classe multi niveaux en question par Vivi: la salle des maitres

Publié le par isa

salle des maitres

 

Nous avons reçu une  nouvelle circulaire datant du 08 janvier (c'est tout récent) qui définit de nouvelles orientations pour la maternelle. Parmi une kyrielle de propositions, l'organisation des cours multi-classes revient en force.

 

Alors, je me pose une question: Est-ce un bien de mélanger les PS avec les GS?

 

Ne risque-t-on pas de sacrifier les PS au profit des grands? Peut-on réellement tenir compte de la spécificité des petits (leur besoin de bouger, de jouer, de temps) avec des grands qui ont besoin de concentration? Au delà d'un confort pour l'enseignant l'après-midi (et ce n'est pas négligeable) quel est le réel intérêt pour les PS ?

 

Faut-il  garder les mêmes élèves sur 3 ans? Comment s' organiser? Comment faire les jeux collectifs ensemble? Et la lecture d'une histoire? Adapte-t-on son langage au niveau des PS ou des GS? C'est sûr que les petits bénéficient d'un bain de langage intéressant mais pour ceux qui sont en difficulté? Et en regroupement? Et au niveau matériel, chacun  donne un peu de ses jeux PS aux autres classes?...

Valérie 93 et Aude ont eu la gentillesse de me faire part de leur expériences intéressantes.  Mais cette question méritait d'être posée en salle des maîtres. Alors merci à tous ceux qui viendront témoigner  de cette organisation pédagogique de plus en plus courante.

 

VIVI

 

Publié dans la salle des maîtres

Commenter cet article

Olaine 29/01/2013 20:54


Bonsoir, Isa j'ai bien entendu ta réserve à la multiplication d'adulte face aux Petites sections, c'est une découverte en ce qui me concerne, même si tu l'as répété à plusieurs ocasions depuis ce
début d'année.


Mes collègues n'ont jamais évoqué ce problème d'insécurité des petits et même si cela aurait tendance à changer notre choix de répartition, je cogite depuis un moment sur comment amener une
discution sur le sujet et comment étayer notre réflexion.Pour les tout Petits on envisage plus de précautions, puisque nous nous résignons à en accueillir uniquement pour des nécessité
d'effectifs, nous sommes toutes les 4 persuadées que l'école n'est pas adaptée à ces tout petits bouts de choux.


J'avais l'intuition de ce problème d'insécurité chez les tout petits, mais n'avais pas percuté que jusque la 1ère année ( je parle des enfants ayant 3ans l'année de leur entrée à l'école) d'école
il fallait y être attentif à ce point.


Voilà ça cogite, mais souvent on a" tellement la tête dans le guidon"qu'on ne voit pas ce qui n'est pas bon dans nos pratique même si l'on croit bien faire.


Ton blog est super , aussi pour cette raison et bien...d'autres....Merci Isa et tous les visiteurs.


Olaine


PS: tu l'auras compris nous risquons une fermeture de classe!!

isa 29/01/2013 21:22



tout ce qui constitue des ruptures dans la continuité de leur vie les fragilise, toutes les personnes qui se substituent à leurs mères ( leur référence suprême)  les perturbent, bien
entendu, ils vont apprendre à s'adapter et il le faut mais en multipliant les adultes,on va trop vite pour eux. Cette approche psychologique n'est pas forcément connue de tes collègues , cela ne
fait pas partie de la formation ( malheureusement) initiale. Pour te donner mes sources, j'assiste tous les mois à des conférences avec d'éminents professeurs , psychiatres, pédo-psychiatres,
psychanalystes autour de problématiques d'enfants ou d' adultes. Ma curiosité n'a pas de limites.



Hélène 29/01/2013 12:26


Tout à fait d'accord ! Il y a toujours moyens d'arranger les choses mais il faut bien sûr que tout le monde soit prêt à faire un effort ! L'empathie et l'esprit d'équipe sont précieux dans ces
cas là !!

Marie 28/01/2013 22:58


Bonjour à toutes,


Je viens de lire cette passionnante discussion qui me concerne au plus près puisque j’ai moi aussi des PS/GS depuis 4 ans. Comme d’autres ici, ayant déjà eu une année une classe de PS pure (mais
c’était lors de ma première année en maternelle, et avant de connaître le blog ! J’ai beaucoup peiné … ) je trouve que les PS s’adaptent plus vite et mieux à l’école, guidés par les GS qui sont
déjà bien installés dans leur rôle d’élève. Cela les « tire vers le haut » et les GS sont toujours naturellement  bienveillants envers les PS de la classe. Après un temps d’accueil
(jusqu’à  20 minutes, n’en déplaise à mon inspecteur qui voulait à ce propos me mettre un blâme parce que j’avais osé faire un temps d’accueil de plus de 10 minutes lors de mon inspection il
y a  2 ans !!  Le « vivre ensemble » c’est du passé, maintenant c’est le « Devenir élève », alors faut vite les mettre sur les bancs, « en 10 minutes ils
ont largement eu le temps de digérer leur chocolat et de dire au revoir à leur maman », m’avait-il dit …) , nous avons un premier regroupement en classe plénière, puis EPS. En effet, pas
toujours évident de s’adapter au double niveau dans ce domaine, mais j’ai tendance à faire plus en fonction de PS, les GS ayant en cours d’année des projets EPS plus adaptés à leur niveau (comme
le tennis le jeudi après-midi en cette période, ou le décloisonnement avec les CP en dernière période). Et je trouve qu’il est souvent bien profitable aux GS de retravailler les habiletés
motrices de base etc…  Je tâche de privilégier mes deux groupes de petits le matin : ils ont deux ateliers, un premier avec l’ATSEM + en autonomie,  et un second avec moi + ATSEM.
Les grands travaillent en autonomie, sauf pendant l’atelier ATSEM/autonomie où je les prends en regroupement, car il est difficile  en effet d’avoir un regroupement « efficace »
avec des PS au milieu parfois (quoique cette année, même avec mes GS c’est très difficile !). De temps en temps, au lieu du 2ème atelier, je prends tous mes PS en regroupement
pour les habituer à cette forme de travail et leur laisser plus l’occasion de s’exprimer. Questions lectures, ce sont plutôt des lectures adaptés aux PS le matin, et nous travaillons sur des
albums plus complexes sur le même thème ou sur un projet différent l’après-midi avec les GS.  Bien sûr, si tous les petits ne dormaient pas l’après-midi, cela ne serait plus aussi évident.
J’ai déjà un petit qui ne dort jamais, et 3 autres qui se réveillent tôt et j’avoue que j’ai le sentiment de les négliger … Je les raccroche aux ateliers GS quand c’est possible, sinon ils ont
des ateliers autonomes de manipulations. Les coins jeux sont limités par manque de place, mais aussi de moyens. L’espace de travail est plus orienté GS, et je le regrette souvent, surtout quand
je vois les photos d’autres classes sur le blog ! Mais ma classe est toute petite, et les tables des grands sont constituées de bureaux (ça prend une place folle !), et pas de budget
dans ma petite école de campagne. Alors oui Isa il y a de mon point de vue des avantage à mixer ces 2 classes d’âges, surtout parce que l’écart d’âge est bien marqué justement, mais en effet,
sans l’avantage de l’après-midi je ne suis pas sûre que cela me plairait autant, et j’ai déjà le sentiment de négliger mes PS les après-midi. L’année prochaine je risque de passer aux GS/CP,
encore une autre expérience … justement parce que mes collègues de l’élémentaires ne sont pas prêtes à faire des CP/CM2 !  

isa 28/01/2013 23:32



Merci Marie pour ton honnêteté, c'est un peu ce que je pense, je vois bien que les inconvénients existent comme dans une classe pure de PS, il faut tout mettre dans la balance et faire
son choix en toute connaissance de cause. Ce qui est fondamental, c'est la possibilité de choisir, je pense que ces organisations devraient être assorties de projets d'équipe. Il faudrait réussir
à faire une organisation qui donne tous les avantages des mélanges sans les inconvénients, je n'y ai pas encore suffisamment réfléchi mais je pense qu'on peut en trouver. Encore mon côté utopiste
!



Hélène 28/01/2013 22:34


Je suis tout à fait d'accord avec toi Isa, pour l'avoir vécu cette rentrée : moi l'inspection m'a ouvertement dit "la maternelle, c'est pas la priorité", je crois que je m'en souviendrai
toujours. Ainsi, je me retrouve à 34 PS/MS car les autres propositions de répartition qui tentaient d'équilibrer le nombre d'élèves à 27 pour chaque classe ont été refusées !


Je crois qu'il faut être honnête :  le travail que l'on fournit en maternelle n'est pas du tout reconnu, on ne s'imagine même pas (il y a beaucoup de préjugés à ce niveau là, même au sein du
corps enseignant : c'est ça le pire !), pourtant on nous demande beaucoup . Alors je demande juste un peu de considération. Alors, parce qu'ils sont petits, c'est sûrement plus facile ?
Ignorance, préjugés : quand on voit tout les richesses et le travail échangé sur ce site, je suis plutôt fière de défendre la maternelle.


J'ai toujours pensé que c'était un école à part et je continue de le croire encore ! Pure illusion vous me direz !... peut être !


Je ne suis pas convaincue par la répartition PS/GS car les petits ont aussi droit à du temps d'apprentissage l'après midi, et avec des GS cela doit être difficile. J'ai l'impression que parce
qu'ils sont petits, on les met à toutes les sauces, ou servent de bouche trou ! Je crains aussi que, parce qu'ils sont petits on mette la priorité des apprentissages sur les GS en se disant "bon,
pour les petits on se rattrapera en MS". Ne jouons pas les dupes, ça se dit souvent ! 


Bon j'espère que je ne vous ai pas ennuyés !

isa 28/01/2013 23:22



Non Hélène , tu ne nous ennuies pas, c'est une discussion qui me plait beaucoup parce que cela nous oblige à aller fouiller des fonctionnements pour lesquels on ne s'est pas forcément
posé de questions, c'est comme ça et puis c'est tout. C'est ainsi qu'on arrive à regarder les choses sous un autre angle et finalement on peut vraiment choisir en connaissance de cause.
Concernant le travail fait en maternelle, il faut continuer à montrer ce qu'on fait, comment on le fait et pourquoi on le fait. Le blog est lu par d'autres personnes que des enseignants et c'est
pourquoi tous les échanges, tous les partages, toutes les photos, tous les documents alimentent l'affichage de notre investissement. Et puis dans les classes, il faut s'ouvrir aux parents, et
expliquer son travail ( cahier de liaison par exemple). Mieux vaut des actes que des paroles, je ne désespère pas de faire changer les regards.



vivi 28/01/2013 00:08


Correction de mon commentaire: très peu d'écoles se lanceraient... BOUH! Il est tard, je vais me coucher. Bonne nuit.

isa 28/01/2013 09:54



Je rajoute une réponse que j'ai faite sur l'autre fil mais qui concerne notre
débat:


oui c'est ce qu'on dit, un peu de tutoriat mais aussi des moments d'autonomie et des moments où les grands redeviennent petits, je suis d'accord avec toi Muriel. Nous débattons pour
donner nos arguments chacune et chacun , toujours afin de ragarder la proposition "instaurer des classes multi-niveaux partout en maternelle" avec suffisamment de recul. Et c'est trés
intéressant. Et personnellement, je vois une forme d'uniformisation qui serait au service d'une autre cause que l'intérêt de tous ( y compris les enseignants alors que vous dites majoritairement
que ces classes donnent plus de travail). Mon argumentation est qu'à une époque , on a fermé les classes uniques ou les classes de village en disant que pédagogiquement elles n'étaient pas
enrichissantes, et maintenant on nous dit , c'est beaucoup mieux d'avoir différents âges ensemble du point de vue des apprentissages, sauf qu' on se garde bien de généraliser à l'élémentaire.
Donc mon interrogation est pourquoi cela ne serait profitable qu'aux petits ? Je vois bien qu'il est difficile de dire aux enseignants, vous allez mettre des CP avec des CM,parce qu'on sait tout
le travail que cela représente, et les enseignants ne sont pas prêts à faire ce qu'on faisait à une certaine époque quand on avait des classes uniques ( et je l'ai fait donc je sais de quoi je
parle), mais par contre, en maternelle, on peut le faire , sous entendu, ça ne demande pas tant de travail que ça et les petits encore moins, et ça , ça m'inquiète ! Et comme la compensation est
que la classe s'en trouve un moment allégée l'après midi, du coup, les enseignants n'ont plus à se plaindre du travail supplémentaire et on peut aussi allégrement forcer les effectifs. Par
ailleurs, et là je prêche pour ma "survie", je pense que la spécificité des petits risque d'être diluée dans ce grand mélange, et la recherche autour du développement des enfants de 3ans et de
leurs apprentissages peut rebuter quand on a déjà à s'intéresser aux apprentissages des grands. Mais tout ceci est ma propre réflexion et j'attends aussi des arguments contradictoires.



vivi 28/01/2013 00:06


Je viens de lire un commentaire de Martine à ce sujet. Je le copie ici, car il fait réfléchir à un autre problème:


Je ne suis pas favorable au méllange grands/petits. Je pense que le
référent du "petit" doit être l'adulte. J'ai fait l'expérience d'un plus "grand" tiranique envers son "petit". Alors non, je ne tente pas le coup, cette première année de scolarisation est trop
importante, il ne faut pas la louper ! Les grands ont droit à leur insouciance aussi, sans avoir à se préoccuper d'un "petit". C'est mon avis.


 

isa 28/01/2013 08:44



oui Martine a aussi raison, le tutoriat a ses limites et c'est pourquoi je préfère des moments de tutoriat  non à longueur de journée , ni à longueur d'année. C'est une
responsabilité que d'avoir un petit en charge et parfois la domination supplante le tutoriat. C'est pourquoi je reviens à mon idée de groupes mélangés par moment au niveau d'une école. Tous les
arguments d'un côté comme de l'autre sont entendables, c'est toujours ainsi face à un choix d'organisation, ce qui est important est d'avoir le choix.



vivi 28/01/2013 00:02


Si les petits ne devaient pas dormir? A l'exception des écoles déjà rodées et convaincues,  très peu d'école se lancerait dans cette organisation, c'est sûr! 

isa 28/01/2013 08:35



alors voilà, c'est là où nous arrivons , le travail supplémentaire est supporté parce que la compensation est suffisante, tous les arguments sur l'autonomie, les repères  facilités,
le statut d'élève qui trouve des modèles, le tutoriat favorable aux deux élèves ( petit-grand) pourraient tout à fait fonctionner avec des CP et des CM2 et pourtant nous sommes bien loin de voir
cette idée de classe apparaitre dans les discours institutionnels, alors pourquoi uniquement en maternelle ? Il ne faut pas être dupe, les choix qu'on suggère, et j'espère qu'on n'obligera pas,
sont d'ordre économiques. En formant des classes qui se trouvent allégées l'après midi, cela permet de mieux accepter des effectifs plus forts, et ça lisse les disparités entre les niveaux d'âge.
Toutes les collègues qui ont commenté sur leur classe multi-niveaux sont des personnes qu'on sent particulièrement investies et prêtes à travailler plus ( c'est effectivement ce qui ressort de
l'inconvénient majeur), mais ce n'est pas le cas pour tous, et le risque serait la prise en compte des apprentissages des petits qu'on laisserait en pensant que la seule présence des grands
suffirait à leur "enseigner".



vivi 27/01/2013 23:53


Merci à toutes pour ce partage d'expériences. Ce débat va sûrement aider les 3 collègues de grands concernés à voir les choses sous un angle différent.


Ce n'est pas toujours évident d'accepter d'avoir des PS/GS quand cela fait des années qu'on a les GS. Mais ce choix va certainement nous être imposé alors, prenons le bon côté des choses!
L'important c'est surtout d'essayer par soi-même.


Il faut repenser sa classe (remettre des coins jeux en GS qui en ont peu), réorganiser son travail (peu de fiche et beaucoup de manip pour les PS), et s'adapter aux exigences des petits.


Mais il y a du bon dans tout changement. Et puis une organisation ne doit pas être définitive. Dans ce métier, on a la chance de pouvoir varier les plaisirs: les années se suivent mais ne se
ressemblent pas...

isa 28/01/2013 08:16



je vais essayer de faire un petit bilan des points de vue, cela m'intéresse, je le joindrai à ces commentaires.



stéphanie 27/01/2013 23:07


Isa,


En ce qui concerne les préparations, c'est effectivement un travail dédoublé car il y a deux niveaux... mais je travaille beaucoup en projet et du coup c'est plutôt une réflexion à deux
niveaux...voire trois car nous avons des progressions d'école sur trois ans...


De même en littérature avec une répartition sur trois ans des oeuvres de référence.


Notre travail d'équipe permet aux élèves de sections parallèles d'aborder les mêmes thèmes sur la même année, et les préparations sont partagées.


L'expérience semble heureuse car nous comptons l'année prochaine la renouveler: répartir les petits pour leur permettre d'évoluer dans un espace et un cadre plus structuré car déjà occupé par de
véritables élèves dès la rentrée. Et ce tout en leur laissant de l'espace et du temps pour rentrer dans les apprentissages ( sans que cela soit trop précoce car quand on est maitresse de ps, les
laisser évoluer n'est pas très valorisant... )


Voilà, en fait, cette année mes élèves respirent et leur progression est similaire à celle des autres années... Du coup je m'interroge sur le bien fondé du trop vite, trop bien et de ses
répercussions sur leur stress possible.

isa 28/01/2013 08:13



qu'entends tu par "les laisser évoluer"? Le trop vite, trop bien peut aussi être un défaut d'une classe à plusieurs niveaux. 



Olaine 27/01/2013 22:47


En élémentaire comme en maternelle, lorsque j'ai eu des cours simples, j'installais des groupes de niveau de travail dans les différents domaines, on était donc très souvent en atelier: 1 groupe
avec la maitresse , les autres en autonomie découverte de notion ou consolidation et donc préparation sur plusieurs niveaux...


Dans notre école les 4 classes ont des petits, c'est un choix tt le monde en veut qquns( tutorat, langage de pairs plus agés, connaissance de tous les adultes de l'école, tous les adultes de
l'école connaissent tous les petits, connaissance des lieux de l'école par les échanges entre les petits


L'an prochain, nous passons de 3 à 12 Très Petits, là nous envisageons : TPs et Ms et Ps MS et 2x Ps Gs, pour ménager un rythme particulier des 2 ans mais garder les effets du tutorat.


PS ET GS je le pratique depuis 6 ans, oui il faut prévoir pour les 2 niveaux, a tour de role avec l'atsem nous sommes avec 1 groupe de petits ou 1 groupe de grands , jusqu'a l'an passé je ne
prenais jamais l'atelier peinture, depuis cette année je le partage aussi avec l'atsem et je m'éclate donc les enfants aussi!!


L'atsem m'indique l'atelier où elle se sent le plus à l'aise, c'est souvent comme cela que se fait la répartition, il faut d'abord un climat favorable aux échanges! Les petits ont le bénéfice de
jouer dans des situations tellement variées et les grands réapprennent le rôle de tuteur ( autrefois le rôle des grands frères ou soeurs dans des jeux + variés que dans une classe de Gs "pure" où
l'on précipite qqfois la Gs copié/collé sur le CP...les parents aiment tellement cela...


 


La sieste se fait sur le tps scolaire dès 13h20, nous sommes en pause à 11h30, cela ne semble pas poser de souci d'endormissement?


à partir de 15h récréation pour les Ms et Gs et à tour de rôle pour les enseignantes regroupements des petits après réveil chacune met en place une activité qui entre dans une progression que
nous avons élaborée ensemble pour chaque période. C'est un temps important de prise de conscience d'appartenance au groupe des Petits de l'école et de partage avec toutes les enseignantes.


Oui, je prevois + de temps d'adulte(atsem ou moi) auprès des petits, mais c'était déjà ma démarche dans les classes à double niveau en élémentaire, après c'est aussi une problematique de
préparation de travail en autonomie et petits ou grands des temps d'activités libres sont necessaires.

isa 28/01/2013 08:11



oui c'est certain Olaine, on a des multi-niveaux au sein même d'une classe pure, votre organisation semble bien vous convenir et soude votre équipe ce qui est formidable. Je mets un bémol
sur le groupe des petits qui changent tous les aprés midi d'enseignante, partant du fait que plus on multiplie les adultes intervenant auprès des petits plus on les insécurise.



Coralie 27/01/2013 22:32


Le plan de travail n'est pas forcément constitué de fiches écrites mais aussi de différents jeux. Des puzzles par exemple avec des feuilles de route à tamponner au fur et à mesure de ses
réussites qui changent à chaque période. J'avoue que je m'octroyais un petit café entre les 2 récréations...


Sinon, c'est beaucoup de préparation il faut l'avouer. Des séquences propres à chaque section donc 2 fois plus de travail mais une vraie ambiance de classe sereine et propice aux
apprentissages.


L'année prochaine cette répartition risque de se représenter et je signe tout de suite !!

isa 28/01/2013 08:02



beaucoup d'enthousiasme et c'est agréable à lire Coralie, je retiens que toi aussi tu signales que cela représente beaucoup de travail, c'est important à prendre en compte.



joelle M. 27/01/2013 20:43


Dans notre école, les enfants dorment sur le temps de la pause méridienne. J'ai mis 5 ans à y arriver donc ils sont couchés dès le retour de la cantine qui se trouve très loin de l'école. Il
reviennent vers les 12H45 et ils se réveillent vers 14H30/45 en pleine forme

joelle M. 27/01/2013 20:35


Non, c'est un choix de ma part. Elle les prennait l'année dernière mais on s'est dit que c'était intéressant qu'ils soient ( les PS) ensembles pour créer une autre dynamique. Elle n'a que 4
petits qui reviennent l'AM. Je crois que tout est possible.


Ce qui ne l'est pas c'est le nombre d'élèves qu'on nous impose. Notre école est menacée d'une fermeture de classe en 2013 dixit l'IEN samedi matin. Nous sommes actuellement à une moyenne de 21,5
par classe, idem pour l'élémentaire ( moyenne 23). Nous passerions en cas de fermeture à 27. 2, 30, voir plus que ce soit des PS, des MS ou des GS "purs" c'est infernal pour les gamins et les
instits.


Ce qui ne l'est pas aussi c'est des répartitions stéréotypées.


Chaque année, la répartition des élèves est un vrai casse-tête alors tant qu'à faire soyons créatifs. Il m'est
arrivée d'avoir un GS dans une classe de PS/MS parce que cet enfant était en grande difficulté comportementale et de fait dans les apprentissages. Quelle était sa place en GS? l'enfoncer encore
plus. Il restait chez nous le matin pour jouer, apprendre les bases numériques, spatiales, graphiques,..de PS car son comportement l'avait empêché de les acquérir. Nous l'avions mis en MS où il a
passé son temps à être puni et dévalorisé ( je ne suis que directrice, pas IEN) et comme il était stigmatisé, je n'ai pas eu trop de mal à le "récupérer" c'est le casde le dire dans ma classe.
Puis progressivement, j'ai imposé des plages où il allait rejoindre les GS et en milieu d'année, il était en GSà temps complet. Il est passé au CP et sa scolarité suit son cours. 

isa 27/01/2013 20:48



alors là je suis tout à fait d'accord, j'ai moi aussi fonctionné comme ça ( GS en PS pour raison d'adaptation) ! J'ai aussi fonctionné en décloisonnement total entre deux petites
sections, les élèves choisissaient en fonction des activités, j'ai toujours eu des MS et/ou des GS l'après midi en classe quand les petits dormaient soit pour du soutien ( voir soutien langage avec des GS) et soit pour des activités ou du
décloisonnement. Moi aussi je pense que la créativité est un des atouts de notre métier de manière à toujours chercher et améliorer nos pratiques, c'est aussi pourquoi tous ces sujets de
discussion m'intéressent au plus haut point, et que j'aime aller fouiller les raisons de certains choix.



joelle M. 27/01/2013 19:33


Ah, je n'ai pas mentionné que c'est moi qui prends en charge les petits de la collègue dans ma classe (PS) au réveil et jusqu'à 16H00 soit 1 heure à 1 heure et demi et que l'ATSEM arrive à 15H00.

isa 27/01/2013 19:56



c'est bien ce que je dis, les petits sont en trop l'après midi chez les grands !



joelle M. 27/01/2013 19:06


oups j'ai oublié d'&crire plus de PS que de GS(...) la deuxième année

joelle M. 27/01/2013 19:03


J'ignore si c'est une préconisation mais pour l'avoir mis en place deux ans dans l'école avec beaucoup d'inquiétude de la part de la collègue qui n'avait jamais eu de PS, cela fût très agréable
pour elle. Les raisons matérielles confortables : 24 élèves dont 8 petits pour la première année et plus de PS et moins de GS ( enfants en difficulté), 1 ATSEM le matin et 1 ATSEM l'AM 2 fois par
semaine.


Intérêts pédagogiques: les grands sont plus posés dans les apprentissages ce qui permet aux petits de devenir élèves plus facilement par l'exemple.


Ils peuvent être en autonomie avec des ateliers de manipulation ou autres (jeux mathématiques, de société) avec l'ATSEM pendant que l'enseignant prend en charge les petits en groupe restreint.


Les PS faisant la sieste, l'après-midi est réservé au GS,eux-mêmes en groupe restreint avec l'ATSEM deux jours par semaine donc des conditions de travail favorisées et détendues pour les enfants
et l'enseignant.


Les grands prennent plaisir à jouer dans les coins-jeux qui ne sont pas aussi nombreux en GS qu'en PS.


Le moment du passage aux toilettes ( PS puis GS par exemple) peut être un moment de langage propre à chaque niveau.


Cette année, cette répartition n'a pas pu être possible à cause de nos effectifs. L'enseignante à des PS/MS et elle galère parce que les moyens ont vraiment beaucoup de mal à accepter que les
petits jouent ou que la maîtresse soit "prise" par les petits. Ils sont moins autonomes que des GS en début d'année.Du coup, les petits sont plus agités que les années précédentes et la maîtresse
plus fatiguée.

isa 27/01/2013 19:53



Imaginons que les petits dorment sur la fameuse pause méridienne et donc reviennent en classe à la reprise, crois tu que les collègues auront autant envie de prendre ces classes à cours
multiples ? Je pousse à fond parce que je m'interroge toujours ( malgré vos nombreux témoignages) sur l'aspect "effectifs" prépondérant sur l'aspect "pédagogique", je vous pousse à bout.
Imaginons par exemple que les petits ne dorment plus ( totalement irréaliste mais c'est pour éliminer ce critère des têtes et réfléchir d'un point de vue pédagogique), pensez vous que le mélange
serait toujours aussi profitable ? Je pense que vous voyez où je veux en venir, n'est-ce pas d'abord un choix sur ce seul critère ? A mon tour de jouer les trublions ( Isabelle si tu passes par
là )



Hélène 27/01/2013 18:53


Je suis convaicue par l'association des PS avec les MS. Les MS créent une émulation et donnent des repères au plus petits surtout en début d'année. Je n'aimerais pas avoir uniquement des PS car
ils sont très demandeurs au début. De plus, les PS peuvent apprendre à leur rythme et on adapte l'année suivante selon la progression de travail pour leur MS. C'est très agréable pour la
préparation de notre travail, on connait bien les enfants en MS.


Par ailleurs, je ne comprends pas que l'on mette les PS avec les GS uniquement pour faire profiter aux GS le l'après-midi. Moi, par exemple, j'ai choisi de coucher mes élèves dés la fin du repas.
Mes MS se lèvent à 13h45 et j'ai toute la classe à 14h30 donc voyez, nous profitons de toute l'après-midi pour les apprentissages. Ilne faut se leurrer : les PS ne dorment pas toute la journée
quand même, il ont besoin que l'on s'occupe d'eux aussi.


Je me pose une autre question : je pensais que les GS faisaient partie du cycle 2. Certains (comme notre inspection) vous diront que mettre des PS avec des GS ne respectent pas la logique des
cycles.( Enfin, y a t  il une logique dans cette histoire de cycles?... mais ça, c'est un autre débat !

isa 27/01/2013 19:00



je crois que c'est fini les GS en cycle 2.



vivi 27/01/2013 16:59


Coralie et Muriel, pouvez-vous me préciser ce que vous entendez par "plan de travail hebdomadaire"? Une série de fiche affichée au tableau? des ateliers autonomes? des travaux
auto-correctifs?


Les petits ont-ils le droit d'aller aux coins jeux pendant le travail des grands? N'y a -t-il pas trop de bruit dans la classe?


La récréation ne t'a pas manqué Coralie, pour préparer tes ateliers si tu n'es pas de surveillance? Ou pour échanger avec les collègues si tu es de cour? Moi j'aime bien ce temps de
partage. 


Pour les TPS, cela me paraît impossible de concilier les apprentissages avec les grands. Je rejoins Stasia sur ce point là. Même si l'enseignant est hyper attentive, la différence d'âge est
 trop importante.


On semble tous d'accord sur un point, l'EPS est difficilement gérable avec les PS/GS.


Mais ce ne doit pas être évident non plus pour lancer un projet. Les 2 ans et les 5-6 ans n'ont pas les mêmes centres d'intérêt...


Heureusement pour notre école, nous n'aurons pas de 2 ans...enfin, j'espère! Les conditions d'accueil seraient trop mauvaises pour eux vu le nombre d'enfants par classe.


 

delph 27/01/2013 16:50


Je me demande juste pourquoi l'aménagement ps/gs semble plus harmonieux que ps/ms , Mais je trouve ce débat très intéressant !! Pour expérience j'ai vécu un TPS/PS/MS avec 35 élèves et
franchement à la fin de la journée j'étais exténuée......du coup pas évident de différencier !!!!!

stéphanie 27/01/2013 16:37


Depuis septembre, nous avons réparti les PS dans nos trois classes da maternelle. Ils sont mélangés pour 2/3 avec des GS et pour le dernier tiers avec des MS.


Cela fait une petite dizaine d'année que j'enseigne en PS... Cette année, mes PS ont pour la première fois le temps de plus jouer et ils sont plus sereins en avançant sur la même progression. Les
années précédentes, très consciencieuse, j'accumulais les situations d'apprentissage dans la journée. Cette année, Je suis disponible pour mes 12 PS à certains moments très identifiés et dans le
calme (les GS sont plus posés) les apprentissages sont très cadrés.


Quand aux grands, ce n'est que du plus pour eux: le tutorat les fait grandir et ils sont garants de l'atmosphère de la classe le matin;et l'après midi, un temps d'apprentissage à 16 et des
rapprochements avec les autres GS très profitables.


Pour les lectures d'histoires, je propose beaucoup de contes traditionnels avec des versions à différents niveaux; les inférences sont nombreuses et le retour en petit groupe de petit est
impressionnant. Dautant plus qu'au moment de l'accueil, le coin bibliotjhèque est assailli par des couples PS-GS....


Quand au sport, nous avons la malchance(/chance) d'avoir une salle de sport de la taille d'une salle de classe. 28 élèves en mouvement, cela est trop dangeureux. Nous avons donc eu l'autorisation
de laisser les GS avec l'atsem sur un travail en autonomie et de profiter de l'espace avec 12 PS. Quand les PS sont à la sieste, les GS agissent avec leur corps( en attendant les prochains
programmes).


 


Alors oui sans le problème du sport, je suis très contente pour mes élèves du mélange PS-GS.

isa 27/01/2013 18:25



et au niveau des préparations , est-ce que tu es comme Muriel qui trouve que c'est beaucoup plus de travail qu'un cours simple ?



SANDRINE 27/01/2013 16:27


Bonjour,  je n'ai pas de PS/ GS mais depuis que je travaille en maternelle j'ai des PS /MS. Ce cours double paraît évident pour beaucoup car il y a peu de différence d'âge. j'ai une année eu
un cours unique avec des PS : le bonheur ! Des projets formidables avec le temps de les mettre en place et d'écouter ses élèves, de prendre en compte les différences. Vous l'aurez compris je
n'aime pas ce double niveau de PS/MS (mais n'ai pas le choix étant la dernière arrivée) Est-ce parce que mes PS sont de début d'année et que mes MS sont de fins d'année ? un petit écart d'âge
pour une maturité équivalente mais avec un programme extrêmement différent. Avec des effectifs important (27) dans une zone non ZEP mais qui devrait l'être, je m'organise, prépare afin d'être
présente auprès de tous avec des projets intéressants. C'est difficile alors PS/GS ? Il me semble que la PS devrait être une section à part, privilégiée et unique.


je précise que j'ai démarré ma carrière dans une école de campagne avec des CP/CE1/CE2/CM1/CM2, que l'ambiance était merveilleuse (même si je dormais peu et avait perdu beaucoup de poids) et le tutorat formidable. j'ai longuement hésitée à perdre cette petite famille qui me comblait. Mais je ne regrette rien car
c'est ainsi que j'ai découvert la maternelle. Depuis mis à part l'année en PS j'ai toujours eu des cours multiples et j'aimerai avoir le droit de souffler car un cours simple vous permet de
respirer. Bises à toutes et bon courage Muriel

joelle M. 27/01/2013 16:27


Cette circulaire est dans le BO n°3 de janvier 2013.


http://www.education.gouv.fr/pid25535/bulletin_officiel.html?pid_bo=28899


 


PS/GS c'est beaucoup plus harmonieux que PS/MS sauf pour l'EPS.


Cela se pratique de plus en plus, mais il faut attention à l'équilibre des groupes pour les activités de l'après-midi.

isa 27/01/2013 18:27



d'après toi , quelle est cette nouvelle préconisation, d'où vient-elle ? quelles sont les raisons sous-jacentes ?



Muriel 27/01/2013 16:12


Tu n'as pas tort Stasia!


Il y a cependant des expériences très intéressantes de classe petits/grands, notamment sur Lyon. On doit sans doute trouver des écrits sur le sujet (cf AGEEM
peut-être).


Malgré tout, les PS1 ont en effet des besoins très spécifiques! D'ailleurs c'est largement rappelé dans la circulaire récente qui  est passée dans le
courrier ce mois-ci (je ne me souviens plus la référence) sur la scolarisation des petits en maternelle. Il y est question d'une classe de tout-petits avec des moyens et des locaux spécifiques,
aménagées différemment de ceux de la maternelle classique, et du personnel formé. Je n'y ai pas senti l'idée de regrouper ces TPS avec des plus grands, mais plutôt de faire une "pré-maternelle",
comme un intermédiaire entre la famille et l'école. Qui a lu cette circulaire?


Regrouper avec des plus grands, c'est faire fi de ces besoins sécifiques, c'est sur, et risquer d'utiliser ces petits comme une variable d'ajustement des
effectifs  une fois de plus... sauf s'ils sont pleinement comptabilisés pour permettre l'ouverture de classes!!!!


Et ISA a raison, attention à cette envie de faire grandir trop vite en précipitant les apprentissages! Et les PS ne sont pas l'apanage de
l'ATSEM!!!!


Le mélange des temps mixtes et de temps "par niveau" me parait génial!!!... mais réalisable seulement dans les écoles maternelles à plusieurs classes. Dans
les campagnes, nous nous inquiétons sur le devenir de nos écoles rurales , petites structures qui auront aussi de la peine à gérer l'aménagement du temps de l'enfant dans les nouveaux rythmes
scolaires (coût des intervenants à répercuter sur peu d'élèves, etc...) Envisager des regroupements d'écoles nous fait peur pour la vie de nos villages... mais serait-ce mieux pour les
enfants?????

Stasia 27/01/2013 15:34


Pourquoi pas ces mélanges avec les PS. Mais avec les TPS ? Si quelqu’un a des témoignages… Moi, je suis sceptique. Les TPS étant encore si jeunes… C’est vraiment une classe à part avec des
besoins spécifiques à mon avis et même le mélange avec les PS n’est pas évident. Je suis en ZEP et pas mal de TPS ne parlent pas du tout et certains ne comprennent rien en début d’année. Ils ont
un mal fou à se séparer de leurs mamans, à supporter la vie en collectivité, à intégrer les règles de vie. Ils ont besoin de leur maîtresse tout le temps et pas d’un gosse de 5 ans sur le dos.
Chaque classe est difficile à gérer et pour l’enseignant, individualiser sa pratique est déjà un casse tête avec un seul niveau. Alors pour moi, c’est rétrograde de revenir aux classes uniques,
sauf s’il s’agit d’un choix de l’instit qui s’en sent capable.  La classe idéale à mon avis : PS/MS ! 

Coralie 27/01/2013 14:23


J'ai testé PS/GS l'année dernière, à la fois parce que les effectifs étaient tels que ça permettait de ne faire qu'un seul cours double dans l'école mais aussi et surtout parce que j'avais envie
de tenter l'aventure. J'ai la direction de l'école et l'IEN était très favorable à une telle répartition. J'étais la seule volontaire...


Le résultat est plus que probant. J'avais 11 PS et 14 GS. Les GS travaillaient en plan de travail hebdomadaire le matin et je m'occupais des PS avec l'ATSEM du coup deux ateliers différents
chaque jour ! C'est à dire beucoup plus riche qu'avec un cours simple de PS. Les petits se sont également beaucoup plus vite adapté à l'école et il n'y a eu que très peu de larmesles 1ers jours.
L'après-midi était consacré aux situation d'appentissage avec les GS. Pas de groupe de couleur dans la classe et donc une très grande liberté de répartition en fonction des activités et une
différenciation plus aisée.


La seule activité que je ne menais pas en grand groupe était l'EPS. Nous avons 2 récérations le matin, donc pendant que les GS étaient dans la cour, EPS avec les PS. Pendant la récré des PS,
phonologie avec les GS et EPS en début d'après-midi.


Voilà ce sont des détails organisationnels mais pour montrer que ça peut fonctionner et même très bien. Cette année PS/MS et je m'y colle car je crois vraiment au cours multiple. Une partie des
MS était avec moi en PS (les parents y tenaient beaucoup...ils ont été convaincus) et je constate les effets de l'année dernière au niveau de l'autonomie d'autant plus que c'est eux les grands
maintenant !


Personnellement, j'espère le  jour où les cours double existeront pour eux-même et non "à cause" des effectifs.

vivi 27/01/2013 12:18


Voilà une idée intéressante. Il faudrait redécloisonner pour certaines activités! En EPS par exemple, si difficile à gérer avec un tel mélange, un enseignant ne prendrait que les grands tandis
qu'un autre se chargerait des petits... ça suppose un travail d'équipe mais c'est intéresssant.


Merci Muriel de ton témoignane. On sent bien que cette organisation te donne satisfaction malgré l'énorme investissement demandé. C'est aussi parce que tu n'as pas le choix. Tu semble t'être très
bien adapté.


Dans notre école, ce serait juste un double niveau pour chacun. 3 classes de PS/MS et 3 classes de PS/GS, donc moins de travail qu'un triple niveau.J'ai peur que les petits ne soient perdus parmi
ces grands... que ce soit l'ATSEM qui se chargent des petits pendant que l'enseignant s'occupent des grands (c'est bien plus sérieux comme dit Isa!).


Au fait, bon anniversaire à ta petite lily!

isa 27/01/2013 19:15



merci pour elle ,Vivi !



Muriel 27/01/2013 11:04


Se généraliser... bonne question...???


Je pense qu'il faut être motivé et formé (moi je me ressource auprès de L'ICEM et de l'AGEEM...) et  que ce n'est pas un choix anodin.


Dans une école maternelle à plusieurs classe multi-âge parallèles, il y a moyen de travailler à plusieurs voire de décloisonner... si on s'entend bien,
évidemment...


Je dis "je n'ai pas le choix" car si j'avais 2 niveaux, j'aurais moins de travail, si je n'en avais qu'un je ferai des projets géniaux sans
m'épuiser...


...mais j'aime quand même la petite famille de ma classe (même s'ils me font souvent enrager cette année....)


Mes GS finissent par penser comme mo,i finissent mes phrases ou devancent mes paroles tellement on se connait... ils préparent la classe pour le lendemain à
la place de l'ATSEM (faire tourner les responsabilités, etc...) et valident les performances d'appel pour leur copains à ma place (un cahier où je note chaque jour les prénoms reconnus par
l'élève d'appel), inventent de nouvelles règles pour la classe et proposent des activités...


Si j'avais le choix,... je ne sais pas bien ce que je ferai...

isa 27/01/2013 11:42



ce que tu me décris est le fonctionnement que j'avais dans ma classe unique ( GS jusqu'au CM2), oui c'est une famille et c'est formateur pour les élèves, surtout du point de vue de
l'autonomie ( c'est ce qu'on recherche tout le temps dans n'importe quel niveau), mais c'est effectivement un travail énorme si on veut ne sacrifier personne. Je crains qu'en imposant ce
fonctionnement, les petits fassent les frais d'une organisation tournée vers les apprentissages des grands ( on pense toujours que c'est plus important, et dans certains commentaires, je lis
entre les lignes cet état d'esprit qui me chiffonne venant ,de surcroit, d'enseignants de maternelle). D'autre part, dans le premier fil de discussion avec Vivi, j'ai soumis l'idée de revenir aux
classes uniques ( mélange des âges en élémentaire) et je ne suis pas certaine que cela rencontrerait un franc succés, idem collège et idem lycée, c'est pourquoi je me demande toujours pourquoi on
veut absolument cette organisation chez les "maternelle", si ce n'est pour le confort de l'après midi ( mais en travaillant avec prise en charge de grands pendant que les petits dorment les
enseignants peuvent alléger leurs effectifs) et que l'autre raison est aussi pour éviter d'avoir à diminuer les effectifs en maternelle ( alibi: l'après midi). Bref, je suis comme Vivi, je me
questionne et je cherche le réel intérêt ! Je me dis qu'il faudrait des moments avec les grands et des moments où ils se retrouvent entre eux avec une classe aménagée pour eux.



Muriel 27/01/2013 10:45


Que de bonnes questions VIVI ! Elles sont toutes légitimes et je me les pose tous les jours dans ma classe de PS-MS-GS!!!! (Avant j'avais PS1-PS2-MS, c'était
un peu plus facile...)


Dans nos écoles rurales, pas le choix! Cependant, d'autres écoles citadines tentent l'aventure de classes parallèles et travaillent en équipe d'école (une
chance pour elles, moi je suis seule...)


J'aime garder mes enfants 3 ans (mes GS, ce sera leur 4ème année...) cela me laisse le temps... de leur laisser du temps !


Une organisation style classe coopérative pédagogie Freinet (tutorat, responsabilités, quoi de neuf, discussions organisées...) me permet d'y construire un
véritable "tuilage" des compétences entre les élèves. Les rentrées sont douces car seulement une petite partie de la classe se renouvelle, les plus grands montrent l'exemple aux
petits...


Mais il faut être hyper organisée, et mettre en place une foule de dispositifs permettant l'autonomie (plan de travail, livret de travail individualisé, ...
entre autre...) pour se libérer pour pouvoir gérer et différencier.


Et bien sur, on vise un niveau intermédiaire de langage lors des temps collectifs pour convenir au plus grand nombre, c'est le revers de la médaille, et on
improvise des différenciations (au niveau des attentes, des rôles, de la réflexion...) pour les incontournables comme l'EPS qui est en effet un casse-tête. Et il faut renouveller sans cesse pour
que les "anciens" ne s'ennuient pas avec de la redite (quoique refaire la même chose avec un an de plus, ce n'est pas mal non plus parfois!!!)!


C'est un travail énorme, chaque préparation de projet ou activité est multipliée par 3, C'est bien pour ça que je suis crevée cette année!!!


Mais je crois que j'adore quand même!!!! C'est un comble!


Les PS grandissent plus vite, c'est sur! Et j'essaie de prendre les GS seuls chaque jour pendant la sieste des PS pour avancer phono, lecture, maths.... Le
matin, ils sont sur des activités en autonomie à valider par l'ATSEM pendant que je suis avec les PS. J'essaie de ne pas oublier les MS (hem hem...)


MAIS.... nous avons fait le choix de ne pas accueillir les PS1 (fermeture de classe cette année) car LA, en effet, je pense que les conditions ne sont pas
idéales pour eux qui découvrent l'école et ont besoin de temps de jeux libres difficilement compatibles avec le rythme des GS. Et c'est vrai que les GS ne font pas la même chose que dans une
section pure.... de toute façon, c'est comme ça, pas le choix...


L'an prochain j'aurai des PS2 primoscolarisés du coup, j'attends de voir! Mais PS2, c'est tout de même différent de PS1....


Encore trop bavarde, comme d'hab'....

isa 27/01/2013 10:53



non Muriel comme d'hab, toujours aussi intéressante! Est-ce que tu dirais que cela doit se généraliser , parce qu'après tout, tu répètes à plusieurs reprises que tu n'as pas le choix
?