et si on imaginait un travail autour d'une artiste ensemble ? (2)

Publié le par isa

 

Voici le secret de fabrication des toiles de Catherine, elle vous demande de ne pas télécharger cette vidéo.

C’est un cadeau qu’elle nous fait . La vidéo ne sera plus en ligne la semaine prochaine.

 

A partir de ces informations, je propose que vous imaginiez des exploitations possibles avec les petits élèves. Peu importe, cela peut être sous la forme de propositions lancées ou bien de fiche déjà construite, il s’agit d’un travail collectif, nous mettons en commun nos idées.

 

 

Publié dans découvrir 2013

Commenter cet article

joëlle M. 21/01/2013 20:23


J'aidit pas süre d'y arriver TOUTE SEULE

isa 21/01/2013 20:47



ce que j'aime avec toi Joëlle, c'est que nos discussions prennent un tour surréaliste et ça j'adore, même si ce n'est pas mon mouvement artistique préféré !



joëlle M. 21/01/2013 19:58


Ah le temps une notion tellement intraplanétaire

isa 21/01/2013 20:00



oui je prends un an tous les ans 



joëlle M. 21/01/2013 19:48


C'est pourquoi j e m'attacherai à  permettre à  mes élèves de traduire leurs sensations motrices par une représentation plastique tranversale àl'oeuvre d'un artis En toute humilité, pas
sûre d'y arriver mais au moins grâce à nous ils auront cotoyé l'art, je n'ai même pas osé y mettre une majuscule.

isa 21/01/2013 19:56



et tu traduis ça comment en consigne de travail, ben oui, on va aussi décortiquer les
consignes 



joëlle M. 21/01/2013 19:38


A part cela comme je suis une grosse pénible que l'on doit décrypter, et pour faire le lien avec ta dominante d'apprentissages, je m'attacherai à la problématique de cette artiste qui réside dans
le sens et le mouvement de lecture. Aussi, indépendamment du côté technique, je m'accrocherai plus au sens de la lecture et donc de la topologie ( haut, bas, droite, gauche, dessus, dessous,
avant, après) notion qui  nous font partir du domaine d'apprentissage concerné et qui doit être transversalement mis en lien avec les autres domaines.


J'ajouterai que la notion d'harmonie chromathique dépend des sensibilités de chacun 

isa 21/01/2013 19:45



voilà que ça décante, c'est important d'avoir du temps devant soi pour imaginer, inventer et concrétiser l'exploration d'une oeuvre avec les petits élèves. Je pense que nous allons nous
apercevoir qu'il y a une multitude de directions à prendre et c'est ça qui est stimulant.



joëlle M. 21/01/2013 19:19


isa, c'est avec un énorme plaisir que je le fais pour tous ceux qui te vistent chaque jour. C'est sans aucune prétention de ma part . Simplement le don de ce que nous sommes chacun et tous les
jours.

joëlle M. 21/01/2013 18:08


http://www.youtube.com/watch?feature=player_detailpage&v=ie1VS2vvfaw


 


Et si l'art et les mathématiques portaient un même témoignage ?


Un peu long mais tellement riche!


 

isa 21/01/2013 18:46



je vais prendre le temps de l'écouter et je te dirai, merci de tes fructueuses recherches Joëlle :))


moi ça c'est arrêté à 11mn, entièrement d'accord avec l'imagination créatrice nécessaire à un mathématicien....



Stasia 20/01/2013 20:35


Oh la la ! Pas très assidue sur le blog en ce moment, je découvre toutes vos bonnes idées et le partage passionnant et sympathique de Catherine ! On a du pain sur la planche avec tout
ça. Les semaines sont trop courtes ! Numération, arts pla, langage, EPS, manipulation, cuisine, patouille…ouille ouille ouille ! Heureusement qu’on travaillera le mercredi l’an
prochain ! LEt
moi aussi, j’ai du mal à savoir où on en est  David : journées perturbées par la neige (retard de maîtresses qui ne pouvaient pas prévenir l’école, les réseaux téléphoniques étant saturés,
et enfants rentrés chez eux) et les nombreuses gastro. Pauvre Isa , tu n’as pas été épargnée si j’ai bien compris.


 

isa 20/01/2013 21:03



oui moi aussi semaine perturbée mais comme j'anticipe et que je suis une blogueuse sérieuse, je tombe malade une fois que j'ai tout préparé



david 20/01/2013 20:05


Ah mais ce n'est pas encore officiel alors...Toujours pas de transports scolaires demain en Dordogne, mais bon l'école ré-ouvre... Va falloir y aller quand même, même si je ne sais plus où on en
est ! On verra bien ! A plus !

david 20/01/2013 19:51


Coucou... euh, entre la neige et la fermeture de l'école, des épreuves familiales, ça fait bien une semaine que je ne suis plus rien du tout... De quel décret parle Joëlle??

isa 20/01/2013 20:00



je pense que c'est le décret sur les nouveaux rythmes scolaires. C'est à notre tour d'avoir de la neige qui empêche les cars scolaires de rouler. Alors bonne reprise David !



vivi 20/01/2013 15:02


Je m'excuse: c'est bien Catherine qu'il faut remercier.

vivi 20/01/2013 15:00


C'est réellement splendide! Merci Christine d'avoir pris le temps de nous expliquer ta technique. On voit vraiment la magie des couleurs et wwouhhaaa, je suis admirative. C'est beau! ça donne
envie de le faire.  Je n'ai pas lu tous les commentaires précédents alors j'y vais. Je suis curieuse de voir les propositions des collègues. Moi ça me donne l'idée de faire réaliser un
paysage d'hiver dégoulinant de froid... 

sophie 19/01/2013 11:51


Un grand MERCI à Catherine ! J'attendais avec impatience la suite de ce travail proposé avec une artiste. J'ai pris des notes pendant la vidéo pr essayer de proposer une démarche.


Je réfléchis. Mais déjà je repense au travail sur Pollock que je n'ai plus fait depuis longtps avec de l'encre (couleur et de Chine).


A l'époque je me disais les enfants apprennent un geste : on appuie pour que ça coule, et font un beau tableau d'art abstrait (c'était il y  a 15 ans c'était ma première année ! )


Maintenant je me dis : qu'est ce qu'ils vont apprendre si je leur fais faire ce travail.


Alors voilà ce qui me vient :  d'abord l'émotion ressentie à travers une oeuvre (c'est ds les I O) ensuite  le langage car il y aura plusieurs étapes  et il faudra être capable de
les décrire dc  : vocabulaire et  structuration de la pensée. Et décider de faire quelque chose , d'aller au bout, de le faire du mieux possible, de préparer le matériel, nettoyer,
ranger.


Pour faire de beaux manteaux de rois et de reines !!


 Mais Isa tu m'a mis le doute, et je suis p-ê complètement à côté de la plaque ?

isa 19/01/2013 13:34



non tu n'es pas à côté de la plaque puisque tu t'interroges sur ce que ce travail permet de travailler avec tes élèves, ne crois pas qu'il y a UNE seule réponse à cette question, c'est
aussi dans ce type de réflexion que l'imagination des uns nourrit l'imagination des autres. Ce qui est important, c'est de savoir où l'on va, de manière à ce que les élèves sachent eux aussi où
ils vont, car leur moteur est dans le sens qu'ils mettent à ce qu'ils font. Notre but n'est pas de les amener à faire une copie de ce qu'ils voient mais plutôt de s'approprier soit la technique,
soit ou et la démarche plastique pour utiliser ensuite leur nouveau savoir-faire mais aussi savoir-être au service de leur imagination, de leur expression, de leur curiosité, de leur
intelligence.


Ma démarche avec vous est d'abord de vous laisser un peu dans un certain flou pour laisser s'exprimer tout ce que cela vous inspire sans mettre de contraintes ou de directions trop
rigides, progressivement je vais amener des repères. Mais j'aimerais que vous gardiez votre spontanéité, vous savez que sur ce blog, aucun jugement n'est formulé négativement parce que tout est
toujours intéressant selon moi et que la parole est importante donc merci Sophie.



joëlle M. 19/01/2013 08:45


Bonjour Isa,


Fatiguée, oui, pessimiste, oui. Mais consciente. Un décret aussi contreversé, avec autant de revirements des instances "décisionnelles" et un regard d'autruche des fourmis, cela m'inquiète. Non
la maternelle n'est pas morte, elle sera simplement récupérée pour des raisons budgétaires de l'état par des organismes péri-scolaires territoriaux ( associations, fondations, CLSH,...) et cette
récupération aura pour conséquence une augmentation des impôts locaux donc à charge des familles. Et l'école en France ne sera plus gratuite, elle ne l'est déjà pas.Mais cette disposition de
l'état aura le mérite d'être claire!


Je laisse ce sujet qui n'a pas lieu dans cette discussion. Je vous prie à tous de m'en excuser. 


J'arrête là ce sujet car il n'y a pas sa place même si je sais que Catherine Boutten dans sa démarche d'artiste est très proche de mon discours. 

isa 19/01/2013 10:34



C'est une parenthèse qui a sa place et j'espère que ta prévision ne se réalisera pas, même si nous le voyons déjà dans nos débats ,il y a les communes riches et des écoles avec beaucoup
de moyens et des communes pauvres et des écoles avec trés peu de moyens et des impots locaux trés variables ..... Si tu veux ouvrir une discussion ailleurs, c'est possible.



Valérie93 18/01/2013 21:41


Je suis très heureuse d'avoir vu ces peintures et la video qui nous laissent entrer dans l'univers de l'atelier, c'est vraiment un très beau cadeau merci pour cette générosité, je suis avec
intérêt ce projet mais je le mets au chaud pour plus tard car moi je suis déjà dans mon projet animation  avec mes MS...résultat 1 h de cogitage cette nuit ...mais je me réjouis d'avoir un
stock de papier kraft à l'école ainsi qu'un énorme rouleau de papier reçu cette semaine!!!


 

joëlle M. 18/01/2013 18:47


Et mais vraiment fatiguée ce soir, ils s'agitent tous avec ce P.... de décret sans cadrage de l'IA donc du ministère. Convocation de l'IEN qui n'a rien de plus à nous dire que ce que j'entends
sur ma radio préférée, l'AMF qui rejette ce décret, BOUZI, BOUZI. Mon point de vue : à terme c'est la mort de l'école maternelle en tant qu'entitité rattachée à l'éducation nationale ( plusde 20
ans que je m'y prépare) et une territoralisation de cet enseignement : la mise à mort de ce qui fut le fleuron de notre instruction populaire française, une augmentation de la participation
financière parentale des familles, une augmentation des impôts locaux.


e vous quitte, j'ai besoin de me ressourcer auprès des miens. 

isa 18/01/2013 18:56



oulalala, oui Joëlle tu es fatiguée et particulièrement pessimiste, depuis 20 ans tu penses que l'école maternelle est perdue, ouaaaaaaaaaaaaaaaaaaaah ! Personnellement, je n'y crois pas
même si j'ai eu des doutes à un moment donné. 



joëlle M. 18/01/2013 18:37


rectificatif : TA démarche

joëlle M. 18/01/2013 18:35


Un point d'arrivée partiel puisqu'en Avril ( date de l'expo) les activités EPS ne sont pas achevées. Je suis ( suivre), je pense de ta démarche de 2011/2012. Pour les autres verbes d'actions nous
prendrons ( ma décharge et moi) d'autres référents de l'année concernée et construite par toi. Nous y ajouterons "voir" pour ta période "photos" ( 2012/2013) avec Barbara Hepworth. Pour la ronde,
un travail de sculpture sur fil à la Giaccometti. Courir avec l'utilisation d'un appareil photo "shooteur"( nous sommes en balbutiement sur ce point)


Un peu fouillis , non, mais tout comme toi grosse mais alors grosse fatigue physique et morale mais on se soutient les uns et les autres, n'est-ce pas? 

isa 18/01/2013 18:51



oui ça c'est sûr on se soutient et je compatis totalement parce que j'ai eu ce même coup de fatigue, juste attendre que ça passe au chaud chez toi !


alors je vais reprendre ce que tu dis mais en ayant été voir ce que je proposais, j'ai un peu de mal à tout mémoriser, normal , une certaine prolificité (?) me caractérise et j'ai un peu
l'impression que toi aussi 



joëlle M. 18/01/2013 17:15


Ce qui m' intéresse dans les oeuvres de Catherine c'est l'agencement par découpage, collage et amoncellement de "morceaux", "tranches" de plusieurs fonds. donc à partir d'une juxtaposition de
fonds, je crée une forme, "une  histoire".


Je vais me servir de ce procédé pour mettre en image des verbes d'actions motrices. Thème de notre soirée pour cette année.


escalader,  se pencher, s'équilibrer. 

isa 18/01/2013 18:04



tu cibles donc la composition plastique qui fait écho au travail en EPS, ce serait pour toi un point de départ ou un point d'arrivée ? 



joëlle M. 18/01/2013 07:31


Merci Isa pour ton commentaire et ton analyse.


Glossy marque de peinture acrylique : tu sais celle qui ne part  jamais et qui colle à la peau , on peut la
remplacer avec de la gouache vernie. J'ai pensé pour recueillir les coulures à un bout de gouttière en pvc ( magasin de bricolage ou récup). Allez je vous quitte, très en retard ce matin mais
journée de décharge alors je peux être un tout petit peu en retard

isa 18/01/2013 13:26



je me relis et je trouve que j'étais un peu confuse , je n'avais pas toutes mes facultés, diminuée que j'étais , mais aujourd'hui je reprends le dessus et je reviens ajouter des
remarques.


L'utilisation d'oeuvres d'un artiste s'inscrit dans un processus pédagogique qui se veut construit. Ainsi quand je fais mes propositions d'artistes en début d'année (voir ICI), j'ai en tête la progression des apprentissages,
mon choix d'artistes se fait en fonction de ce que je veux travailler et quand je veux le travailler. Les oeuvres sont explorées au service des acquis. Bien sûr, je n'occulte pas le plaisir des
yeux ,la découverte spontanée et les émotions,et c'est dans la fréquentation d'artistes que les élèves s'enrichissent de cette curiosité.


Mais à l'école, face à une oeuvre, la question à se poser est " qu'est-ce que je vais travailler avec les élèves , quels sont les apprentissages visés ?"  , c'est donc la question
que je pose pour les oeuvres de Catherine.



Catherine Boutten 18/01/2013 00:03


Les coulures : pour les enfants, cela ne me semble pas indispensable. Ils peuvent tout aussi bien travailler avec un pinceau ou des feutres. Cependant, comme il y a cette notion de mélange qui
s'opère par le passage de la coulure sur la ligne horizontale inférieure. L'utilisation de matériaux non coulants suppose un travail préalable en lignes horizontales (par exemple à la gouache),
puis une fois sec, revenir par dessus en vertical (soit à la gouache avec des pinceaux plus fins pour que les bandes horizontales se voient entre les verticales, soit - plus simple - avec des
feutres : de différents calibres pour ajouter en "fantaisie visuelle").


Oui, dans ma logique, le sens du geste est important, et peut être transmis aux enfants, mais de diverses manières. Nous vivons dans une civilisation où l'écrit s'opère de gauche à droite et de
haut en bas. Sémiologiquement, une image se décrypte aussi, pour nous occidentaux, de gauche à droite (le sens, le déroulement de l'histoire, de la narration). Cependant, elle se lit le plus
souvent de bas en haut (à l'inverse de notre écriture) : donc au final, on tend naturellement à lire les images dans le sens d'une diagonale partant du bas gauche et se dirigeant vers le haut à
droite. Exemple : si on veut représenter un personnage peinant à grimper une côte, il semblera devoir fournir beaucoup plus d'efforts s'il est représenté grimpant de la droite vers la gauche
(sens non naturel de la lecture, d'où idée de difficulté, de souffrance), tandis que s'il est représenté grimpant de la gauche vers la droite, l'impression de difficulté sera moindre et il
semblera plutôt grimper avec enthousiasme. Faites l'expérience avec de petits bonshommes ! ;-)


Un visage tourné vers la droite semble regarder vers l'avenir, tandis qu'un visage tourné vers la gauche sera plus interprété comme nostalgique, voire mélancolique. N'y voir aucune connotation
idéologique : il s'agit seulement d'un mécanisme induit par la façon dont nous avons appris à écrire dès notre plus jeune âge. Dans une société où l'écriture s'effectue de droite à gauche, la
vision des images tendrait à s'inverser : les publicitaires doivent en tenir compte.


Ceci pour dire que très tôt, on peut transmettre à l'enfant quelques notions de décryptage de l'image (via manipulations et/ou explications), qui lui seront utiles plus tard pour aborder d'un
oeil critique les messages audiovisuels : publicité, cinéma...


En revanche, je ne sais pas comment simplifier les choses pour les rendre plus accessibles à des tout petits. Je vais déjà voir ce que ça va donner avec des "grands" de CM1...

isa 18/01/2013 13:05



c'est trés intéressant ces remarques sur le ressenti de l'observateur en fonction de sa place. Avec nos petits, c'est plus difficile puisqu'ils ne sont pas encore entrés dans la lecture,
ils commencent à être sensibilisés au sens de l'écriture , certes ,mais n'ont pas encore ce réflexe gauche-droite. ils n'ont pas non plus acquis la latéralisation mais le bas et le haut sont
totalement accessibles et c'est un des apprentissages auxquels je pensais pour cette séquence (entre autres). Pour reprendre ce que tu dis, j'avais observé qu'un conférencier s'adresse plus
naturellement aux gens qui se trouvent à sa gauche, son regard étant attiré spontanément à cet endroit et selon son degré d'aisance, il balayera ou non du regard son auditoire...ou sinon se
raccrochera à ses notes.



Monique 17/01/2013 22:16


Sinon pour la mise en pratique, moi je suis plutôt inquiète pour faire les coulures sans transformer l'atelier en mare de peinture dans laquelle tous les enfants vont patauger allègrement !


Il faut que je réfléchisse sur ce point technique: faire des coulures sans en mettre trop de partout.

Monique 17/01/2013 22:13


Merci beaucoup pour ce partage . C'est vraiment très instructif et je trouve que cela nous aide dans notre plaisir de partager avec les enfants...et ils le ressentent.


C'est vraiment très gentil de prendre le temps de partage . Je travaille moi aussi avec une artiste de ma ville et c'est elle qui est demandeuse. Elle prend beaucoup de temps pour venir, montrer
aux enfants, l'année dernière elle nous a même fait un tableau exprès pour nous sur notre thème de l'année ! Et moi, j'ai l'impression d'avoir si peu à lui apporter mais elle le fait sans arrière
pensée pour le plisir de partager sa passion et de semer, qui sait, des petites graines d'artistes dans les petites têtes. je suis admirative !

Véronique la néophyte 17/01/2013 21:13


Devant une telle confiance et une telle envie de partage, je suis émerveillée. Je vais faire de la pub pour ce moment rare où il nous est donné de voir une artiste au travail. Montage d'une
richesse intense... MERCI

steph 17/01/2013 21:01


Superbe, merci beaucoup Catherine de partager ton travail en confiance. J'aime beaucoup ta technique : j'adore le craft.


Merci encore

joëlle M. 17/01/2013 19:40


c'est un peu confus, ce qui s'explique, personnellement je prendrais la colle blanche et pourquoi pas la colle  papier peint après séchage si les coulures ont été faîtes à la glossy.

isa 17/01/2013 19:59



la glossy ?



christine g 17/01/2013 19:34


super intéressant d'entrer ds l'intimité d'un atelier, c'est pour moi une rencontre rare...merci beaucoup de cette marque de confiance.


moi c'est plus le collage qui me questionne ... quelle colle pour ne pas altérer les couleurs ? pas la colle bleue, ça mange les couleurs...la colle blanche les petits ont du mal à l'étaler et il
faut travailler vite ...qui a des idées?


pas copier la vidéo ? pourquoi?à partir du moment où c'est proposé sur la "toile"... c'est incontrôlable non? et moi j'ai besoin de revoir plusieurs fois pendant le processus d'essais pour me
familiariser avec les techniques.

joëlle M. 17/01/2013 19:28


Alors Isa, je me lance :


Alors, je vais essayer de faire simple mais je ne suis pas sûre d'être entendue.


Nous nous appliquons à faire remplir des surfaces qe nous appellons fonds mais qui en réalité correspondent à des actions gestuelles plastiques.S"il faut que je développe, je le
ferai). Ces surfaces n'ont aucun intérêt si nous n'y mettons pas de sens du point de vue adulte.. L'enfant lui a
satisfait à notre demande. Tout le monde s'extasie sur la trace laissée. Mais que lui avons nous enseigné in finé. Lui avons-nous appris à aller au delà de ce qu'il voulait exprimé sans les mots,
sans un codage transcrible à l'autre ou nous sommes satisfait d'une empreinte éphémère et sans histoire ( la première et dernière ligne C.F Isa) 

isa 17/01/2013 19:59



Le travail en art visuel est celui qui pose le plus de questions autour du sens et il n'y a qu'à lire les programmes pour se rendre compte que la nébulosité est de mise. Convaincue que
l'expression par ce biais est fondamentale et que depuis la nuit des temps les hommes ont utilisé ce langage, je pense néanmoins que nous avons toujours à nous interroger sur ce que l'enfant tire
des situations que nous lui proposons. J'ai donc envie de répondre à ta dernière interrogation en disant les deux, mais dans des situations différentes, dés lors qu'on construit une séquence de
travail ,on ne peut se satisfaire d'une empreintre éphémère et sans histoire, et puis il y aura ces moments d'autonomie où l'élève face à son désir pourra laisser sa trace sans avoir à
l'expliquer, ni répondre à une demande et cette situation est aussi tellement satisfaisante.



Catherine Boutten 17/01/2013 19:19


J'aurais pu "essayer" les bandes verticales, mais vu que ça n'entre pas dans mon propos, je n'en ai pas vu l'utilité. La verticalité est apportée par la loi
de gravité au moment de l'application des couleurs, de même que dans l'ordre du collage. Si j'appliquais les bandes verticalement, tout le processus s'en verrait changé et on ne pourrait plus
parler d'écriture sédimentaire. De même que si je découpais les bandes en vertical, le rythme graphique qui découle (!) des coulures serait visuellement intintéressant. Pour mieux comprendre :
www.catherine-boutten.com



joëlle M. 17/01/2013 19:08


HIHIHIHI, Catherine à la verticale,, allez lances-toi. Merci pour votre question, elle est pleine de sens 

Christine F. 17/01/2013 18:55


Très pédagogique, bravo, votre technique est expliquée "on ne peut plus" clairement. Vraiment cela donne envie de se lancer. Juste une petite question, avez vous essayé les bandes verticales ?

Kaloo 17/01/2013 18:52


Depuis que j'ai visionné ce magnifique travail, je cogite... Encore un très grand merci à Catherine pour ces explications et ce travail.


Pour des PS, je pense faire découper des bandes d'environ 10 cm ou plus de large sur une feuille format raisin par l'Atsem. Les bandes seront punaisées sur un plan vertical bord à bord. Chaque
élève commencera par la bande du bas avec une couleur et ainsi de suite en remontant sur chaque bande.


Pour produire une oeuvre de groupe, je ferai mélanger les différentes bandes en fonction des couleurs choisies. nous collerons les bandes selectionnées sur un autre support papier.


Voili, voilou mes premières moutures. Je ne commencerai les essais que dans 15 jours. D'ici là, vous aurez amener pleins de supers idées à mon moulin.

isa 17/01/2013 19:06



merci pour les idées lancées, je remarque que le problème soulevé est plus le découpage que les coulures...


D'après vous, ce type d'oeuvre aide à travailler quelles compétences chez les petits ? Ben oui, on réfléchit aussi à ce qu'on fait travailler ? 



joëlle M. 17/01/2013 18:48


Oh quel bonheur Catherine, regardes comment notre lecture de ton oeuvre nous amène à traduire nos émotions par la trace et à le partager avec des petits bouts tout en attente du monde qui s'offre
à eux. Merci et mille fois merci de ce partage collectif.


 

nelly 17/01/2013 18:40


merci.....


nelly

Catherine Boutten 17/01/2013 18:31


Merci beaucoup pour vos commentaires et vos idées d'applications avec les enfants. Je retiens notamment le "truc" de la laine, auquel je n'aurais pas pensé, et que je vais peut-être expérimenter
en diverses variantes avec des CM1 dans les semaines à venir...

isa 17/01/2013 19:14



Catherine,je suis un peu silencieuse depuis ce matin mais je suis affaiblie par un vilain virus, je lutte. J'aimerais passer à l'étape construction d'une séquence qui
explique la démarche à suivre avec les enfants tout en cernant ce qu'on travaille en terme de compétences, dire ce que les enfants apprennent , c'est notre souci pédagogique quand on écrit nos
préparations. Cela comprend aussi ce qu'on leur dit quand on leur présente ton oeuvre et qu'ils comprennent ce qu'on attend d'eux. Tu vas travailler avec des CM1, j'imagine que ton diaporama fait
partie de la présentation.



Emilie44 17/01/2013 18:31


Subitement, je pense à un destructeur de documents, qui permettrait de faire des bandes régulières sans trop d'effort! lol Bon, ça imposerait de travailler en petit
format (A4) avec des bandes peintes avec un pinceau pas trop larges puisque la largeur des bandes découpées par le destructeur doit être d'un centimètre à peu près...

Hélène 17/01/2013 14:10


Merci Catherine, votre travail est magnifique : c'est très gentil de nous faire profiter de cette vidéo ! Je m'en vais "cogiter" comment exploiter tout cela en classe !

Edith 17/01/2013 13:45


Avant de voir la vidéo et de lire les premières explications de la technique de Catherine, j’avais trouvé les pistes suivantes dont je
vous fais part, puisque nous sommes en phase de recherche.


 



pour reproduire des traces bien rectilignes j’ai pensé utilisé les anciens double-décimètres ou des règles à tremper dans la
peinture : donc les supports seront plutôt « petits »


autre technique : tremper un fil de laine dans la peinture et le tendre pour l’appliquer sur un support : c’est cette
technique que je vais essayer en premier avec les GS de ma classe, puis les MS…et je verrai pour les PS si j’adapte



 


Pour la technique du découpage en bande je pense faire appel à mon ATSEM pour obtenir des bandes découpées précisément….sauf si je
fais se chevaucher les bandes comme le suggère Catherine.


 


Pour la recherche de la composition, je pense mélanger les bandes de tous et réaliser une grande composition commune (chacun ayant eu
un support de couleurs différentes, mais qui s’harmonisent au final entre elles)


 


Voilà où j’en suis…je commence cet après-midi

Sophie (pas si) sage 17/01/2013 13:07


Merci à Catherine de nous ouvrir la porte de son atelier et de nous monter sa technique de travail.


Pour la classe, ça tombe bien puisque la ligne horizontale est au programme !!!


Je commencerais bien comme Catherine : les élèves traceront des lignes horizontales avec de la peinture liquide en commençant par le bas. Une fois sec, découpage des
bandes horizontales (par mes MS !!!) et ensuite classement en fonction des couleurs. Les bleus avec les bleus ... Puis collage des bandes. Je verrais bien une fresque collective voire même 2
fresques dans la longueur ...


Waouh, je sens que ce projet va être aussi stimulant que celui sur Kusama et Buren !!!!

Nathalie 17/01/2013 13:03


Oh merci pour ce merveilleux cadeau que tu nous offres Catherine, c'est vraiment formidable, je ne trouve pas les mots pour te témoigner ma gratitude. Je pourrais exploiter avec mes élèves en
adaptant bien sur.

Françoise 17/01/2013 12:59


C'est vraiment super, merci beaucoup à Catherine et à Isa pour l'idée. Ce partage est fantastique.

Emilie44 17/01/2013 12:03


Wahou, c'est super, merci pour ce joli cadeau!