Qu'est-ce que le bilan quotidien ?

Publié le par isa

Qu'est-ce que le bilan quotidien ?

Je reviens sur un sujet qui me semble important de partager et qui rejoint mon intérêt pour l’observation, il s’agit du bilan quotidien.

Le temps de préparation de la classe est conséquent, le temps d’enseignement également mais il est un temps qu’il ne faut pas négliger à mon avis et qui n’est pas suffisamment mis en avant, me semble-t-il, c’est l’après-classe lorsqu’on se retrouve avec des sensations, parfois agréables, parfois désagréables et qu’on ne sait pas trop quoi penser de sa journée.

C’est pourtant dans cette prise de recul que se forgent, selon moi, les attitudes de l’enseignant.

Mesurer ce qui s’est passé entre l’objectif et le résultat atteint est une nécessité qui me semble découler du bon sens quand on vise la réussite pour ses élèves, évidemment c’est en créant les conditions grâce à la préparation qu’on met en place les bases de cette réussite, évidemment l’évaluation est considérée comme le facteur de mesure le plus précis mais entre ces deux points, il y a l’observation qui , de mon point de vue, est un outil incontournable pour plusieurs raisons.

D’abord, tout ne s’évalue pas et heureusement ! Ensuite, une bonne préparation n’est pas un gage de réussite, malheureusement ! Il y a donc le besoin de comprendre ce qui a fait que…. Une séance ratée peut être un formidable moyen de progresser dés lors que l’enseignant se penche sur son échec, tout comme il est bon aussi parfois de s’interroger sur ce qui a fait que tout s’est bien passé. Comment le fait-il ?

Je propose dans les préparations une fiche bilan quotidien qui se veut succincte, elle l’est parce qu’il est préférable de synthétiser plutôt que de se lancer dans un exercice fastidieux d’écriture. C’est pourquoi je conseille de cibler son bilan et de se montrer très condensé.

Voici les quatre intitulés à conserver dans l’ordre que je suggère :

  1. observations
  2. difficultés rencontrées
  3. solutions envisagées
  4. satisfactions.

Les observations sont personnelles et chacun y écrit ce qu’il désire observer de sa journée. Ce qui ressort est ce qui l’ a particulièrement attiré, ce dont il a envie de parler en imaginant qu’il veuille le partager avec d’autres (ou pas d’ailleurs). Mais c’est souvent ce qui le touche, ce qui lui pose souci ou ce dont il est content, cela peut être un sentiment global ou bien une observation d’élève ou encore un moment ciblé d’un apprentissage ou même un questionnement personnel. Ce qui est important c’est d’être honnête avec soi-même et de revenir en pensée sur sa journée. C’est un exercice très formateur.

Les difficultés rencontrées peuvent être choisies. Parfois une journée entière semble décevante, l’enseignant peut sélectionner un ou deux points uniquement, ceux qui lui semblent les plus complexes par exemple ou bien les moins complexes dans la mesure où il va falloir envisager des solutions comme le bilan le préconise.

Ces solutions doivent être concises et précises et pour chaque difficulté citée, l’enseignant trouve une réponse qu’il s’engage à tester. Personne n’a vraiment la certitude que ce qu’il envisage aura un effet positif mais c’est en essayant, en observant et en inventant qu’il progresse dans son métier. En prenant l’habitude quotidiennement de se soumettre à cet exercice de réflexion, l’enseignant acquiert une attitude professionnelle qui , sans qu’il le perçoive concrètement, va l’aider à s’adapter aux difficultés en présence des élèves. D’autre part, il améliore sa capacité d’observation et de réaction, il stimule sa recherche de solutions et il en augmente sa gamme.

Qu'est-ce que le bilan quotidien ?

Il clôt son bilan par le point Satisfactions qui est un élément indispensable pour « tenir » face à la difficulté du métier, il est essentiel de trouver dans sa pratique des motifs de satisfaction. On ne peut se réaliser dans la frustration continuelle, il est crucial d’avoir des raisons de se réjouir .Lorsqu’on est atteint et qu’on ne voit plus que ce qui ne va pas, il est difficile de conserver son objectivité. C’est pourquoi l’exercice quotidien qui oblige à trouver au moins une satisfaction entretient l’étincelle qui peut permettre de réagir sans se laisser emporter par l’abattement.

Comme vous l’avez compris, ce bilan quotidien ne doit pas être un pensum, si cela est le cas, alors il faut chercher comment le faire différemment, peut-être en venant parler d’un de ses soucis sur le blog par exemple. Je pense que l’activité de bilan prend sa raison d’être dans la mise à distance nécessaire face à son travail, peu importe la forme. Personnellement, j’affirme que des groupes d’analyse de pratique devraient exister dans notre métier qui manque cruellement de points d’appui de ce type. Donc peu importe la forme mais il est essentiel d’y avoir recours pour progresser, pour se protéger soi-même, pour mieux comprendre ses élèves et mieux les aider. Et pour que l’exercice ne devienne pas une corvée, faites le avec plaisir et humilité, inutile de vouloir tout traiter, inutile d’en faire des pages, surtout pas d’ailleurs car l’exercice est aussi un défi de concision afin d’aller à l’essentiel. Mais prenez ce temps de réflexion et de retour sur vous-même, il vous sera autant profitable qu’un long temps de préparation.

Si vous avez des questions sur le bilan quotidien que je propose, n’hésitez pas, lancez-vous (même si vous pensez que votre interrogation est ridicule ou impertinente) , j’ai toujours autant de plaisir à vous répondre et à vous rassurer.

Commenter cet article

Géraldine B 03/09/2014 17:44

Je découvre ce post à l'instant, mais intuitivement c'est un peu ce que je fais. Tu mets de bien jolies explications la dessus et ça m'éclaircie les choses.
Mardi j'ai eu beaucoup de pleurs, et je me suis sentie démunie, malgré toute l'énergie mise dans la préparation, je me suis sentie débordée... Sans un bilan à tête reposé, pour réajuster, regarder que tout n'avais pas été mauvais je pense que la journée d'aujourd'hui aurait été désastreuse.
Donc c'est parti, mon bilan, je le fais par écrit dorénavant !

isa 03/09/2014 22:12

Ce n'est pas un temps trop long qu'il faut que tu consacres à ce bilan et d'ailleurs il vaut mieux ne pas vouloir tout régler mais il est important de prendre l'habitude de chercher à comprendre et d'effectuer des modifications, trouver des solutions... Tu peux aussi réfléchir à la manière avec laquelle tu leur as dit ...

Virginie 90 03/09/2014 22:07

Je sais pas trop. Peut être, étaient-ils trop petits, ou peut être j'aurais du leur laisser choisir la couleur. Ou peut être ce n'était pas le bon moment, qu'il ne me connaisse pas. Tu as raison en écrivant, on trouve des solutions, on ouvre un peu les yeux, c'est super
Ca fait plusieurs années que j'essaye de faire des bilans mais je ne prends pas le temps, cette année je vais le prendre, ce temps! Merci

isa 03/09/2014 21:59

Tu as bien fait Virginie, il faut s'adapter aux élèves et non l'inverse. Pour la rentrée, c'est souvent comme ça, on prévoit et puis on n'a pas eu le temps, ce n'est pas grave.
D'après toi pourquoi tes chaudoudoux n'ont pas eu leur succés d'entrée ?

Virginie 90 03/09/2014 21:53

La rentrée s'est bien passée, mieux que l'an dernier. Faut dire que l'an dernier avait 31 élèves petits et moyens, pas de rentrée échelonnée car l'inspectrice venait compter pour une éventuelle ouverture (que nous n'avons pas eu) et un stagiaire. Cette année, rentrée échelonnée : mardi 13 enfants (et 3 adultes car j'étais en surnombre, je ne travaille pas le mardi normalement, mais je me voyais mal rentrer chez moi le jour de la rentrée!!!) et ce matin 9 enfants.
Les pleurs n'ont pas durés et pour les chaudoudoux non acceptés par la plupart des garçons, je les ai mis de côté et donnés plus tard
Par contre, on est resté plus longtemps que prévu en motricité et du coup, nous n'avons pas pu faire les ateliers.
J'espère que jeudi je vais pouvoir aussi bien gérer avec toute la classe.

isa 03/09/2014 18:00

Les pleurs ont tendance à prendre toute la place parce qu'émotionnellement ils nous renvoient des sensations désagréables. Mais ils font partie de notre travail, c'est comme si dans une maternité on ne devait pas entendre de cris. Donc chercher à les soulager est logique tout en acceptant que pleurer est un besoin pour certains et qu'il faut l'accepter. 15 jours sont nécessaires pour les voir disparaître.

Guilaine 02/09/2014 20:44

ça y est bilan fait: bonne journée dans l'ensemble avec quelques petites choses à en pas refaire, à corriger pour l'année prochaine et les jours prochains. Le dessin de la famille ne peut être fait avec les parents car mon Atsem est au portail et j'accueille les parents. Je choisis de le faire en atelier avec mes élèves de Ms / Gs que j'estime assez grands pour pouvoir dessiner seuls. J'adore l'idée du rideau initiatique de passage: cela permet de faire un sas qui régule l'entrée des parents, le rideau cache l'espace classe et laisse planer un mystère. Merci à tous pour vos conseils et idées.

Elodie 02/09/2014 23:10

Il ne faut pas regarder les erreurs d'orthographe... il est trad....

Elodie 02/09/2014 22:56

Merci Isa, je vais testé l'affiche pour jeudi. En ce qui concerne les enfants qui ne veulent pas de pompons, j’essaierai ainsi et je verrai bien leur réaction. De toute façon, je n'ai pas d'autres solutions...

isa 02/09/2014 22:47

C'est compliqué quand il y a affluence, c'est pourquoi tu peux avoir une grande affiche où tu expliques le déroulement, ça permet à ceux qui attendent de te rencontrer de commencer à comprendre comment cela va se passer, puis quand tu es avec eux tu redis succinctement. Concernant l'offre du chaudoudoux , pour certains enfants c'est difficile de choisir, ils n'osent pas, tu peux alors le faire pour eux en disant : " voilà c'est le tien, tu peux le prendre maintenant" et si l'enfant fait du refus , tu lui signales que c'est bien le sien et que tu lui mets de côté quand il aura envie de le prendre. Les petits élèves sont déroutants mais derrière tous ces comportements, il y a des messages, tu vas apprendre à décoder.

Elodie 02/09/2014 22:32

Pour ma part, j'ai été accaparée par quelques familles. Si j'ai réussi à leur expliquer qu'il fallait choisir une image pour le porte-manteau et coller des gommettes sur le rond, je n'ai pu expliquer clairement que le dessin de la famille était à réaliser par eux (parents). Du coup, seulement 8 productions sur les 20 familles présentes. Je ne sais comment faire pour jeudi (autre jour de rentrée décalée)...
Deuxième problème : comment avez vous fait pour les enfants qui ne voulaient pas de chaudoudou et qui ne vous voulaient pas d'image ... "Non, merci Elodie, je n'ai pas envie de choisir"... Et pourtant, je l'ai proposé plusieurs fois dans la journée et toujours la même réponse.
Je ne sais pas si vous avez de réponses, mais voilà mes difficultés de ce matin.

isa 02/09/2014 21:39

Je ne comprends pas ce que tu dis concernant le dessin de la famille,explique moi pourquoi c'est impossible, qu'est ce qui t'a posé problème ?