et si on imaginait un travail autour d'une artiste ensemble ? (4)

Publié le par isa

 

 

 

 catherine boutten 5

Sommaire

 

1/Début du projet avec découverte des œuvres de Catherine Boutten

2/ Discussion sur la technique de Catherine Boutten ( commentaires, le diaporama n’est plus en ligne)

3/ Réflexions sur les compétences à engager dans un projet autour de ses œuvres

4/ proposition chez Mijo

5/ proposition de la première étape du projet chez Edith ( photos de réalisations)

5a/ proposition de la seconde étape du projet chez Edith ( photos)

6/ proposition chez Sophie S première étape traits seconde étape coulures ( photos)

6a/suite projet chez Sophie S découpage et collage bandes de coulure ( photo)

7/ proposition chez Yobrego les bandes sont déchirées ( photos)

8/ proposition chez Manue travail sur les émotions ( projet écrit)

9/ proposition chez Stasia , étape 1, coulures ( photos)

10/ proposition chez Emilie44 , étape 1, coulures ( description séances faites et prévues + photos+ liens blog)

11/proposition chez Joëlle M en lien avec un projet EPS sur les verbes d'action ( photos)

 

 

Nous avançons ensemble sur ce projet d’exploration des œuvres de Catherine Boutten et les propositions sont déjà tellement intéressantes.

Le questionnement d’Edith est pertinent et je voudrais m’arrêter sur l' interrogation qu’elle nous soumet :

« Cela vient sûrement du manque de pratique de cette démarche pour mes élèves : ils s’arrêtent, me semble-t-il, quand ils en ont marre, ou ils veulent finir en premier, ou ils ne veulent plus continuer dès que le premier s’arrête…..et je ne sais pas toujours relancer…je pense effectivement que cela vient de l’intention et des objectifs mal définis par moi au départ. » 

Edith sent bien que l’investissement de ses élèves vient d’elle à la fois par le manque de pratique de ce type de projet , mais aussi par les intentions et les objectifs qu’elle pense avoir mal définis.

Quand elle pointe cette insuffisance, elle a pourtant écrit l' objectif suivant :

Reproduire l’horizontalité / la verticalité : obtenir des tracés rectilignes par le biais de techniques et de manipulations nouvelles, qui suscitent l’intérêt, le questionnement des enfants.

Que se passe-t-il entre ce moment où elle réfléchit à son objectif, l’écrit et celui où elle constate que ses élèves n’ont pas l’intérêt qu’elle vise ?

Explorer, c’est sortir de ce qu’on connait. Il y a donc à tenir compte de ce que les élèves savent faire.

Il faut aussi savoir que les élèves sont curieux et qu’une technique par une technique ne répond peut-être pas à cette soif d’essayer.

Enfin et c’est ce qui me semble primordial et n’apparait pas suffisamment dans la préparation d’Edith mais aussi de Mijo (une seule est clairement écrite), ce sont les consignes.

Les élèves ont besoin de connaitre le but de leur tâche, de comprendre ce qui est attendu d’eux, de donner du sens à leur action et l’enseignant a besoin de réfléchir à la manière dont il va dire tout cela. Non seulement, il doit y réfléchir mais il doit l’écrire pour mémoriser. Chaque mot est important, la consigne doit contenir ce qui va influencer l’investissement des élèves, ce qui va leur permettre de mesurer quand ils ont fini ( point important), ce qu’ils vont apprendre et elle doit être formulée telle qu'elle sera donnée aux élèves. Pour l’enseignant, cette recherche est fondamentale , car il s’agit de concentrer dans une phrase claire, synthétique et intelligible les objectifs et tout le reste …

Je vous propose pour cette étape de proposer vos consignes sur un travail que vous avez lancé ou que vous comptez lancer autour des œuvres de Catherine Boutten. Ce partage va nous permettre d'avoir un stock de possibilités mais aussi de nous interroger sur la fabrication des consignes, un travail qui peut  servir dans toutes les situations pédagogiques.

Bien entendu, parallèllement, d'autres propositions d'exploration sont les bienvenues,ainsi que des photos de réalisations quand pour vous le projet est déjà lancé. 

Je remercie vivement Edith et Mijo d'avoir osé se lancer, ce n'est pas évident et cela demande un travail supplémentaire parce que je sais bien qu'on ne fait pas systématiquement de belles fiches de préparations comme vous avez faites.

 

Publié dans la salle des maîtres

Commenter cet article

Sophie (pas si) sage 01/02/2013 16:49


Oui je te comprends.


D'ailleurs le temps qui aurait pu me servir à faire une fiche de prep me sert en fait à mes recherches ...

Sophie (pas si) sage 01/02/2013 11:21


Isa, même si je ne fais aucune fiche de prép, il y a quand même du travail de recherche pour trouver des activités nouvelles afin de faire avancer mes élèves sur des
objectifs définis par rapport au programme.


Depuis toujours, je me considère comme chercheuse (au sens de curieuse, fouineuse) car je suis toulours à la recherche des travaux de grands pédagogues (les disparus
comme Freinet, Montessori ou les contemporains comme Brissiaud que j'appliquais déjà avec mes GS en remédiation) ou même d'idées d'activités données par les collègues ou formateurs.


Cependant, l'expérience accumulée fait que sur une année de travail, je sais où je dois amener les élèves. Par exemple, je m'appuie depuis longtemps sur les travaux
de Danièle Dumont en graphisme en suivant ses recommandations que je me suis réappropriée.  Au fil du temps, je les ai modifiées à force de chercher des solutions adaptées à mes élèves pour
les faire progresser. Tout ça sans fiche de prep approprement parlé. Mais juste une trame à suivre, à modifier si besoin ... Et ce mode de fonctionnement est valable dans d'autres domaines. Bon
malheuresement je ne suis pas un petit génie et il reste des domaines comme l'EPS où je ne sais pas faire.  


Je ne sais pas si mes explications sont assez claires et reflètent mon mode de fonctionnement.


En tout cas je me remets sans arrêt en question sur ma pratique et je suis ouverte à toutes nouvelles propositions ou expériences pour faire évoluer mes
progressions. C'est aussi pour cela que j'apprécie tant ton blog comme espace d'échange et de recherche ...


Je ne fais pas de fiche de prep et je l'assume entièrement. J'ai conscience dès lors que je ne suis pas un modèle à suivre par rapport à ça. Cependant c'est ma façon
de fonctionner même si ce n'est pas très conventionnel.


J'ai juste la tête qui bouillonne, qui fourmille d'idées tirées de mes lectures ou de tout ce que je vois et je suis prête à partager avec qui veut ...



isa 01/02/2013 16:39



j'ai bien compris Sophie, d'ailleurs après t'avoir écrit , j'ai pensé à ton blog et je me suis dit:"elle ne peut pas dire qu'elle ne travaille pas à l'écrit quand on voit ce qu'elle fait
et met dans son blog", mais mon intervention était aussi pour que tu précises ta manière de faire car en te lisant on pouvait penser qu'il suffit de noter les activités pour faire sa préparation
sans autre réflexion ni recherche. Ce métier d'enseignant a une partie visible ( la classe) et une partie invisible ( la recherche, la réflexion , les préparations) et il faut défendre ce travail
là pour qu'il soit reconnu et considéré. C'est pourquoi je ne laisse jamais sans réponse des commentaires qui pourraient faire croire que la partie invisible n'est pas si importante que cela. Tu
me comprends ?



delph 31/01/2013 23:05


Dans mes fiches de prép, j'ai parfois du mal à savoir à quoi correspond la compétence ou à quel pillier  du socle commun , principalement en maternelle. Du coup je me mélange les pinceaux
!!! je perds un temps fou  à chercher dans mes tableaux...


mais c'est rigolo depuis je viens sur ton site,  je suis déjà plus en phase et je suis admirative de ton travail et de tous les conseils que tu donnes qui nous incitent  à 
s'interroger sur notre travail et notre pratique de classe. Je me dis souvent mais où vont ils chercher toutes ces idées ??????????


merci


 

isa 31/01/2013 23:36



surtout avec les compétences en arts plastiques qui sont particulièrement évasives mais tu vas te familiariser, et puis tout ce temps à chercher n'est pas perdu, il n'est pas question
d'avoir la "bonne" compétence, chacune de nous peut sur un même travail y voir différentes compétences. Le travail que je vous propose vient démontrer qu'il y a une diversité d'objectifs ,une
diversité de situations pédagogiques, l'essentiel est que durant ton année, tu aies offert à tes élèves les différentes ouvertures citées dans les programmes. Donc en conclusion, fais toi
confiance et ne te dis pas :" je ne sais pas, ou ce n'est pas la bonne compétence " mais plutôt " qu'est ce que je veux travailler, quel est l'intérêt pédagogique, est-ce un réinvestissement ou
une découverte ...?"


Quant aux idées, c'est pareil ,tu en as comme nous toutes, il te suffit d'oser , de ne pas te juger trop sévèrement, et  d'être convaincue que les choses simples sont souvent les
plus efficaces. Je suis certaine que tu es une mine d'idées, mais tu ne le crois pas.



Sophie (pas si) sage 31/01/2013 21:12


Moi aussi, je compte commencer dès lundi. Ça fera une belle surprise à mes élèves après une semaine sans école (je suis en arrêt pour angine et trachéite).


J'ai la chance d'avoir une ATSEM très conciliante qui me suit dans tous mes "délires" artistiques.


Et pour les consignes, j'avoue que je me lance au feeling car même si je les prépare, j'ai toujours tendance à improviser en fonction de la réaction des élèves en
face de moi. Donc je fais beaucoup confiance à mon instinc. J'ai toutefois conscience qu'il est important de tout préparer. Même si ce n'est pas trop dans ma pratique quotidienne ...


Et je suis aussi très allergique au fiche de prép. Je suis d'ailleurs très admirative du travail de certaines. Mais dans mon cahier journal, y'en a pas !!!! Quand je
me suis faite inspectée il y a 8 ans, j'ai présenté 1 seule fiche, celle de la séance en lui disant que je voulais quand même lui montré que je savais en faire. Et bien, il m'a répondu que de
toute façon ma classe parlait d'elle-même ! Bon, dans mon cahier journal y'a quand même toutes les activités notées ...

isa 31/01/2013 21:45



Sans faire des fiches de préparation aussi abouties, je comprends bien que cela soit une montagne de travail quand on multiplie par le nombre d'activités, il est tout de même nécessaire
de savoir vers où on va et quel est l'intérêt des élèves à faire ce travail ainsi que la cohérence  des activités entre elles et bien entendu la progression sur la durée. Il est difficile de
le faire de tête, me semble-t-il.  L'intuition est certes une attitude ouverte, mais cela doit s'appuyer sur une réflexion construite de sa pratique. C'est une mise à distance bénéfique qui
aide souvent dans la difficulté. Quand je dis ( souvent) que nous sommes des chercheurs, je pense que cela passe par cette nécessaire réflexion introspective: je fais quoi , à quoi ça sert et
comment y arriver ? Quand j'ai débuté, je trouvais rebutant ce travail de préparation, je m'y soumettais avec beaucoup de tourment, et puis j'ai évolué et à la fin de ma carrière c'est ce que je
préférais ,ce travail de recherche et de précision parce que j'en mesurais en classe les effets, à tel point que ce fut une des raisons qui me fit ouvrir ce blog: poursuivre les préparations
.



Valérie93 31/01/2013 19:24


Moi aussi je me lance la semaine prochaine et tant pis si j'ai pas d'Atsem... j'ai l'habitude maintenant... en même temps mon projet animation prend beaucoup d etemps et je ne dois faire des
choix...... et au milieu de tout çà j'ai un livret d'évaluation de 10 pages à rendre pour chaque enfant.... tant pis aujourd'hui c'était fête de la galette avec danse et  jeux cet après-midi
ave cseulemnt la moitié d ema classe présente à cause des grèves...carrément génial : je ne suis pas du tout fatiguée en fin de journée et ce malgré ma courte nuit avec ma fille grippée à la
maison!!!!

isa 31/01/2013 19:32



L'aide que je peux t'apporter n'est qu'informatique (???), je serais bien allée dans ta classe parce que c'est difficile de travailler sans l'aide d'une atsem, mais je ne vais pas
commencer mon tour des écoles, je n'ai pas encore de caravane



Emilie44 31/01/2013 17:59


Je me lance la semaine prochaine!! J'attends ça avec impatience, je pense que mon ATSEM va beaucoup moins apprécier, car elle bougonne toujours dès que le travail
que je propose sort de son cadre habituel et fait un peu de saletés... Quand je suis arrivée dans l'école l'année dernière, elle a sauté au plafond quand je lui ai dit qu'on allait faire un
atelier peinture le jour de la rentrée de septembre! Elle m'a dit : "Ah non, les petits ne font pas de peinture pendant au moins les 3 premières semaines, sinon ils en mettent partout!"... Elle a
bien dû s'y plier, mais j'ai dû insister.


 


Sinon, concernant les consignes, c'est vrai que c'est très important de les formuler par écrit avant la séance avec les enfants. Pour mon ATSEM, je lui donne même un
petit papier où je reprends les grandes lignes de ma préparation et je lui redis bien quelle consigne elle doit donner.

isa 31/01/2013 18:45



J'ai hâte de voir tes propositions, tes observations et tes impressions. C'est agréable de voir vos différentes façons de faire.


concernant le travail avec l'atsem, cela demande tact et professionnalisme, le langage artistique est aussi important que le langage oral et faire de la peinture à 3 ans sans salir est
trop difficile, d'un autre côté, l'éducation des élèves et le respect du travail de l'atsem doivent être pour elle des indications positives. Bref, c'est une savante attitude qui permet
d'indiquer la place de chacun. 



joêlle m. 31/01/2013 09:44


J'attends tout cela avec grand plaisir. ça dégouline, enfin!!! le droit du faire pas propre.

isa 31/01/2013 10:48



C'est passionnant, comment faire du conseil pédagogique en direct , venez avec nous ! merci Joëlle de cette belle opportunité !



sophie 31/01/2013 09:08


La consigne que j'ai donnée (à mes MS) était : 


-Tu trempes le pinceau dans  la peinture , tu ne l'essuies pas


-tu le poses de ce côté de la feuille kraft en bas (là j'ai montré et en regroupement en montrant sur le tableau Velleda ) et


-tu fais glisser le pinceau lentement pour faire une bande


si ça ne coule pas tu ralentis, quand ça coule tu avances


-tu changes de couleur


-et tu vas jusqu'en haut de la feuille


2 groupes sont passés pour le moment et je peux vous dire que je ne les ai jamais vu aussi appliqués et concentrés.


J'ai une photo mais je n'arrive pas à l'envoyer. Je ne trouve pas d'onglet" insérer une photo". J'ai réussi à l'env sur mon mail mais c'est tout . Apparemment il  y  a un pb de RAR
 ou ZIP j'nai pas compris. Isa si tu peux m'aiguiller .


Ensuite observation des oeuvres :


J'ai demandé : 


qu'est ce que tu vois ?


Puis c'est quoi le rouge ?


Ce fut ne séance de langage très riche avec une réelle qualité d'écoute.


Je n'ai encore rien découpé (ça nous promet encore de bons moments)


J'adore faire ça avec mes élèves !!

isa 31/01/2013 09:22



Bonjour Sophie, je vais te joindre par messagerie, c'est ainsi que nous faisons, les documents passent d'abord par moi.


Je suis ravie de lire ton enthousiasme et les effets que ce travail a sur tes élèves. Merci de nous le faire partager.


comment tu expliques que les élèves ont mis plus d'application qu'habituellement ?