la salle des maitres: Isabelle D et son petit "dévastateur"

Publié le par isa

salle des maitres

Isabelle D parle :


·                                 AU SECOURS!!!

 

J'ai reçu deux nouveaux élèves mardi, (ce qui me fait 28 petits)

dont 1 ENFANT SAUVAGE!

Je n'ai jamais vu ça! Pourtant j'ai 11 ans d'expérience en maternelle, j'ai déjà eu des surdoués hyperactifs, des psychotiques, des terribles, mais jamais un sauvageon comme E.

En une matinée, il a renversé tous les tiroirs de jeux, dont les perles deux fois(!), il est monté sur une table pour attraper les papiers rangés sur la mezzanine, monté sur une chaise pour ouvrir la fenêtre. Nous l'avons surveillé comme le lait sur le feu et pourtant il s'est échappé une fois dehors, deux fois dans la classe mitoyenne, une fois dans la cantine, une fois dans une autre classe plus éloignée. Il a traversé toute la cour en chaussettes après avoir ôté ses bottes, il a chipé les ciseaux pour essayer de couper les matelas de la sieste, frappé ses camarades...

Il n'écoute absolument rien, ni ne réagit lorsqu'on l'interpelle, ni ne fixe son regard lorsqu'on lui parle...

J'ai passé 5 mn à chaque fois que je voulais lui parler pour tenter de croiser son regard...

Il était à la crèche avant...J'ai contacté la directrice qui m'a fait part de ses inquiètudes... Elle avait demandé un bilan pédiatrique qui n'a révélé aucun handicap (il n'est pas sourd), mais une vraie carence de limites. Le médecin a dit que c'était l'école qui lui manquait!!! Elle m'a dit que cet enfant avait sapé toute la crèche chaque fois qu'il y était, qu'il prenait une place phénoménale à tous les points de vue... Ls parents sont des gens du voyage sédentarisés qui sont un peu distants et il faut qu'ils aient confiance pour entendre ce qu'on a à leur dire...

Ils n'ont absolument donné aucun cadre à cet enfant. Ils se laissent frapper (il a eu 3 ans en décembre) en riant, lui courent après en se contentant de le récupérer sans rien lui dire... Et sa maman, inquiète de le laisser, me l'a présenté comme un enfant très tonique et "malfaisant", toujours à trouver la bêtise... M'a conseillée de fermer les portes à clé et de cacher les ciseaux!

AU SECOURS!!!

Mardi soir, je me suis couchée à 18h épuisée et très angoissée! Comment allons nous faire? Il faudrait quelqu'un avec lui en permanence au moins le temps de le "dompter" et lui inculquer un minimum de règles... Ca veut dire accaparer mon atsem... Mais si on ne fait pas ça, la classe entière en pâtira! Je sais que je n'aurai aucune aide de l'éducation nationale... Je vais demander la visite de la psychologue scolaire mais il vient d'avoir 3 ans et n'a aucun handicap (à part un manque d'éducation) alors je ne me fais pas d'illusion...

Cerise sur le gâteau, je suis inspectée la semaine prochaine. Au moins je sais quel va être le thème de la discussion. Mais ce n'est pas ça qui m'inquiète. Ce qui m'inquiète, c'est la fin de l'année scolaire et comment gérer!!!

Que puis-je faire?

HELP!

 

·                                 J'ai oublié de préciser que cet enfant ne parle pas! Il dit maman, wahwah pour chien, et fait des sons... ce qui fait rire sa maman qui trouve qu'il parle américain!

Je suis désolée d'en remettre une couche, mais je ne peux m'empêcher d'y penser et en "parler" me fait du bien...

Mon mari me dit que je ne vais pas me ruiner la santé pour l'éducation nationale qui ne m'en sera pas reconnaissante de toute façon... (Il y a 5 ans j'ai été arrêtée deux mois avec 8 de tension après une année très difficile avec des collègues et une classe exténuante!!!) Il me dit que je devrais refuser que cet enfant détruise tout ce qu'on a mis en place et gâche l'ambiance pour les autres, mais j'ai beau lui dire que ça ne marche pas comme ça et qu'on ne peut pas refuser un élève et que c'est vrai qu'il lui faut des règles (même si là on sort de nos compétences et surtout de nos moyens), il ne comprend pas mon point de vue...

C'est bien, ça me permet de relativiser, de garder une certaine distance, mais ça ne me détend pas!

Merci en tous cas à isa d'avoir créé ce blog qui m'accompagne depuis deux ou trois ans et qui me rassure et me permet de parler à des collègues...

J'ai la chance d'être dans une école géniale avec des collègues sympas (ils m'ont proposé de "garder" cet enfant le jour de mon inspection)... Je crois que je vais leur confier une matinée chacun pour qu'ils se rendent compte de ce que je dis... Ils seront d'autant plus convainquants pour l'équipe éducative qui ne ne devrait pas tarder... Et ils seront prévenus de ce qui les attend!

Pour vous remercier de m'écouter me plaindre, je vous promets de vous raconter chaque progrès de mon petit E.

 

 

Publié dans la salle des maîtres

Commenter cet article

Agnès WOIMANT 12/01/2012 10:52


http://autisme.inshea.fr/Accueil/ressourcesinshea/scolarite-accompagnee-d-un-enfant-en-maternelle


le petit garçon que vous voyez sur cette vidéo c'est mon fils. Diagnostiqué autiste sévère en 2000 et scolarisé cette année 20h/semaine en classe de 5e ordinaire (sur les matières qui lui sont
accessibles, le reste est travaillé à la maison). en petite section il ressemblait tout à fait au petit élève que vous décrivez. un enfant avec autisme (ou trouble envahissant du développement),
ça s'instruit et ça s'éduque : c'est bcp de travail il est vrai mais c'est possible et c'est le travail d'une équipe. celà passe par la formation et l'information : vous avez à votre disposition
le guide handiscol sur la scolarisation des enfants TED, voir avec le lien :


http://autisme.inshea.fr/Accueil


pour enfoncer un peu le clou posé par le précédent intervenant, les professionnels des CAMPS et des CMP sont rarement (très rarement) informés et ont une idée plus que viellote du sujet, dans
notre parcours il ne nous ont été d'aucune aide.


la mise en place de matériel pédagogique adapté permet des apprentissages scolaires, même pour des enfants qui sont au départ très atteints.


voir : www.autisme-apprentissages.org


je reste à votre disposition à cette adresse mail : agnes.woimant@wanadoo.fr


bon courage et bonne journée !

isa 12/01/2012 12:29



merci beaucoup Agnés de votre témoignage ainsi que de votre soutien à Isabelle ainsi qu'à toutes les collègues en charge d'enfants autistes.En petite section, les choses avancent trés
lentement, alors qu'on sait que la prise en charge doit être précoce. Isabelle a bien réagi car avec son appel à l'aide elle a bousculé les choses et a sûrement permis de les accélérer. C'est
effectivement dommage de devoir ruer dans les brancards pour obtenir une aide qui devrait être automatique.



Laurent 12/01/2012 10:14


Cet enfant n'y est pour rien dans vos difficultés c'est le peu de qualité des formations qu'il faut mettre en cause.


Je ne sais pas dans quelle contrée vous exercez mais normalement une  formation  professionnelle digne de ce nom  aurait du comprendre au moins un module sur une reconnaissance
minimum des traits autistiques.

Cet enfant est autiste et a un handicap communicationnel qui n'est pas pris en charge ni diagnostiqué semble-t-il  et à défaut de pouvoir communiquer  avec les non handicapés il est
isolé et ne perd plus son temps à essayer de communiquer autrement que par le comportemental.


Qu'il n'ait pas été diagnostiqué pose de lourdes questions sur la société dans laquelle il vit et la stigmatisation type "sauvageon" ne pronostique rien de bon.


Ces enfants ont besoin d'être dans un milieu inclusif et non d'être victime de  discriminations passant par la stigmatisation.


Il faut apprendre à cet enfant à communiquer de manière alternative à la parole en général avec des pictos sinon il ne pourra avoir de vie en milieu collectif car il ne communiquera que par du
comportemental. Donc regardez du coté des méthodes PECS et TEACCH.

La seule question à se poser est celle-ci : est-ce à l'enfant porteur d'un handicap communicationnel de faire l'effort principal de communication ou aux personnes sans handicap communicationnel
de faire l'effort de mettre un moyen de communication alternatif à la parole pour communiquer avec l'enfant handicapé ?



Si vous mettez en place les méthodes visuelles classiques vous pouvez sauver cet enfant.


Regardez  ; http://www.autisme42.org/autisme_files/file/scol-enfant-autisme-mater.pdf


et surtout procurez-vous :


Les jeunes enfants autistes à la garderie et à l'école


http://aides-techniques.handicap.fr/prd-handicap-livre-professionnel-sante-331-2396.php


et aussi


http://autisme.inshea.fr/Accueil/ressourcesinshea/scolarite-accompagnee-d-un-enfant-en-maternelle


 

isa 12/01/2012 12:24



bien entendu Laurent, que cet enfant n'y est pour rien et la réaction d'Isabelle a été de chercher comment l'aider. Je suis d'accord avec toi et je te remercie de nous
donner des informations ainsi que des liens. La formation des enseignants s'est lentement dégradée et la psychologie de l'enfant ne fait pas partie d'un quelconque programme sauf pour ceux qui
ont choisi la voie du master de psychologie avant d'enseigner. Néanmoins dans le cas de cet enfant, il avait été remarqué en crèche, un pédiatre l'a vu, n'a rien diagnostiqué. C'est aussi une de
mes interrogations. Comment de tels troubles passent-ils inaperçus dans les cabinets des médecins qui sont censés être formés et spécialisés ?



isabelle 09/01/2012 10:36


Bonjour,


Ton témoignage me fait énormément penser à un enfant que j'ai eu il y a 7 ans. Le diagnostique de l'autisme a été posé quelques mois après la rentrée. C'était exactement pareil: il grimpait
partout, ou alors se blotissait sous une table, il se sauvait systématiquement, ps moyen de croiser son regard ou de communiquer, sons incohérents au lieu du langage... Evidemment, je n'avais pas
d'AVS non plus...


Bon courage

Caroline PC 08/01/2012 09:25


j'ai vu ce blog sur le forum, pour les pb de coms, j'ai été directrice en maternelle !


Le pb c'est que tu as toute la classe à gérer, mais il paraît évident et tu le soulignes à plusieurs reprises, c'est que la mère et l'enfant n'ont pas de relation langagière, elle le regarde avec
amusement et curiosité comme s'il était un animal de foire,


elle a déjà posé un jugement définitif très négatif , qui montre qu'elle ne s'implique pas. la mère semble avoir une distance avec son enfant, que l'enfant ressent comme de l'indifférence,
il n'y a pas de pire maltraitance que l'indifférence! ou bien elle a déjà renoncé!


l'enfant voit que sa mère s'amuse de ses bétises et cherche à "entrer en relation"  avec elle de cette façon. Cet enfant souffre et taper sur ses proches est un moyen de provoquer leur
réaction, trop permissive, l'enfant a besoin de barrières et il n'en rencontre pas, il est angoissé de voir que tout les laisse "indifférents" il ne se sent pas aimé, et je ne pense pas qu'il le
soit, sinon à la manière d'un petit animal à qui on tolère toutes les bétises et qu'on ne pense pas pouvoir raisonner.


Soit il faut faire du "dressage" et c'est épuisant et souvent négatif, mais dans une classe on n'a guère le temps de finasser avec les perturbateurs!


mais le mieux serait de parler à l'enfant pour le valoriser, utiliser chaque effort de sa part, la moindre initiative, le moindre exercice, " c'est bien, je suis contente, " en montrant que tu es
impliquée. et faire comprendre à sa mère l'intelligence et les capacités de son fils, en l'incitant à s'intéresser à lui, à lui parler, lui dire avec toi, en se baissant vers lui,
qu'elle est contente de ses progrès..... Utilise un langage positif et valorisant pour l'enfant pour qu'elle s'implique aussi.


Néanmoins, si l'enfant ne regarde jamais en face, et s'il continue à s'agiter, à crier...de façon "anormale" je me demande s'il n'y aurait pas un soupçon d'autisme... cherche par là, même si le
généraliste ne le décèle pas, beaucoup sont ignorants dans ce domaine, mais après avoir essayé d'entrer en contact avec lui ...


Bon courage, bises

isa 08/01/2012 14:07



merci Caroline et bienvenue sur le blog



Isabelle D 07/01/2012 14:45


Veuillez...


C'est ce que je disais!

Isabelle D 07/01/2012 12:45


Veuiller excuser les fautes de conjugaison, j'ai honte en me relisant... Je suis vraiment fatiguée!

Isabelle D 07/01/2012 12:42


Bonjour.


Hier, ce fut la fin magistrale d'une semaine épuisante! Mon fils de 4 ans (celui qui a subit mon courroux jeudi) a eu un accident à 16h20... En courant pour revenir de la récréation, il est tombé
sur le copain qui a trébuché en même temps... sur la tête du copain! L'atsem de sa classe est venue me chercher dans mon vestiaire en me disant que mon fils s'était cassé les dents... J'accourre
donc et je trouve mon pauvre chéri pleurant qu'il a mal... Je ne suis pas du genre à paniquer mais en voyant sa bouche, je l'ai attrappé à mon cou et j'ai filé, passant dire à mon atsem de faire
la sortie, au bureau de la directrice lui dire de faire une déclaration d'accident et la prévenir que je filais... (Je n'ai pas demandé l'autorisation, j'ai juste informé!!!) Elle a prévenu le
cabinet dentaire qui m'attendais donc... Ses deux incisives étaient vers l'intérieur, il ne pouvait plus fermer la bouche et ce qu'on voyait, c'était les racines! Bref, ils ont été obligés de lui
arracher... Et il aura un sourire édenté pendant un à deux ans! Heureusement, la machoire n'est pas cassée et les dents définitives ne semblent pas touchées... Nous vérifions dans 15 jours. A la
fin des soins, le dentiste m'a posé la main sur l'épaule et m'a dit d'aller me reposer parce que j'étais plus blanche que mon fils!!!


L'adrénaline, c'est épuisant!


Bon, ce passage gore pour dire que parfois, il y a des semaines qu'on a hâte de voir se terminer!!!


Concernant E., il a été très "calme" lors de la visite de la psychologue mais elle a quand même trouvé que c'était tout à fait le candidat pour la "luciole"... Un accueil familial thérapeutique
qui fonctionne trois matinées par semaine. Les familles et leurs enfants y viennent pour une heure et demie, il s’agit d’un travail de soutien dans la relation parents/enfants. J'espère que nous
réussirons à convaincre la maman et il passerait alors deux matinées seulement à l'école.Et on pourrait lui rendre un grand service...En attendant que tout ça se mette en place, je vais avoir une
stagiaire atsem pour 3 semaines...


J'ai réussi à établir le contact : E. jouait avec les animaux et je suis allée lui dire que c'était l'heure de
ranger... je lui montre comment on range dans la panière... Il déballe tout au fur et à mesure... Je persiste et veut lui ôter les éléphants des mains... Il me regarde et me fait non avec le
doigt... alors je redis que si! c'est moi qui décide et j'ai dit qu'on rangeait!... Je range la panière en hauteur et il se plante au milieu du chemin en pleurant et criant... Je lui dis
calmement que je comprends sa tristesse mais qu'il pourra jouer plus tard aux animaux, que maintenant, on va s'asseoir sur les bancs, que s'il est triste, il a le droit de prendre son doudou...
Il me regarde et se précipite dans mes bras pour un câlin en cessant de pleurer et m'accompagnant au coin regroupement! Bon, ça n'a pas duré longtemps mais j'ai trouvé ça génial, ça me donne
beaucoup d'espoir...


Sur cette note optimiste, je m'en vais me reposer!


Bon week-end! Isa D

isa 07/01/2012 17:02



oui ça s'appelle la loi des séries, est-ce que ton petit garçon ne souffre pas trop ?


Voilà malgré tout des nouvelles encourageantes et les démarches sont bien engagées. Je pense que diriger la famille vers une structure de soutien à la parentalité est une bonne chose, et
ton petit E va se montrer plus attachant que tu ne le pensais. C'est important le regard, il ressent ton envie de l'aider et il te manifeste de la gratitude à sa manière. Il a besoin de cette
fermeté qui le protège contre lui-même, c'est excessivement insécurisant de ne pas avoir des adultes qui mettent les limites. Alors les enfants peuvent aller trés loin pour les rechercher, y
compris se mettre en danger grave.


Je suis contente que tu aies trouvé l'énergie de réagir. Pense à récupérer ce week-end, détends toi et laisse
tomber l'orthographe, ce n'est pas l'essentiel ici.



christine 06/01/2012 18:43


BRAVO isabelle c'est ce qui s'appelle "prendre le taureau par les cornes" et je sens que tu es sur la bonne voie ... tu te rends compte que les choses ont déjà positivement évoluées depuis mardi?
bravo à ton ATSEM aussi!! Tu as un bon relationnel avec les parents et c'est déjà énorme...


Pour ce qui est de ta classe, j'ai toujours tendance à m'appuyer sur le groupe pour aider le "perturbateur" et ne pas s'installer que dans une relation duelle..." tu as raison E ne devrait pas
faire ça mais nous on le sait parce qu'on se connait bien ... si on l'aide je suis sur que bientôt lui aussi fera comme ça..." J'ai tendance à concrétiser matériellement les règles en exagérant :
ex oter tous les ciseaux pour le moment et dire pourquoi on est obligé de le faire . tirer un grande ligne au sol à 10 ou 15 cms des fenêtres zone à ne pas franchir pour le moment car danger
etc.... l


Je mets une grande affiche au mur ou chaque jour j'essaie d'y écrire une ou deux petites choses qui se sont améliorées chez E avec un soleil, et un cahier que je laisse en évidence quelque part
avec les nuages noirs de ce qui n'a pas été acceptable dans la journée ( et c'est une bonne trace pour inspecteur ou autres quand on fait le point du "avant " et du "après")


Pour l'inspecteur, ne pas l'avoir dans la classe ... je ne suis pas pour c'est se mettre en situation négative me semble t-il, par contre je serais du style à lui expliquer dès son arrivée que la
situation est particulière et que  tu demandes à être inspectée avec et hors présence de cet élève le même jour ou un autre jour..et d'ailleurs je pense que ta direction a un rôle a jouer ce
jour là en essayant de la mettre rapidement au diapason avant son arrivée dans ta classe non?


Et puis ton travail depuis septembre il est là et bien là ainsi que ton groupe classe qui en général nous le rend bien en inspection....


Moi j'ai connu un inspecteur il y a deux ans qui lui aussi à pris le taureau par les cornes concernant une enfant "destroy" le lundi suivant le RASED et médecin scolaire étaient réunis ... je
souhaite de tout coeur que ton inspectrice lui ressemble .... allez !!!mes meilleurs voeux t'accompagnent !!!


une longue marche ce WE..quelques huiles essentielles et..COURAGE!!!!

isabelle R 06/01/2012 11:13


je


je voudrais juste répondre à Isabelle pour son petit dévastateur...


Pour l'équipe éducative, il faut monter un dossier de faits précis, et pourquoi pas reprendre le objectifs de la maternelle  ( et surtout celles en matière de socialisation pour appuyer tes
observations et celle de l'asem)


une décision de scolarisation à mi-temps (ou que les matinées) peuvent être prise au vue de ce que tu racontes, apparemment un bilan psychologique serait plus approprié ave une observation en
classe.as-tu un relai possible avec un médecin scolaire, il peut aussi appuyer ton action.


L'inspecteur peut aussi être une ressource pour cela. Un enfant perturbateur ne doit pas être conservé coûte que coûte dans la scolarisation quand il en dérange 27 autres. Il faut trouver une
solution pour tout le monde.


S'il faut quelqu'un à temps plein pour lui, alors un arrangement entre asem de l'école est-il possible également.( plusieurs fois une heure à tour de rôle )


 


Dans tous les cas, bon courage à toi, le temps fera sans doute aussi les choses mais d'ici là concentre- toi aussi sur tout ce que tu as bâti dans ta classe avec tes autres élèves.


 

Véronique 06/01/2012 00:10


Bonjour,


J'ai vécu une expérience à peu près similaire à la rentrée. Mon élève ne parlait pas non plus et grognait, me crachait dessus, me tapait, me pinçait... perturbait la classe puisqu'il ne tenait
pas en plus, lançait les chaises. Bref je ne pouvait plus faire classe. Cet enfant est âgé de 4ans donc un MS qui n'a pas pu faire de Ps car il n'était pas propre l'année dernière.


J'ai appelé le RASED a l'aide, il ne nous reste plus qu'un maître E qui n'a pu que constater les débats: même en individuel, elle ne pouvait pas capté son attention.


Au bout de 3 semaines, épuisée, j'ai appelé l'inspectrice de ma cirsonscription en lui disant que bientôt si cela devait continuer ce serait lui ou moi! Deux jours plus tard, réunion d'équipe
éducative (sans l'inspectrice retenue) avec psy scolaire, l'enseignant RASED, ma collègue et la maman. Pendant la réunion, l'enfant faisait beaucoup de bruit, nous empêchant de discuter. La maman
s'est fait frapper plusieurs fois et mordre aussi sans réaction de sa part.Bilan : carence éducative!


Je me suis dépêchée d'envoyer mon compte-rendu à l'inspectrice (je suis aussi directrice). J'ai encore tenue une semaine avec les mêmes problèmes, la maman me déposant le paquet le matin et
s'enfuyant presque.


Re SOS à l'inspection : cette fois ci je n'en pouvait plus. L'inspectrice a organisé une réunion avec la maman, ma collègue et moi-même. Je la remercie d'avoir été très ferme avec la maman, lui
indiquant qu'à l'école il y avait des règles à suivre, que tout le monde devait les respecter et qu'il était dans l'intérêt de son enfant qu'il puisse se faire aider à l'extérieur. S'il n'y avait
pas d'amélioration rapide, elle se verrait dans l'obligation d'alerter des services spécialiser car son enfant était en danger.


L'enfant n'a vu qu'une orthophoniste, pas de psy ni de neuropédiatre. Mais chose difficile à croire, l'enfant s'est assagi du jour au lendemain. Je pensai qu'on lui avit donné des médicaments, la
maman m'a assuré que non. Elle lui aurait tout silmplement parlé.


Ca c'était fin novembre. Décembre, impécable mais aujord'hui à son retour de vacances il a recommencé. Cette fois-ci il grogne suelement, me tire la langue et me menace de son doigt en
s'pprochant de lma figure. J'en ai tout de suite parlé à la maman, chez elle il est à nouveau terrible. J'espère qu'il ne poursuivra pas dans son comportement. C'est génant pour les autres élèves
et pour moi, je garde mon calme mais faut pas exagéré!


Enseignante je suis devenue éducatrice,  assistante sociale et parfois même médecin!


Conseil que j'aurais dû mettre en application plus tôt : ne pas hésiter à appeler ton inspection. Mon inspectrice ma aussi dit de faire "une cahier d'incident" en notant chaque jour les faits qui
se sont produits. Ca te permettra de ne rien oublier lors de réunion et cela se servira de preuve au cas où. Moi il m'a servi car l'enfant se donnait des claques et se griffait le visage. La
maman m'a quand même accusée de maltraiter son enfant. Heureusement j'avais ce cahier et mon ATSEM pour corroborer mes dires.


Bon courage à toi

Isabelle D 05/01/2012 21:04


J'ai oublié de préciser que je me maîtrise tellement pendant la journée, que ce soir, j'ai littéralement EXPLOSE lorsque mon fils de 4 ans a renversé sa chaise sur le pied de son grand frère
malade! J'ai hurlé et je crois que je me suis défoulée sur lui, le pauvre!


Ils ont mangé et sont allés au lit sans un mot. J'ai été dure, mais tellement énervée!


C'est une des raisons pour lesquelles je dois me protéger (en plus du cadre légal, s'il arrivait un accident à E. ou à un autre enfant...) mais comme me le disait l'une d'entre vous... Je ne suis
responsable de E. que de 8h45 à 16h30...


Heureusement, le père-Noël m'a apporté un punching ball... (Vous devriez essayer, c'est génial après une journée difficile!) J'ai décidé de le frapper tous les soirs d'école avant de retrouver
mes enfants à moi que j'aime et que j'adore!


Je voulais vous dire aussi que mon mari avait lu mon commentaire et m'a proposé son aide pour préparer l'entretien avec l'inspectrice... Il est pas génial?


L'inspectrice, je ne la connaît pas encore, elle est "bébé inspectrice" (c'est son année de stage et elle arrive juste sur le département)... mais attention, mon mari est formateur en
communication!


Bon, là je raconte ma vie... mais je vous devais bien ça, vous qui m'avez si bien encouragée... Merci encore.


ISA D


 

isa 05/01/2012 22:41



oui attention à ta propre famille, c'est quelquefois ingrat pour nos enfants qui ne sont pas responsables de notre vie. Je pense que tu peux les regarder avec des yeux attendris, et aussi
savourer d'avoir des fils aussi mignons et aussi respectueux.



Isabelle D 05/01/2012 20:44


Bonsoir!


Des nouvelles de "E. le dévastateur"...


Aujourd'hui, nous avons eu une journée relativement calme (vous avez vu, je relativise déjà!)... Il a jeté les petites voitures contre les murs, tourné avec le camion de pompier bras tendu pour
le faire"voler"...(heureusement, personne n'était là où il a aterri!), trouvé les jeux d'extérieurs rangés dans la salle des atsem... (heureusement, les produits ménagers étaient tout près...)


Mais non, ce n'est pas un miracle... juste Lydia (mon héroine!), une employée communale à mi-temps qui termine son contrat dans un mois (snif)... Elle s'est chargée de le contenir et ça a marché!
Nous avons essayé la pâte à modeler (qu'il a goûté, il faut que je fasse de la pâte à sel) sur les conseils de la directrice de la crèche : c'était la seule activité pour laquelle il restait
assis un quart d'heure sans rien lancer... Et la matinée s'est déroulée à peu près bien, j'ai même réussi à capter son regard trois secondes et il m'a fait un bisou (pour essayer de mettre fin à
mon monologue, mais un bisou!)


J'espère que Lydia sera remplacée (ce n'est pas prévu, nous avons fermé cette année une classe et la classe passerelle (1/2 poste)).


Bien sûr, les petits ont un peu de mal à comprendre que les règles soient plus souples pour lui, même si je leur ai expliqué que E. avait un problème, qu'il ne savait pas qu'il y avait des règles
et qu'il fallait lui montrer comment faire... Lorsqu'il s'est allongé devant moi pour le regroupement j'étais si contente de le voir se poser et être avec nous...


Mais les élèves, eux, lui ont dit "Eh, on n'est pas à la plage!" (C'est une de mes expressions) et ont eu l'air très
surpris que je le laisse faire!


Nous improvisons...


Lydia n'a pas répondu au téléphone et n'a pas fait fonctionné la bibliothèque, mais nous avons paré au plus important.


J'ai contacté la psychologue scolaire qui passe demain matin (elle a une équipe éducative dans l'école en fin de matinée).


J'ai l'intention de demander un compte rendu de la directrice de la crèche, d'écrire à l'inspectrice pour demander de l'aide  (les élections approchant, il parait que quelques postes d'EVS
seraient possibles) et signaler cet enfant en précisant mes inquiètudes pour la sécurité de E. Pourquoi pas au syndicat, puisque si mon atsem le gère, je me retrouve seule pour les 27 autres.


Si j'avais mal dormi, mon atsem aussi... elle ne voyait pas comment faire... Lydia ne travaille que le matin mais cet après-midi, E. a dormi et ce soir, nous étions soulagées...


J'ai parlé ce matin à la maman de cette solution provisoire et elle était rassurée que quelqu'un sécurise E., j'en ai profité pour lui proposer de monter un dossier pour demander quelqu'un en
permanence, en parlant de psychologue et de la directrice, elle a approuvé... Ce soir, elle avait un grand sourire lorsque je lui ai appris qu'il ne s'était pas sauvé... J'ai un excellent contact
avec les parents en général et je m'en réjouit d'autant plus aujourd'hui!


La maman rejette pour l'instant la faute sur le papa et la belle famille qui couve cet enfant, mais si on peut communiquer, on peut travailler!


Cet enfant est très malin, pas agressif, il faut lui donner des limites et je pense qu'il peut devenir un élève... pourvu qu'on nous en donne les moyens...


Merci de votre soutien et de vos conseils, je vous tiens au courant de la suite...


 


 

isa 05/01/2012 22:38



Voilà un autre début qui semble meilleur même si bien-sûr cela reste fragile. Cependant, ta manière de réagir a fait qu' en regardant les choses autrement ,elles se sont déroulées
différemment. Je crois effectivement que tu peux espérer un poste d'EVS, le robinet à emploi semble à nouveau ouvert, c'est un peu terrible de retirer puis de redonner des postes ainsi. Continue
avec cette détermination et le petit E va te donner raison.



vihyko 05/01/2012 12:48


je t'envoie plein d'ondes de courage !! je ne peux guère faire plus mais rien que d'imaginer la situation, j'en cvontracte !! ( cela dit je contracte en latence non stop depuis 3 jours, je passe
ma vie en faux travail depuis le début de la semaine). c'est là qu'on prouve à tout le monde à quel point on se sent parfois seule dans sa classe.. en tout cas, je n'aipas eu le ocurage de relire
les réponses de chacunes mais je suppose que l'avis est unanime, on te soutiens toutes et revient vider ton sac quand tu en as besoin ! moi je fais ça sur un forum de grossesse en ce moment, ça
n'arrêt pas les contractions mais ça me soulage et m'apporte du réconfort, c'ets déja ça de pris !!


allez courage !!

isa 05/01/2012 22:47



allez courage Vihyko, tu vas le voir ton petit bout, t'inquiéte, il va arriver, disons que pour le moment, il te donne des petits signes, il te dit de profiter encore de lui en toi car
bientôt ce sera définitivement fini, et c'est un état si extraordinaire. On ne le pense que quand c'est fini.



karine 05/01/2012 12:10


Dans les moments de grosse colère, on m'a proposé un petit cahier à mettre en place, sur une petite table où il serait tout seul, pour qu'il puisse se défouler sans taper, pordre... Je n'ai pas
encore essayé mais il parait que ça marche sur certains enfants.

isabelle D 05/01/2012 08:31


Bonjour et MERCI!!!


Grace à tous vos messages, je me sens beaucoup mieux et je me remets à croire à une solution!


Ma messagerie était bloquée hier soir et je n'ai pu répondre tout de suite mais je me sentais épaulée, alors Merci.


Je vais à l'école et j'ai MÊME PAS PEUR!


a ce soir!


Isa D

isa 05/01/2012 18:40



Je suis contente de te lire.



Seb 04/01/2012 22:50


Bonjour. J'ai travaillé 3 années en CLIS et me voilà maintenant en petite section (au passage il y avait aussi beaucoup de gens du voyage dans l'école dont plusieurs élèves en CLIS). Le petit que
tu décris me fait penser à un élève autiste qu'il y avait dans l'école l'an dernier. Qu'il soit classer TED, autiste ou "énergique" ne t'aideras sûrement pas mais peut être que certaines recettes
applicables aux autistes pourraient l'être pour lui aussi. C'est surtout le côté fuite du regard qui me fait penser à de l'autisme. Donc si ça peut t'aider :


Un gamin autiste a de gros problèmes avec le contact des autres qu'il lui est insupportable. Il se sent généralement mieux "contenu" physiquement (proche des murs par exemple...) aussi il est
peut être intéressant de lui proposer des jeux dans un petit coin, voir même de "l'encadrer" en poussant un petit meuble dans le coin... et de passer comme consigne aux autres élèves de ne pas
l'approcher ! C'est peut être dur mais la priorité est le groupe classe et la protection de tous. Je pense comme d'autres commentaires qu'il vaudrait mieux proposer un accueil très court pour
l'instant. Dans une CLIS pour autiste d'une connaissance, les enfants alternent des temps de 20 min collectif, 20 min individuel dans des box fermés. Du coup un accueil d'une demi heure par jour
pour débuter c'est sûrement mieux que rien. L'école n'est pas obligatoire avant 6 ans donc bien argumenté, ça peut tenir la route. Pour ton inspection, je pense au contraire que laisser l'élève
dans la classe permettrait à l'inspecteur de prendre conscience dès maintenant du problème et de réfléchir collectivement à une solution.


Dans tous les cas bon courage et protège toi aussi ! Les autres élèves ont besoin de toi et même dans les établissements spécialisés, c'est toujours le groupe qui passe en priorité. Donc si
vraiment il ne s'adapte pas, il faudra penser à le refuser tant qu'une aide (AVS, hôpital de jour, IME) n'aura pas été envisagée.

karine 04/01/2012 22:19


Une petite fille qui est dans la classe de ma collègue, en MS, présente les mêmes pb que ton élève. Elle n'a pas été scolarisée l'année dernière par choix des parents, elle se retrouve cette
année comme une petite fille sauvage. Elle tape la maîtresse, ne supporte pas la contrainte, le "non" de l'adulte, pique des colères monstrueuses pour un OUI ou un NON. Nous réunissons une équipe
éducative vendredi, après un rendez-vous avec la PMI datant de décembre. Notre désir: un suivi par le CAMPS ou le CMP mais difficile quand les parents n'ont pas de moyen de transport. Mais
il ya tjs moyen de livrer un pack complet avec taxi et prise en charge. Pour ton élève, n'oublie pas effectivement en collaboration avec la PMI la possibilité d'une scolarisation à mi-temps voir
moins, si l'élève est dangereux pour lui même ou les autres. Les collègues, comme tu le suggères, peuvent prendre le relais quand tu sens que ce n'est plus gérable pour toi. Tu as besoin de te
préserver et de protéger le reste de tes élèves. Courage.

Gwen 04/01/2012 21:45


Juste pour te préciser Isabelle, que je compatis. Bon courage.

Stéphanie 04/01/2012 20:57


Isabelle, vraiment je te souhaite beaucoup de courage... la situation est délicate.


Mais je pense que c'est une chance d'avoir une inspection la semaine prochaine. Il faut absolument que E. soit présent pour que ton IEN puisse prendre conscience de la situation. Si cet élève se
met en danger, il est important qu'il puisse prendre les mesures nécessaires et qu'il te soutienne ainsi que son équipe.


encore plein de courage pour cette année qui commence sur les chapeaux de roue.

Lucie 04/01/2012 20:42


Après avoir lu tous les commentaires, je m'aperçois que je ne suis pas la seule à vivre des moments difficiles avec les enfants ayant des troubles du comportement. Nous sommes 5 collègues,
au sein de l''école, à avoir des élèves avec des profils différents (autistes, troubles du comportement avec violence excessive) Pour ces élèves, dès la petite section, après un signalement,
une visite à la PMI et une équipe éducative très rapide, nous avons choisi de les intrégrer à temps partiel voire parfois une heure seulement le matin ou l'après midi avec un suivi à mettre en
place au CMPP (pédopsychiatre), au CMP ou psychologue même avec les plus petits ! Il faut penser à leur bien être mais aussi et surtout aux 27 autres élèves qui sont parfois très choqués et
terrorisés !Des signalements ont été faits à la MDPH afin d'obtenir l'aide d'une AVS. Il nous faudrait une AVS par enfant mais impossible alors grâce aux EVS on peut mieux gérer l'accueil des
élèves. Ne pas hésiter à en informer l'IEN qui peut demander un poste d'EVS à l'école même en cours d'année !


Bon courage à toutes

isa 04/01/2012 21:07



je suis admirative de votre réactivité et de vos soutiens pour Isabelle, elle a posté son message de désarroi ICI, ce n'est pas par hasard, c'est l'article où je parle de mes propres difficultés et de mon envie de
démissionner au début de ma carrière. J'avais commencé à lui répondre là et je m'aperçois que nous sommes toutes à peu près d'accord sur les démarches à entreprendre. Bien
entendu, un tel appel au secours ne pouvait rester dans les commentaires et comme je le fais maintenant, immédiatement j'ouvre un fil dans la salle de maîtres. Il est important de sentir la
chaleur du soutien même si nous sommes toutes aussi impuissantes à soulager Isabelle dans sa difficulté concrète.


J'espère qu'elle nous lira avant de repartir demain vers son école.



maud 04/01/2012 20:16


et bien bon courage car quoi qu'on en dise tout ça nous bouffe littéralement et personne d'autre que les instits ne peuvent comprendre la detresse dans laquelle tu
te trouves même si les gens qui t'entourent t'aiment et sont par ailleurs formidables.


Protège-toi, par écrit à ta hiérarchie, en essayant de ne pas le garder l'après-midi, en faisant intervenir le medecin de la PMI pour appuyer ta vision.


Si tes collègues sont vraiment sympas peuvent-ils à tour de rôle les matin te "prêter" leur ATSEM, 1 adulte de plus ne sera pas du luxe.


Et puis surtout, n'hésite pas à venir déverser tout le stress que cet ouragan te transmet, même si l'on ne peut pas faire grand chose au moins on est là, on te
comprends, on t'écoute et on compatis réellement.


En espérant que tu posteras aussi des améliorations.


 


Pour ton inspection, appelle ton IEN et si tu as son accord demande à la maman de garder son fils ce jour là. Mais ne le fais pas dans le dos de ton IEN, cela
pourrait être percu comme un aveu de faiblesse et donc cela pourrait se retourner contre toi.


courage à toi.

Corinne 04/01/2012 19:57


Bonsoir


Comme je comprends !  Je crois me reconnaître dans les descriptions d'Isabelle et Barbara. Au 15 septembre j'avais contacté le rased pour 3 enfants aux troubles "du comportement" : enfants
sans limites, impossibilité de communiquer avec 2 d'entre eux qui crient toute la journée, refusent de faire le silence et refusent de marcher et restent couchés par terre depuis début
décembre..... L'atsem (et la stagiaire atsem) sont épuisées et n'en peuvent plus. On risque l'accident à tout moment. On doit les tenir (par la manche, la main...)pour que les autres ne soient
pas blessés. J'ai tellement peur de l'accident, que je supprime les séances de motricité (un comble pour ces enfants qui auraient besoin de bouger !)  J'ai informé l'Inspectrice et la
psychologue scolaire qui me soutient dans mes démarches et contacts avec les parents à chaque fois que j'appelle "au secours". 


On a vraiment besoin d'être soutenu par son IEN, le rased, la psy scolaire, les collègues car c'est vrai qu'il va falloir beaucoup de temps aux parents et aux enfants pour évoluer.


Je vous souhaite du courage, la capacité de prendre du recul, la capacité à respirer calmement quand la patience s'enfuit,  afin de tenir le coup. Toute ma sympathie vous accompagne.


 


 

Anne 04/01/2012 19:37


Bonsoir !


J'ai également un élève très perturbé et perturbateur dans ma classe de 27 PS depuis septembre : il crache partout, insulte les adultes, tape, mord, griffe etc... la liste est longue. Dangereux
pour lui et pour les autres. Difficile à gérer au quotidien... Ce qui a été mis en place :  contacts quasi qotidiens avec la maman (très très jeune et seule) - équipe éducative pour
aménagement de la scolarisation (temps scolaire réduit en fin de demi-journée) avec accord préalable de l'IEN. J'ai noté une amélioration en novembre mais l'enfant a été beaucoup absent ensuite
donc je repars à 0. Il m'explose ma classe. Du coup, nouvelle équipe éducative programmmée la semaine prochaine pour scolarisation le matin uniquement jusqu'à 11h00. Intervention d'une maîtresse
G à compter de cette semaine. La maman a été orientée vers le CAMPS. J'ai également fait un dossier pour carence éducative. 


Je te souhaite beaucoup de courage et de patience. Je pense également qu'il faut informer l'IEN de suite (pour se protéger avant tout car je suis d'accord avec toi sur le fait qu'on se sent
souvent bien seule...). A chaque épisode vraiment grave j'ai fait des courriers à l'IEN le soir même (cela m'a bien servi lorsque j'ai monté le dossier).


Bonne soirée


Anne

Séverine T 04/01/2012 19:35


Bonjour Isabelle


Ce que tu décris est ce que j'ai vécu pendant 3 ans avec un petit garçon. Comme toi, il retournait ma classe, se sauvait et se cachait, frappait adultes et enfants etc...et surtout il ne parlait
pas (papa, bonbon, pipi) et son regard était fuyant. Il était le dernier d'une fratrie de 4 enfants (il avait 3 grandes soeurs). Dès la 1ère semaine de scolarisation en PS, j'ai fait part de mes
inquiétudes à ses parents qui pensaient que son retard de langage était lié au fait que c'était un garçon mais pour eux tout était normal. Leur éducation était très permissive et comme cela
avait marché avec les filles, ils se disaient que ça marcherait aussi pour leur garçon. Je leur faisait part de mes inquiétudes assez régulièrement et quand je leur ai proposé une rencontre avec
la psychologue scolaire, ils se sont un peu braqués et ont commencé à "enquêter" sur moi auprès des autres parents...j'en passe car je comprends un peu leur réaction mais ça n'a pas été très
agréable, d'autant que pendant ce temps-là ma je n'arrivais pas à gérer correctement ma classe....Bref, après quelques mois ils ont fini par accepter la psy qui a détecté que qqch n'allait pas et
leur a conseillé de consulter des structures comme le cams'p, cmp etc...pour une recherche plus approfondie (elle pensait à des troubles du comportement...autistiques???sans le leur dire
évidemment car elle voulait qu'un diagnostic soit établi par un pédo psychiatre...et nous n'avons d'ailleurs jamais prononcé ce mot devant eux). Leur réaction a été très négative et ils n'ont pas
voulu en entendre parler...nous étions arrivés au mois d'avril !!! La maman a accepté dès le départ qu'il ne soit scolarisé que le matin comme d'autres élèves de PS...et comme à cette époque nous
avions encore la chance d'avoir une aide à la direction, nous avons "bidouillé" pour qu'elle l'accompagne à chaque instant le matin. Mais il n'entrait pas dans les apprentissages, ne communiquait
toujours pas avec ses pairs (ni avec les adultes) et ne semblait pas comprendre les consignes. Petit à petit son vocabulaire s'est un peu enrichi (mais à force de répéter, un peu comme un chien
savant...) mais il ne faisait pas de phrase. De plus il refusait de rester au sein du groupe et s'échappait dès qu'il le pouvait.


A force de persuasion, la maman a accepté que l'on fasse une demande d'AVS auprès de la MDPH (sachant qu'aucun diagnostic n'avait encore été posé...) et nous étions le 2 juillet !


Il a fait sa rentrée en MS dans ma classe, toujours avec" bidouillage" entre aide à la direction et assistante d'éducation...puis une ASEH est arrivée pour l'accompagner mais il était de plus en
plus violent...Entre tant je n'ai pas baissé les bras auprès des parents....j'étais toujours "la méchante" à leurs yeux...mais au fond je comprends leur réaction car j'ai pointé du doigt qqch que
peut-être ils ne voulaient pas voir...Bref après bcp de persuasion, ils ont fini par accepter de consulter un pédopsychiatre du camp's qui n'a pas posé de diagnostic (où alors nous n'avions pas à
en être informé?§?§) mais une prise en charge a démarré (éducateur, psy, psychomotricienne, orthophoniste mais seulement 2X45 minutes par semaine...mieux que rien)....en JANVIER de sa MS...et oui
!!! Très vite il a été mieux : plus calme, plus en acceptation des règles mais tjrs pas de communication, d'échange ni d'entrée dans les apprentissages...Nous avons terminé la MS comme nous avons
pu et est arrivé le temps de la GS où il devait se retrouver dans une classe de GS-CP autant dire impossible! J'ai donc proposer de le garder dans ma classe de PS-MS mais mon effectif est passé à
30 et là rechute : le groupe classe était bruyant et agité et très vite il a "régressé"...entre temps toujours pas d'AVS mais une ASEH (souvent absente) et un petit loup vraiment TRES violent
avec mes petits (lui commençait à être grand et costaud...) et avec les adultes. Bilan avec le camp's qui n'arrivait plus non plus et la maman a (ENFIN) accepté de consulter le CMP. Je précise
qu'elle était encore dans le déni quant aux troubles de son fils (au bout de 2 ans 1/2 de scolarisation)...Bref une prise en charge a commencé tous les après-midis au CMP à partir du mois de
janvier de sa "GS" mais entre temps mon ASEH a été arrêtée en longue maladie ! Donc re-bidouillage mais pas pour longtemps car notre nouvelle aide à la direction n'a plus voulu s'occuper de mon
élève car il lui arrachait les cheveux, la frappait...J'ai donc fait appel à mon inspection qui était au courant du cas de cet élève mais jusque là il y avait une ASEH donc pas de problème...Tant
que j'ai fait mes demandes par téléphone, on ne pouvait rien faire pour moi mais j'ai fini par faire des écrits en soulevant le fait que ce petit garçon était dangereux pour lui-même et pour les
autres et que certains parents se plaignaient et j'ai fini par avoir qq'un pour 2 matinées par semaine jusqu'à la fin de l'année scolaire !


Tout ce roman pour te dire qu'à priori aucun handicap n'a jamais été détecté chez ce petit garçon mais maintenant il est en CLIS TED !!!!


Je ne suis pas une experte mais je pense que dans un 1er temps tu devrais proposer aux parents (en accord avec l'équipe éducative) de le garder les après-midis : il faut que tu penses à toi
et aux autres enfants, il faut que tu arrives à faire tourner ta classe normalment qq heures quand même et que très rapidement il soit vu par le/la psychologue scolaire avec l'autorisation de ses
parents. Informe très vite (par écrit) ton IEN de la situation et des difficultés que tu rencontres et de l'impasse dans laquelle tu te trouves. Je comprends que tu préfères ne pas l'avoir dans
ta classe le jour de ton inspection...mais pense à en parler à ton IEN avant !


Voilà je ne sais pas si tout cela pourra t'aider mais je comprends très bien ce que tu vis. Frappe à toutes les portes pour avoir de l'aide ! Il y a peut-être aussi un moyen de s'arranger
(temporairement) au sein de ton école?


Je te souhaite bon courage et suis persuadée que ta hiérarchie peut trouver les moyens de t'aider...

Emilie44 04/01/2012 19:33


Il va te falloir beaucoup de patience, je te souhaite bon courage...


 


J'ai discuté avec le psychologue scolaire à propos d'un de mes élèves : il en est ressorti que je ne pouvais avoir les mêmes exigences avec lui qu'avec les autres.
Je voulais trop bien faire, l'amener au coin regroupement en même temps que les autres, qu'il respecte les mêmes règles que le reste de la classe. Il m'a dit que si je trouvais une chose qu'il
aimait et qui faisait qu'il ne se mette plus en danger (ni les autres), et bien je devais le laisser faire et basta. Au moins pendant ce temps la classe n'est pas perturbée.


 


Ca va beaucoup mieux par exemple depuis que je l'autorise à garder un jeu dans la main alors qu'on a rangé tout le reste. Il s'en va pendant le regroupement? Je
l'appelle une fois, s'il ne vient pas tant pis, du moment qu'il ne nous gêne pas. Le reste de la classe est au courant bien sûr de la raison de ce "traitement de faveur", ils savent que X a du
mal à respecter les règles et qu'on lui laisse des droits que eux n'ont pas car ils sont plus "grands" et arrivent à respecter les règles.

barbara 04/01/2012 19:06


Bonojur Isabelle,


comme je te comprends, personnellement j'accueille un élève de ce type depuis le mois de septembre et ma classe ressemble très souvent à ..en fait je ne sais même pas comment l'appeler!


Je ne tente même plus de faire un regroupement même de courte durée, tous mes efforts de concentrer mon groupe classe sont inutiles. Il perturbe tout le temps, se précipite vers les autres de
manière très "musclée", certains en ont peur.


Il ne parle pas, peut se concentrer sur une activité 5 secondes.


Il ne parle pas, ne regarde jamais l'adulte qui lui parle. Il montait sur les tables pour ouvrir les fenêtres et j'étais obligée de fermer la classe à clé ce qui est contre les mesures de
sécurité. Il accapare mon attention tout le temps et ce temps manque pour les autres.


les parents se doutaient de quelque chose mais ils se disaient que l'école allait tout arranger! Moi aussi je pensais que le problème était uniquement "éducatif" mais j'ai demandé clairement que
la famille se fasse aider. Depuis, il est suivi au CMPI .


Alors je pense que le RASED devrait être mis rapidement au courant. On a besoin d'être soutenu dans ce cas, les autres ont besoin aussi de notre calme et notre temps.


Par ailleurs, j'ai refusé de le prendre en sortie s'il n'est pas accompagné par la famille.


Je te souhaite de tenir le coup  avec la nouvelle Année qui démarre. Bon courage, 


Barbara

Muriel 04/01/2012 18:57


Pauvre Isabelle! Tu décris si bien qu'on s'y croirait, (car on sait ce que c'est!!!) et qu'on en rirait de bon coeur si ce n'était pas si douloureux pour toi!


Je pense à plusieurs choses, mais je compte sur le groupe pour contredire :


- tiens bon la semaine, en lui réexpliquant bien demain matin à l'accueil (mots simples, devant la maman): les attentes précises pour la journée (le minimum syndical).Peut-être que demain ce sera
moins horrible que mardi...?


- tu donnes RdV à la maman vendredi pour faire le bilan de l'ouragan. Entre-temps, tu notes les faits sur un cahier pour rester dans le vrai et pas dans l'interprétation, lors de la discussion.


- S'il n'est pas prêt à respecter les règles... est-il obligé de venir à l'école????? Il n'y a pas d'obligation scolaire à cet âge, il n'est peut-être pas prêt? Le fait qu'il ne parle pas le
handicape surement! 2 seules personnes peuvent-elles assurer la sécurité d'un si gros groupe avec un élément comme cela?


- Est-ce que l'enfant est fusionnel avec sa maman? Car alors menacer l'enfant de ne pas le garder à l'école s'il n'obéit pas peut le conforter dans son attitude?...


- Pour l'inspection: On aurait bien envie de le confier aux collègues le jour de l'inspection, mais cela te mets dans une situation gênante vis à vis de l'inspectrice(perso je
n'aimerais pas... je préfererais que la maman le garde ce jour-là)... lui en parler le vendredi si vraiment les 2 jours ont été catastrophiques??? Connais-tu ton IEN? Peut-être est-elle capable
de comprendre la situation???Lui téléphoner avant? A toi de voir la situation où tu te sens la mieux...


En tout cas, je lirai avec impatience et intérêt l'évolution de cette situation dans les semaines à venir. C'est toujours révoltant de penser que 27 autres élèves risquent de souffrir de la
tyrannie d'un seul... mais il faut aussi lui laisser sa chance... dur dur ce métier!!!


J'ai un petit ouragan (mais plus petit que le tien) depuis la rentrée de septembre (et les progrès sont assez faibles, globalement), mais il parle très bien, c'est différent... Et 3 PS1 sont
arrivés dans ma classe hier matin, mais que des petits nuages, pas trop de vent pour le moment...A très bientôt. BON COURAGE ISABELLE !!!!


 

marieno 04/01/2012 18:55


bonsoir Isabelle,


je vais commencer par te souhaiter une belle année même si elle semble démarrer difficilement pour toi.


je ne vais t'être d'un grand secours mais n'existe t-il pas un enseignant référent pour les enfants du voyage dans ta circonscription qui pourrait te guider, t'orienter ? car effectivement 
la relation est plus délicate avec les gens du voyage et il faut du temps pour que la confiance s'instaure.


sinon, j'ai cette année le cas d'un enfant "sauvage" dans le sens où à la maison, il vit dehors et n'est aucunement stimulé au niveau du langage. A l'école il est en cage et s'enferme sur
lui-même, tourne toute la matinée dans la classe. La psy scolaire est venue, à constater la gravité de la situation ; nous avons rencontré les parents et pour éviter de les brusquer, nous leur
avons suggérer de faire la visite des 3 ans chez un pédiatre. Tu comprends cela permet d'appuyer de manière médicale nos observations.Le pédiatre peut être un secours...


Et pour ce qui est de l'Inspection, il faut bien que ton Inspecvteur se rende compte de la réalité d'une classe.....comment gérer sa classe et un enfant qui demande toutes les attentions sans
moyens....!!!!!


courage


marieno

Solène 04/01/2012 18:53


Mon Dieu... Que dire? Je compatis totalement. Malheureusement, tu as raison, je ne vois peu de solutions venant de l'éducation nationale. J'ai l'impression de revoir mon petit L. en début d'année
(mais le petit E. semble encore beaucoup plus terrible...). Nous avions tout essayé avec mon ATSEM et finalement, la seule solution qu'on a trouvé pour réussir à avancer et à "protéger" les
autres, c'était de l'isoler avec l'ATSEM pas loin de lui. Mais le tien a l'air d'être très "remuant" et j'aurais peur qu'il s'en aille ailleurs. Finalement, notre petit L. s'ets calmé grâce aux
limites qu'on lui donnait... cela a été épuisant pendant 3mois et j'avais l'impression de ne pas m'occuper des autres enfants. Mais finalement, pendant les vacances de Noël, il s'est calmé et a
eu un "déclic" car il est plus calme et commence enfin à sortir des mots...
Ma pauvre, je ne sais que dire... C'est parfois en voyant des situations comme celle-là, que je me dis que nous n'avons pas tous les jours un métier facile et que je me vois mal faire ce métier
toute ma vie...

Cécile 04/01/2012 18:46


Isabelle,


Ton message me renvoie à des souvenirs similaires... Penses-tu pouvoir compter sur le soutien de ton IEN? Nous avons procédé à des déscolarisations totales ou partielles  provisoires le
temps d'y voir plus clair et d'obtenir dee l'aide, d'obtenir que les parents prennent rendez-vous au CAMPS etc. mais nous étions compris et soutenus par l'IEN. Je crois qu'il faut lui en référer
tout de suite, ne pas rester seule face à cette épreuve, l'IEN est ton supérieur et il peut prendre ce type de décision en invoquant des raisons telles que mise en danger des camarades et de lui
même.


Je suis enseignante en TPS/PS et directrice de mon école. Même si la solidarité entre collègue pourra te permettre de souffler un peu, il ne faut pas garder ça pour toi. Si l'IEN ne semble pas se
soucier de ça, fais appel à un conseiller péda, comme leur nom l'indique il devra venir te conseiller et du coup constater les dégats causés par ce petit et appuyer tes dires.


J'espère que tu as une hiérarchie qui soutient ses ensignants sur le terrain.


Bon courage et tiens nous au courant.


Et rappelle toi... ce n'est pas le tien, à 16h30 tu le rends et tu n'en es pas respopnsable pour la vie, contrairement à ses parents. C'est le discours que je me tiens lorsque certains gamins me
font des misères.