?! Courage... et bonnes vacances à venir (à touTEs).

isa 23/10/2012 15:24



décidément , ça me fâche ce sujet. Comment en est-on encore à ce fonctionnement archaïque du "débrouillez vous" sans l'aide des collègues ? Ce que tu me dis Valérie sur le fait que vous
n'aviez pas à vous mêler de pédagogie avec cette jeune collègue me laisse complètement interdite et ensuite en colère, quelle raison peut-être invoquée pour justifier un tel comportement , si ce
n'est qu'on considère que vous n'en êtes pas capables ou que cela ne vous regarde pas, ou bien que cette jeune doit se dépatouiller toute seule avec les conseils contradictoires de 3 personnes
qui ne sont pas en cohérence ? As-tu une explication à nous donner qui t'aurait été fournie ?



vivi 23/10/2012 09:11


Tu sais quoi! On ne peut pas plaire à tout le monde. J'ai mis longtemps à le comprendre. La prochaine conseillère trouvera peut-être ta pratique originale et stimulante  pour les enfants
Alors ne te laisse pas déstabiliser... Sois bien dans ce que tu fais.

isa 23/10/2012 10:25



bon hier j'étais un peu perturbée et j'ai appuyé fort sur les conseillers pédagogiques qui font un travail qui n'est pas facile, je sais bien qu'on leur demande beaucoup comme à vous les
enseignants. Je comprends ce sentiment parfois de découragement de devoir aider un bon nombre de jeunes enseignants sans avoir les moyens d'être suffisamment présent et attentif comme cela le
mériterait. Oui c'est compliqué. Cependant, je ne crois pas aux visites qui sont censées aider mais qui au fond démolissent par trop de points négatifs mis en avant. Pour moi, le travail de
conseiller pédagogique est le soutien, comment soutenir quelqu'un qu'on enfonce ? Certains me répondront cela peut servir de déclic ; peut-être à quelques uns mais majoritairement quand on
débute, cela affecte de s'entendre dire uniquement ce qui ne va pas. D'autre part, l'institution n'a pas les moyens de suivre correctement les jeunes enseignants, du coup, celui-ci est laissé à
ses reproches sans vraiment avoir compris comment changer. C'est pourquoi je défends l'idée qu'il est meilleur de partir du positif, d'encourager la personne dans ce qu'elle sait faire, et de
voir avec elle ce qu'elle pense de sa pratique, l'interroger sur le comportement des élèves et la connaissance qu'elle en a, de l'amener dans une discussion  constructive à envisager des
changements si elle s'y sent prête, cela ne sert à rien de vouloir faire changer les gens s'ils n'y sont pas prêts. Concernant Laetitia, à propos des "non groupes" ( à constituer obligatoirement
selon cette conseillère) , ma démarche serait de comprendre pourquoi ce choix, quels avantages, quels inconvénients, les élèves sont-ils plus investis ou au contraire papillonnent-ils, font-ils
toutes les activités proposées, ont-ils d'autres moments où le sentiment d'appartenance à un groupe est recherché, et dans l'organisation pratique, est-ce plus aisé, cela permet-il de savoir qui
est passé où ...... bref la discussion permet au jeune de mesurer lui-même ce qui peut être amélioré et ensuite il y est prêt, souvent même motivé à le faire parce que cela vient de lui, il a été
accompagné dans son analyse de pratique. Venir et dire ça , ça , ça et ça c'est pas bon, ne sert à RIEN c'est comme souffler en l'air. J'ai demandé à Laetitia de me dire quelles étaient les
raisons invoquées par la conseillère pédagogique pour l'obligation de faire des groupes, elle n'a pas su me répondre, à quoi cela lui a-t-il servi d'entendre "il faut faire des groupes" si
l'argumentation ne suit pas. La réaction de Laetitia est de m'écrire pour tenter de comprendre et d'avoir un avis, ce n'est pas logique que la débutante soit laissée ainsi à elle-même avec des
interrogations auxquelles elle ne sait que répondre. Voilà pourquoi j'étais fâchée ! 



Sev 22/10/2012 22:45


Vihyko, je ris en te lisant; c'est vrai que tu sembles avoir besoin de vacances ! Vivement vendredi soir !

joelle M 22/10/2012 22:12


Merci Isa, la retraite, non pas encore, c'est dommage, j'aimerai faire autre chose ou mieux pas pareil mais je me sens obligée sans contrainte, en soutien à me positionner par rapport à tous ces
jeunes que tu embarques sur ton beau navire et leur dire que même après + de 20 de métier, on est toujours en questionnement. Tout le monde a besoin de vacances m^eme si je le dis haut et très
très fort j'ai pas eu l'impression de galérer, ni mon ATSEM durant cette période.

isa 22/10/2012 22:20



c'est gentil pour l'atsem car elles aussi, elles fatiguent. Oui le questionnement fait partie du métier et franchement après quand on l'a quitté , on se dit que c'est drôlement bien
d'avoir un travail où on cogite. Je suis allée faire du soutien en épicerie et honnêtement ça ne nourrit pas ( intellectuellement parlant).



joelle M 22/10/2012 21:42


Tu crois pas si bien dire, ma nouvelle IEN est venue dans l'école pour une inspection d'une collègue. Elle me demande royale lorsque je lui dis que nous avons bénéficié d'un budget de 1500 euros
pour l'achat de livreS : vous avez respecté la liste! moiquelle liste????,  oUI? BIEN SÜR entre autre ai-je répondU
nous l'avons complétéeeeeeeeee ,  dans le devenir élèveet après son départ2 500 habitants, 1500 euros de budget
communal tout simplement énorme et l'autre qui me joue les divas. J'adore

isa 22/10/2012 21:59



merci les filles, j'avais besoin de rire ce soir car je rentre de l'aéroport ( oui encore !!!) et j'étais un peu morose, alors franchement  je lis vos commentaires et je me "bidonne"
( c'est pas trés beau mais c'est accepté au scrabble car quand je lis que Joëlle a le même âge que moi, je me dis que ça sent les réunions de maison de retraite). Bon alors un peu de sérieux.


Je voudrais ( suite à l'article de Laetitia) lancer un appel à tous les conseillers pédagogiques pour leur demander si VALORISER est si difficile à faire.


L'histoire de Laetitia c'est la répétition de ce que j'ai connu au cours de ma carrière de maitresse d'accueil, des jeunes qui me rappelaient en pleurs après le passage de la conseillère.
Un jour, j'en ai même attrapé une ( CP), disons que je lui ai rappelé ses débuts.


Bien sûr que Laetitia a encore des choses à apprendre, bien-sûr qu'elle fait sûrement des choses de travers ( comme nous encore maintenant) mais elle fait aussi plein de bonnes choses et
là RIEN, on ne dit RIEN quand on est conseiller pédagogique. C'est le même système qu'avec les élèves, toujours pointer ce qui ne va pas. Personnellement, il est beaucoup plus judicieux d'amener
la personne à trouver elle-même ce qui ne fonctionne pas plutôt que de lui pondre des reproches à la hussarde. Mais ce qui est sûr c'est que tous ces jeunes sont notre relève, ils apportent un
bain de nouveauté, ils sont prêts à innover, à tenter, ils démarrent, ils ont besoin de soutien, de confiance , d'estime d'eux pour construire cette fameuse légitimité qui va ensuite influencer
leurs élèves , alors NON, NON et NON , on ne laisse pas un jeune avec les yeux remplis de larmes et le coeur gros. Vihyko c'est quand les vacances ?



joelle M 22/10/2012 21:23


Continue ( j'ai un problème avec l'impératif) reste en retrait, évalue avec ton ressenti mais ne te perd pas, des fiches
oui à toi avec tes propres repères, c'est bien mais pas pour, pour qui, parce que pour être le bon élève rillette sous le bras, comme disait Coluche, le jour où t'es visitée, inspectée, et que le
reste du temps tu fais tout le contraire.

Laetitia 22/10/2012 20:56


J'aime beaucoup ton commentaire Joelle !! Il est plein de dynamisme. Tout d'un coup je me rends compte que nous sommes 10 ans après 2002 et ces fameuses recommandations et listes pour la
littérature de jeunesse .. Et oui encore pour la musique des mots des lettres des phrases .. c'est ce que l'on appelle je crois un bain de langue .. le meilleur je crois. 

Pour te réponde Maud, je ne fais pas du tout de fiche !!  contrairement à ce que m'ont dit faire mes collègues ce midi (de PS) j'évalue à en permanence surtout à la fin de mes séquences.
Pour la gestion des activités, je prends le petit tableau plastifié je trouve que c'est une très bonne idée. Je peux faire vite fait une photo de l'activité et la mettre au dessus de chaque
colonne comme cela les élèves auss savent où ils en sont =  encore plus d'autonomie.
 Quel département au fait ?? 
Merci encore pour tout ces messages et échanges d'expériences !!

joelle M 22/10/2012 20:46


OUPS, je sens tout le monde un peu fatigué.


La semaine ne sera pas  facile.


Pour ma part, je suis avec application les enseignements d'Isa, nous avons presque le même âge (précision).C'est du copier/coller, et sans aucune honte. 


Je me suis lancée cette année dans cette aventure de lire un seul album par semaine et je me régale.


Adieu les lectures "feuilleton" (je connaissais pas ce label C.E) avant ce soir. Pour moi les mises en réseau d'album en PS sont inaptes, les feuilletons le sont également et ils expliquent bien
le manque d'intérêt des enfants en incapacité à se situer dans l'espae temps.


Ils valorisent ceux à qui on raconte des histoires le soir, ils ne sont pas aussi nombreux que nous aimerions. Ils entendent plus des injonctions, des trucs pas sympas vu le nombre de divorce!


Un enfant de 2 à 3 ans voir 4, a besoin d'entendre, même s'il n'en comprend pas le sens, une mélodie ( j'aime pas le mot bruit, les lettres ça chante pour moi et ça se marie, et parfois ça
divorce aussi). Les mots  c'est avant tout  de la musique, des émotions, des modulations, des sentiments traduits en vocalises, en vibrations et notre langue nous le permet. Comme
toutes les langues du monde d'ailleurs.


Je me rends compte au bout de cette période, que de proposer un seul album à texte court et clairement ciblé dans les objectifs et les compétences à atteindre est plus que suffisant pour des
élèves de PS. D'ailleurs lors de mes bilans, entre les bébés chouettes et Petite tâche certains ont fait des confusions mais en étant à l'écoute attentive, je remarque qu'ils ont compris que si
maman m'a laissé à l'école, c'est parce qu'elle travaille ou qu'elle doit faire quelque chose de très important pour elle ( pour lui, j'oublie jamais les papas).


Objectif atteint : accepter la séparation.  Précision pour ceux qui ont travaillé sur Raoult, la terreur, les mômes de PS ont du mal à saisir le sens mais par contre et oh combien, je dis
merci à ISA, ils savent tous se nommer en seulement 2 mois. Et j'ai un vrai groupe-classe, une équipe de rugby en règle. Tous s'attendent le matin avec impatience, je suis baba devant autant de
savoir vivre ensemble Je prend enfin le temps. 


 


 

maud 22/10/2012 19:56


et comme réponse : mais qu'est-ce qu'elle dit??? ça va non??!


 sans rire trop d'albums, alors que les petits adorent les histoires, 


pas de groupe et alors c'est pour toi que c'est plus difficile mais pour eux c'est bien mieux car plus d'autonomie. je te conseille un tableau plastifié pour cocher
au velleda qui fait quoi chaque jour pour que tous aient fait le taf à la fin de la semaine (c'est peut-etre ce manque de visibilité qu'elle ta repproché?).


trop de chants et comptines alors là on croit rêver! bien sur il y a du déchet mais là aussi les enfants adorent les comptines et autres jeux de doigts ça fait
marcher leur cerveau à fond les manettes!


ne pas crier assez : argghhhhhhhhhhh moi je dirai plutôt mais comment fais-tu pour ne pas crier! par contre là où je pourrai être d'accord avec ta CPC c'est dne pas
oublier de faire des rappels à l'ordre pour le devenir élève c'est important.


trop de travail à l'écrit s'ils peuvent suivre tant mieux cela dépend beaucoup de où tu es. attention à ne pas les mettre en echec alors que ce n'est pas de leur
niveau. perso pour trouver les jours de la semaine on regarde l'initiale et on cherche les mêmes prénoms et ça vient vite. quand il y a des absents je fais chanter l'initiale aussi ou la 1°
syllabe pour les aider à trouver.


apres elle a peut-être voulu dire que tu travaillais trop sur fiche et pas assez en manip c'est souvent un travers de nouveaux enseignants car les fiches cela
rassure ils ont travaillé. c'est très dur de s'eloigner des fiches. Une CPC ma dit il y a longtemps que en PS c'était max 1/3 du travail sur fiche le reste devait être manip... et je crois
qu'elle avait raison.


 


tu as raison de dire que nous sommes libres mais ta CPC a peut-etre eu peur que tu te perdes d'où la demande de groupes bien plus faciles à gêrer. il doit bien
exister des écrits de gens dont cest le boulot qui disent tout le bien de ne pas faire de groupes, trouve-les et sers-t-en à la prochaine visite pour explkiquer le bien fondé de cette
pratique.


et sauf si cela doit te nuire: inspection,  continue de faire comme tu penses etre bien et comme tu te sens bien. tu rendra plus service à tes petits en étant
bien dans ta classe qu'en étant pas toi-même.

Zouzou94 22/10/2012 19:52


Bonsoir,


moi ce qui me rend vraiment ronchon c'est qu'on veuille nous forcer à rentrer dans une organisation pédagogique qui pourtant relève de notre liberté d'enseignante. Tant que les enfants sont
en  réelle activité et en apprentissage, quelle importance groupes ou pas groupes? Nous dans notre académie, on nous demande "expressément" de ne surtout plus faire de groupe en maternelle,
alors, tu vois...


j'aime la cohérence nationale...


 

Laetitia 22/10/2012 19:16


Merci merci !! ce qu'elle a vu ce sont deux albums en lien.  Un en feuilleton et avec une activitée autour et un autre le même lu pendant une semaine matin et soir !! ! 


Le second conseillé par une pemf lors de mon stage de septembre, qui elle, est plutôt d'accord avec ce qui est fait dans ma classe. 

vihyko 22/10/2012 19:07


vihyko ronchon de retour mais c'ets fort de café de nous dire qu'on lit trop dans sa classe.. je pense qu'elle t'a
reproché d'avoir trop d'albums différents et du coup de "sauter" un peu le plaisir de la relecture de l'album connu avec anticipation etc.. mais si y'en a un qui me dit que 2 temps de lecture
dans une matinée en classe de Ps c'est pas bien, j'lui colle le document d'application sur la lecture dans son gosier ! ( oui, vihyko ronchon a VRAIMENT besoin devacances sinon elle va étrangler
quelqu'un..)

Laetitia 22/10/2012 18:54


Pour le trop d'albums : je lis un album le matin qui concerne directement notre travail et une lecture en réseau, plus une lecture offerte à 11h20. 

Les trois premières semaines, j'ai fonctionné sur ce mode, puis là je travaille un album sur quinze jours, avec toujours une lecture du réseau le midi. Cela fait beaucoup le lecture le matin
peut-être mais je le fais pour les élèves qui ne viennent pas l'après-mid pour qu'il y ait une culture commune dans la classe.  

Laetitia 22/10/2012 18:52


Alors déjà une petite réponse à Delphine. 

J'avais pu observer cette pratique en PS il y a deux ans en ZEP et je me suis dit que j'allais tenter. A ce jour les élèves de la classe  connaissent non seulement leur initiale mais aussi
celle des camarades .. comme le M Montagne de Manelle. Cet après midi, ils avaient des gros modules MAJUSCULE et alors cela a commencé comme ça (alors que nous faisions du graphisme) mais c'est
le M de Manelle et il y a mon N et il y a assi le AAAAAAA qui fait le bruit de quand on baille de Assiya .. bref ... ils étaient avec moi à ce moment là, j'ai écouté et ils sont venus du regard
confirmer leur remarques.
Alors cette pratique, je la prends plutôt comme une expérience puisque je l'ai empruntée à un collègue. Et à vrai dire je fais tout un jeu avec des images; du genre la montagne à l'envers le E
fourchette .. etc car lorsque je vais retirer les photos des étiquettes, ils devront prendre des indices et il me semble que pour l'instant je leur donen juste quelques clefs à la prise
d'indices.
L'an passé, j'avais des moyens grands et bien sur l'association son lettre les concernaient plus directement. Là je vais me limiter à l'initialie du prénom, je pense que c'est déjà suffisant,
sauf si je sens une demande.

Merci encore pour tes remarques très justes,  pour les groupes, à vrai dire ils sont virtuels .. je sais qui je dois mettre avec qui selon les activités suite à mon bilan langage et
comportement, mais ma conseillère m'a demandé d'installer des repères fixes quels que soient les ateliers. 

joelle M 22/10/2012 18:47


Non, Isa, je ne fais pas exprès mais maintenant je sais pourquoi  : inattention tout simplement mais joëlleMjoëlle, j'avoue que cela m'a fait plus sourire que gros bazar

joelle Mjoëlle 22/10/2012 18:41


Peux-tu nous en dire plus pour le trop d'albums. Merci beaucoup.

delphine 22/10/2012 17:49


Je pense que cela est une question de "mode" ou de lieux car chez nous les conseillers pédagogiques et notre ien nous déconseillent vivement de faire des groupes! Par contre, ce qu'elle a
sûrement voulu te dire c'est peut-être que le suivi des élèves (dans le sens qui fait quoi) n'est peut-être pas suffisant  (??).


J'ai également des petits et je ne rentre pas aussi tôt dans l'écrit de leur prénom, je préfère leur montrer à quoi sert d'écrire, où trouve-t-on de l'écrit, on écrit des messages aux autres
classes, etc.... On travaille sur les prénoms mais plutôt de manière syllabique (commencer la première syllabe d'un prénom, les enfants trouvent le prénom de l'enfant; ex: MA .....RILOU et on
voit qu'il y en a plusieurs qui ont le même début MA....ELLE) Moi je fais beaucoup de travail oral avant de passer à l'écrit.


En plus, si je peux juste me permettre une remarque, L'association lettre-son relève plutôt de la grande section car selon la place de la lettre le son n'est pas le même.


Dans la salle de motricité après le temps de repos, je parle robot (je décompose les prénoms en syllabes). Lorsque l'enfant entend son prénom, il se lève et va dans la classe rejoindre mon
ATSEM.


Voilà quelques exemples de ce que je pratique en ce moment.


A mon avis, une visite de conseiller est toujours dérangeante mais réfléchis-y à tête reposée, au moins cela a le mérite de se remettre en question et soit de confirmer ses choix pédagogiques,
soit de voir qu'ailleurs on fait autrement et d'évoluer... Prends conseil aussi auprès de tes collègues pour voir ce qu'ils font dans les autres classes  en MS et GS.


 


Pardon de cette tirade, Bon courage en tout cas, avoir des PS c'est toujours difficile, le manuel d'utilisation n'existe pas!!